23/11/2007

Médicaments génériques, c'est pas si simple !

Monsieur COUCHEPIN utilise une bonne recette. La baisse du prix des médicaments est porteuse politiquement. Alors tous les 3 mois, on ne se fatigue pas top le bourrichon et on annonce une baisse mirifique des prix.

CQFD comme disait mon prof de math.

Pour le reste, cela peut attendre. Tout le monde participe à l'entreprise COUCHEPIN, sauf, vous devinez qui...Allez un effort. Mais oui, mais c'est bien sûr, les caisses maladies.

Peut-être qu'un jour un conseiller fédéral dépressif et suicidaire se posera la question de l'accumulation des réserves et surtout de leur utilisation. Mais c'est de la science fiction, alors gardons les pieds sur le plancher des bons moutons de panurge que nous sommes.

Mon propos d'aujourd'hui est ailleurs.

Savez-vous qu'un générique n'est pas la copie parfaite de l'original.

La loi permet une variation de 20 % de la biodisponibilité. En conséquence, l'effet peut être de plus ou moins 20 %.

Et plus vous baissez les prix et plus vous aurez des copies de mauvaises qualités.

Dans ma pratique, je ne modifie jamais un traitement qui est donné depuis un certain temps dans le cadre d'une maladie chronique.

Et puis attention à la valse des produits.

Je m'explique : Votre patient va dans la pharmacie X qui lui donne un générique (car elle peut substituer l'original, à moins que j'écrive sur l'ordonnance que je ne le veux pas). Très bien, quelques temps après, il va dans une autre pharmacie qui lui donne une autre marque et puis de nouveau quelques semaines plus tard, la loi ayant changé, on va lui donné une troisième marque.

Eh bien quelques fois, surtout chez les personnes âgées, nous pouvons nous rendre compte, et je l'ai vécu, que ces personnes prennent 3 comprimés par jour de la même substance, mais de trois marques différentes.

Bonjour les dégâts.

Alors, monsieur COUCHEPIN vous conviendrez que tout ce qui est compliqué est simple et tout ce qui est simple est compliqué.

 

 

 

06:37 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Docteur,

quel plaisir de vous lire...

Evidemment, venant d'un professionnel de la santé c'est d'autant plus criant que notre conseiller est légèrement... euh pardon... complètement à côté de la plaque connue sous le nom : bon sens.

Mais "bon sang" à quoi sert - il ? serait on emprunt à hurler devant le parlement...

Mais bon, pensons à nos amis assureurs, quel serait leur vie sans nos primes, sans les économies qu'ils et elles arrivent à faire grâce à notre conseiller.

Au point que bientôt... l'assurance de base sera comme une cotisation à un club, ensuite les "consommations" seront à la charge du "membre".

Aller, j'arrête de me plaindre, et hop ! un petit cachet de : Neuneucitocicline et ça va mieux.

Bien à vous Docteur,

Stéphane


PS. Vous avez réussi à me mettre de bonne humeur avec un sujet aussi grave, chapeau... (ou alors c'est un effet secondaire du Neuneucitocicline ?)

Écrit par : Stéphane | 23/11/2007

Mais oui, les génériques c'est pas bien ... en plus d'être Dr, vous avez probablement des actions dans quelques industries pharmaceutiques helvétique je pense !

Écrit par : Dji | 23/11/2007

Un peu simple, Dji. j'ai déjà entendu cette critique de la part d'autres médecins, très expérimentés. Sortez de votre catéchisme gaucho-écolo...

Écrit par : Géo | 23/11/2007

Dji croit encore que les génériques sont fabriqués par des altermondialistes dans leur maison de paille perdue dans la nature. Il devrait savoir que le plus gros producteur de génériques au monde est Novartis grâce aux actions du bon docteur.

D.J

Écrit par : D.J | 23/11/2007

D'ailleurs, ce politiquement correct s'arrêt aux frontières du joli petit pays sur lequel vous vous plaisez à dégueuler. Allez en Afrique et l'anti-paludéen que vous achèterez (pas cher, il est vrai) sera peut-être de l'excellente farine de blé dur. Bonne guérison...

Écrit par : Géo | 23/11/2007

Quel galimatias ! C'est pire que le mélange de médicaments!

Un "générique" n'a rien à voir avec un produit "frelaté". En Suisse, un générique est aussi contrôlé par Swissmedic et certainement que sa composition exacte est connue.
Les génériques peuvent être fabriqués correctement et par des gens compétents, comme des produits de marques peuvent être mal fabriqués par des incompétents.
Qu'il y aie des assassins qui vendent de la poudre de perlimpinpin* en lieu et place d'un médicament n'a rien à voir avec les génériques. D'ailleurs, il est probablement plus intéressant de faire des contrefaçons de médicaments de marques que de génériques!
Il y a aussi des grandes marques qui vendent certaines poudres de perlimpinpin. Il fut un temps ou une d'entre elle a même vendu de la thalidomide qui n'était (malheureusement) pas vraiment une poudre de perlimpinpin ! Mais où il y a du fric à faire, il y a des "vampires" !

Écrit par : Bla-Blo-gueur | 24/11/2007

Bon, c'est une question asez difficile à traiter en blog...
Mais cette discordance entre générique et original est une réalité reconnue. Vous vous doutez bien qu'entre une formule et sa réalisation industrielle, il y a une certaine marge qu'il n'est pas si simple de combler et que cette marge ne fait pas partie du brevet. En fait, tout l'art de la pharma consiste à passer de la réalisation de laboratoire à la production industrielle...
Pour ma part, j'ai l'impression que les grandes marques se défendent mieux que les seconds couteaux. Mais pour parler franc, j'ai la prétention de mieux connaître tout ce qui concerne le palu et sa prévention que le médecin suisse de base - voire les spécialistes qui vous bombardent de méfloquine le coeur léger - et je trouve en Afrique de quoi me protéger, à des prix environ 50 à 100 fois moins chers...

Écrit par : Géo | 24/11/2007

Les commentaires sont fermés.