25/02/2008

Les cancers ont doublé depuis 1980.

Sale maladie.

Terrible sujet de chronique.

En France en 1980 : 170 000 malades. En 2005 : 320 000 malades.

Comme cela, brut, ces chiffres font frémir.

Il est vrai la population, et son vieillissement, ont augmenté.

Il est possible que les modifications de l'environnement soient, en partie, responsables, même si les preuves scientifiques ne sont pas encore publiées. Mais nous savons que ce type de démonstration accuse toujours un certain retard sur la réalité. Il ne faut donc pas attendre avant de réagir.

Et pour terminer, le dépistage joue, très probablement, un rôle non négligeable.Il faut donc que nous le soutenions avec encore plus de force et de moyens.

Il reste, heureusement, un petit espoir. puisque que la mortalité a diminué de 25 %.

Autre chose, juste pour rebondir sur les votations d'hier.

Pour faire plaisir aux 80 % des citoyens genevois qui ont voté contre la fumée dans les lieux publics et pour faire réfléchir les autres.

Un étude faite en Italie ( la loi est entrée en vigueur le 1er janvier 2005) a mis en évidence une baisse de 11 % des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux. En France, depuis seulement 2 mois, une diminution de 15 %.

Vous voyez, qu'agir sur notre environnement, avec des moyens simples, est plus qu'utile.

 

 

 

 

 

 

 

06:46 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Pour ne pas faire hurler certaines féministes de choc, vous auriez du mettre la photo d'un homme pour la prévention du cancer de ce sein (que je ne saurais voir).
Oui, il y a aussi des hommes qui peuvent en être atteint.

Écrit par : Père Siffleur | 25/02/2008

Du bon usage des chiffres et des titres qui font vendre.
Supposons que la France comptait 50 millions d'hab. en 1980 et qu'il y en a 65 millions à cette heure: le % de cas DETECTES passe de 0.34 à 0.49. Admettant que le dépistage soit plus performant qu'avant, ont peut comprendre une partie de ce 0.15% de cas supplémentaires. Et puisque les traitements se sont améliorés, on peut se féliciter d'une réduction de 25% de la mortalité, tout en sachant qu'aucun cancer ne ressemble à un autre et que pour certains la survie est plus courte que pour d'autres. En conséquence, un cancer de l'estomac dont la mortalité PEUT être de 75% sur 5 ans ne doit pas être comparé à un cancer de foie, du pancréas ou des poumons dont les pronostics PEUVENT s'établir différemment. Il serait plus judicieux de relever l'évolution des cancers par type plutôt que d'en faire un amalgame.

Écrit par : Rabbit | 25/02/2008

Le jour où il y aura une campagne sur le cancer des testicules ou de la prostate, croyez-vous que nous verrons des affiches montrant une homme jeune et beau qui exhiberait ses attributs (clin d'oeil à Persifleur...)

Écrit par : Babouchka | 26/02/2008

Je ne sais pas si c'est une chose à faire, car vous savez certainement qu'ils sont très inquiets au sujet de la taille de leur engin. Ca risquerait très probablement de provoquer des blocages ineffaçables. C'est ce que vous souhaitez ?

Écrit par : Rabbit | 26/02/2008

Non, je ne souhaite aucun blocage chez nos amis les hommes, mais imaginez un peu les blocages chez les femmes à qui on matraque, du matin au soir, le modèle de la femme jeune, belle, mince, blonde, 90-60-85 (les 90cm ne doivent pas non plus leur pendre sur le ventre), sans cellulite, sans rides, etc....

Il n'y a qu'a voir le nombre qui passe sur le billard pour s'en faire rajouter, remonter ou pour s'en faire enlever, dès l'adolescence! Triste monde!

Écrit par : Babouchka | 26/02/2008

Sauf que cette maladie a gagné les jeunes hommes. Oh je ne les plains pas du tout. Vive l'universalité de la connerie...

Écrit par : Géo | 26/02/2008

Les commentaires sont fermés.