29/01/2008

Nous savions et nous n'avons rien dit !

Il faut vraiment beaucoup de courage pour se battre contre le silence.

Il faut vraiment beaucoup de courage pour oser dire le contraire d'une majorité bien pensante.

Mais quand vous êtes une victime, alors ce courage est démesuré. 

Lorsque je pense à ma pratique quotidienne, je me rends compte que j'étais très mal préparé à affronter des problèmes liés à la nature intime des mes patients.

Je suis effaré du nombre de cas d'abus sexuel durant l'enfance.

Je suis effaré du nombre de cas de femmes battues.

Et lorsque, après des mois et des années de paroles, de dialogue, un bout de cette horrible vérité voit le jour, je constate que "nous savions".

L'entourage, les autres savaient.

Je ne jette pas la pierre, je n'en ai pas le droit. Si nous pouvions effacer certaines images , ne plus y penser, se réveiller un matin comme si rien ne c'était passé. Cela vous est déjà arrivé, cela m'est déjà arrivé.

Mais quand c'est une structure, une autorité morale qui sait, alors le silence est scandale.

Le réflexe : "nous allons régler cela entre nous" est une honte.

J'en veux à l'Eglise Catholique pour cela.

Acheter le silence..."quelle saleté"

Nous sommes dans la négation de la parole de Christ.

 

 

06:21 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bravo cher DOCTEUR pour votre réalisme votre lucidité et surtout pour votre grande lucidité face aux misères et inégalités de la vie

Écrit par : mercanton eric | 30/01/2008

Les commentaires sont fermés.