06/03/2008

Fin du moratoire pour les cabinets médicaux...

Je devrais être content. Je me suis battu contre cette mesure inique. Et pourtant... je me méfie.

Je suis devenu paranoïaque. Il faut que je demande à un confrère psychiatre de me prendre en charge.

Mais chaque fois que les chambres fédérales décident quelque chose au sujet de la santé, je doute.

Prendre cette décision, avant le 1er juin, c'est peut-être machiavélique.

Les assurances maladies avec monsieur Couchepin rêvent de remplacer le moratoire par le choix du médecin par les assurances. Actuellement les assurances sont tenues de rembourser tous les médecins. Si nous votons oui le 1er juin, votre assurance choisira votre médecin.

Alors laisser tomber le moratoire, c'est faire peur aux assurés. "Attention ! le nombre de médecins va augmenter, les coûts vont exploser, faites nous confiance, confiance, confiance."

S'il vous plait ne faites plus confiance. On se moque de vous depuis des années. Le 1er juin ne partez pas à la pêche, allez voter.

Votez NON, votez NON au diktat des caisses maladies, votez non à la compromission de certains hommes politiques.

Vous voyez que j'ai besoin d'un thérapeute.

 

 

 

 

07:49 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Effectivement le meilleur moyen de croire à la théorie du complot est de s’intéresser à la politique de santé en Suisse.

Du côté patient nous avons une politique dirigiste avec obligation de contracter une assurance lamal dont les termes sont définis par l’état. Du côté assurance une politique libérale qui leur permettrait de contracter uniquement avec les médecins de leurs choix sous prétexte de saine concurrence.

Bref pour le citoyen le pire des deux mondes sans aucuns des avantages. On est livré pieds et poings liés par l’état à la rapacité d’entreprises privées dont le seul but est de générer un profit maximal sur nos cotisations. Dire qu’on se moque de nous, le mot est faible. Et la mollesse des politiciens (de gauche comme de droite) pour défendre le point de vue du citoyen/patient ne laisse rien présager de bon.

Écrit par : Alain_Fernal | 06/03/2008

Les commentaires sont fermés.