31/03/2008

Demain, nous descendons dans la rue !

Il est rare de voir les médecins manifester. Et croyez moi ce n'est pas une plaisanterie de 1er avril.

Mais nous en avons assez des contres-vérités, des approximations, des jugements à l'emporte pièce, du manque de soutien des partis politiques.

La 1297373612.jpgmanifestation est mise sur pied pour défendre le médecin de premier recours (généralistes et internistes) et pour demander à la population de voter NON le 1er juin.

La Confédération n'arrête pas de mettre en avant l'importance du médecin de premier recours, mais ne fait rien pour véritablement le soutenir.

Pour monsieur COUCHEPIN, un bon médecin de premiers recours est une médecin choisi par les caisses maladies, salarié par elles et appliquant à la lettre leurs recommandations. Les caisses en premier, les patients en deuxième.

Ce n'est pas ce que nous voulons. Nous désirons LIBREMENT choisir notre façon de travailler sans être le valet de personne.

Nous refusons également de créer deux catégories de médecins, les généralistes et les spécialistes.

Le travail se fait et continuera de se faire en réseau et en équipe. Je refuse de me voir imposer un confrère par une quelconque caisse maladie.

Nous nous battrons contre notre gouvernement fédéral, qui par faiblesse ou paresse, désire remettre entre les mains de SantéSuisse la gestion de la santé des Suisses.

La santé est un droit comme l'éducation. Ce droit appartient aux citoyens et non à une organisation privée.

A nous de rappeler les devoirs de nos élus et de leurs demander de les respecter.

 

 

 

06:57 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/03/2008

A boire...

1329337482.jpg

Savez-vous que vous ne buvez pas assez ?

Oh je ne prêche pas pour les bouilleurs de cru, je ne veux pas non plus vous convertir à la Croix-Bleue. Je ne parlerais donc pas de la bibine, une chopine dans la main.

Non je vous parle de l'eau.

Mettez-vous dans la tête que vous devez ingurgiter 1,5 ltres par jour. pas moins. Alors c'est parti munissez-vous d'un grand verre et buver toutes les heures, même si vous n'avez pas soif.

14 % des 12 à 19 ans et 22 % des plus de 55 ans parviennent à ce chiffre. Il y a donc du travail.

Que risquez-vous ? Des infrections urinaires, des calculs rénaux. une moins résistances aux infections, des maux de tête, une grande fatigue, des changements d'humeur, une augmentation de votre pression sanguine.

Alors ne doutez plus. buvez et éliminez comme dit la pub...

Je vous quitte, c'est bientôt l'heure de l'apéro...

10:04 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/03/2008

Faut-il une formation pour l'aide au suicide ?

772533361.jpgMonsieur Recordon pose la question et propose de mettre sur pied une telle formation durant les études de médecine.

L'idée peut sembler  judicieuse, mais j'ai comme un doute.

Je l'ai déjà écrit et je le répète, l'aide au suicide ne peut pas être une règle. Elle doit rester une exception. Ce geste ne doit pas devenir banal.

La question doit être discutée avec le patient seul à seul, sans que l'extérieur, avec ses ràgles et sa bonne conscience puisse intervenir.

Ne pensez pas que je sois contre ! J'ai déjà assisté plusieurs de mes patients et leur décision était juste et belle. A chaque fois, c'était différent et il a fallu improviser avec les  tripes et le coeur.

Il n'existe pas de livre, de protocole, de façon de procéder qui puissent dire. L'Homme n'est pas un programme d'ordinateur.

A chaque fois je repars de zéro. Je crois plus aux années de pratique qu'à un réglement.

Les étudiants en médecine doivent être mis au courant. Ils doivent savoir qu'Exit existe, mais aussi être formés en soins paliatifs. L'un de peut aller sans l'autre. L'un ne peut exclure l'autre.

Le reste c'est le coeur...

09:40 Publié dans Société - People | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

27/03/2008

A l'aide

A l'aide, au secours.

Nos petites habitudes ont été changées.

On se couche un soir tout guilleret et paf le lendemain, sans prévenir, tout est différent.

Je ne peux plus accéder à mon blog. Un gentil message me signifie qu'un changement de "provider" (terme barbare) a lieu et qu'il faut patienter.

J'imagine un méchant homme tout de noir vêtu inspectant mes multiples messages, les déchirant, secouant la tête en signe d'affliction (comment peut-on écrire autuant de bêtises).

Je risque de tout perdre.

Et puis ouf, cela remarche, mais ce n'est plus comme avant. Toujours cette peur du changement.

Impression que cela devient plus professionnel, moins amateur, plus de tout pain-fromage.

Enfin, j'ai hésité. J'ai eu un doute. Je continue ou je m'arrête. Cela vaut-il la peine...

Je n'ai pas encore pris de décision. Je vais voir à l'usage.

Alors à la prochaine...

 

15:02 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Tibet

364773672.jpgPourquoi ce besoin de réagir. Il existe d'autres soucis dans notre monde sanglant. Irak, Palestine, Soudan...

Mais le Tibet est dans notre coeur, peut-être à cause de l'enfance. Probablement nous avons tous découvert ce pays à travers Tintin et nous sommes, depuis, restés proche de ce peuple de montagne.

Montagnards comme nous, Hommes de vallées, solidarité même si nous sommes séparés par des déserts et de longues heures de route.

Et pourtant nous nous connaissons pas, mais nous pensons nous comprendre.

Alors nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Il faut un geste symbolique pour simplement dire que nous sommes ici mais aussi là-bas.

Je réitère ma proposition. Hissons les couleurs du Tibet pendant toute la durée des jeux. Officiellement et non officiellement. Intervenons dans nos communes, parlons à nos édiles.

Pas de polémique, pas de paroles inutiles, pas de discours, simplement un geste. Et puis le silence comme réprobation...

 

00:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/03/2008

Pédophilie et internet : Comment réagir !

Le débat est ouvert.

L'exemple de la RSR (Radio Suisse Romande) démontre très clairement qu'il faut que les régles soient établies à l'avance et connues de tous.

L'amateurisme, ou la gestion à la petite semaine, ne peuvent pas être acceptés dans ce genre de cas.

Dans beaucoup d'entreprises, la découverte de fichiers pornographiques signifient la fin du contrat de travail et le renvoi du fautif. Si dans ces fichiers, des photos semblent concerner des enfants , le cas est immédiatement dénoncé à la justice.

Point barre. C'est clair. C'est net.

La direction de la RSR a fait tout faux. Le silence ouvre la porte à tous les interprétations possibles.

"Ils protègent un cadre connu", "ils sont complices", "ils minimisent la gravité de la pédophilie".

En plus on punit le gentil et on en fait rien au "méchant".

On n'y compend plus rien. Et nous perdons encore plus notre latin, lorsque nous apprenons qu'une personne indépendante sera nommée pour faire une enquête, alors que la justice est déjà saisie et va rendre son verdict.

J'ai bien peur que la seule solution soit un changement de direction à la tête de la RSR.

 

 

14:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/03/2008

Résurrection

Hier Pâques.

Plus personne ne croit à la résurrection.

Imaginez que vous allez renaître, que la mort n'existe plus.

Comment le comprendre.

Peut-on imaginer que nous puissions nier notre destin.

Pourrions-nous simplement dire que la mort signifie l'oubli.

L'absent doit toujours rester présent. Il faut parler de lui. Il faut lui parler. Il faut le faire vivre parmis vous, parmis nous.

Le Christ existe car tous les jours nous partageons son existence. Il est là.

La Résurrection, c'est tout bêtement cela.

Alors n'oubliez personne. Ouvrez votre vie et votre coeur.

Ecoutez...

 

 

16:48 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

22/03/2008

Couchepin-Mörgeli suite sans fin

Comme vous tous, j'ai écouté l'enregistrement audio de la déclaration du président de la Confédération Suisse. Je suis mortifié et scandalisé.

Je pensais au lapsus, mais l'écoute démontre très clairement que monsieur Couchepin a voulu faire un gag. Et là, c'est franchement de la bêtise.

Comparer un conseiller national au docteur de la mort Mengele me fait froid dans le dos.

Il y a des limites à ne pas franchir. Il y a des sujets tabous. Imaginez que quelqu'un vous traite publiquement de Mengele. Comment allez-vous réagir ? Pour ma part, je pense que je le prendrais très mal. Comme médecin je suis extrêmement sensible aux agissements de confrères en cas de guerre. Et ce qui a été fait dans les camps de concentration ne peut pas être nommé. Les mots ne suffissent pas et n'existent pas. Nous devons tous porter éternellement, en nous, cette faute.

Faire des plaisanteries sur ce sujet est une faute. Qu'un président de la Confédération le fasse, c'est une grave erreur politique. Et dire qu'il ne sait pas excusé et que monsieur Mörgeli a du sortir de la légalité pour faire rétablir la vérité.

J'attendais une déclaration officielle de l'assemblée fédérale pour condamner cette phrase débile et assasine.

Rien.

Silence également des associations juives.

Pourquoi...

Franchement je ne sais plus quoi penser.

  

 

 

 

 

 

 

12:24 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/03/2008

De l'Adminstration...

L'Administration est un corps vivant.

Elle se développe, elle s'acclimate, elle a ses propres règles. Elle s'impose. Elle occupe toutes les places laissées libres. 

L'Administration est comme ces cellules cancéreuses qui colonisent tous les organes et qui à la longue les détruisent.

Pourquoi ce délire anti... Suis-je devenu sectaire, libéral pur sucre, crypto UDC.

Non tout bêtement, je suis allé hier dans le service de pédiatrie de l'HCUG (hôpital cantonal universitaire de Genève). J'étais tout fier et content. Je pensais voir les nouveaux locaux construits à grands prix au-dessus des urgences. J'imaginais des vrais salles de consultation avec de la place pour pouvoir examiner les patients. Je me rappellais les petites salles qui étaient à notre disposition, avec des lits d'examen collés contre le mur, sans dégagement, indignes.

Et bien rien n'avait changé. et pourtant en face ce magnifique bâtiment...

Oh à part les urgences et le bloc opératoire au premier ... et bien le reste c'est pour l'administration.

Ah cette sacrée Administration, elle va finir par nous bouffer tout cru. Nous allons nous transformer en questionnaire, en test de qualité, en commission de réflexion, en schéma, en courbes, en statistique.

Si les hôpitaux pouvaient se passer des malades, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. N'est-ce pas monsieur Candide ...

 

 

 

14:36 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/03/2008

La "lourde" légèreté de l'hélium...

Pour pouvoir éviter l'intervention d'un médecin, l'association Dignitas propose un suicide assisté avec un sac rempli d'hélium.

Je n'arrive pas à imaginer une fin digne et sereine avec cette méthode qui me semble terriblement barbare. Mourir étouffé, l'horreur.

Dignitas ne nous aide pas, ne nous a jamais aidé. Leur attitude, malheureusement, empêche un débat humain sur une fin de vie digne.

La présence du médecin est essentiel. Sa place est centrale. Il doit d'abord pouvoir longuement discuter avec son patient, car il doit le connaître parfaitement. Il doit l'aider à surmonter la douleur avec tous les moyens disponibles. Et c'est seulement lorsque plus aucune solution humaine et digne est à disposition, que la suicide assisté doit être débattu.

Chaque cas est particulier. L'Homme doit être libre de choisir sa fin, mais il doit le faire en toute connaissance de cause en dehors de toutes dérives sectaires ou commerciales.

Mon travail c'est de défendre mes patients contre vent et marée. J'ai le devoir de l'éthique.

C'est dur, c'est lourd à porter, mais je n'ai pas le choix.

Chaque expérience est une baffe reçue en pleine poire.

 

 

06:21 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/03/2008

Oh...les Tartuffes

Cachez moi ce voile que je ne veux pas voir !

Notre conseillière fédérale porte un voile en Iran et boum c'est la révolution.

Les Tartuffes se réveillent. La honte est sur le Suisse.

Il est vrai que madame Calmy-rey a parfois de la peine à mettre ses actes en adéquation avec ses paroles.

Mais il existe une régle en politique, celle de respecter les us et coutumes et de ne pas parler de religion.

Le voile est un non débat. La condition des femmes n'a rien à voir avec une obligation vestimentaire.

Il n'y a pas si longtemps, les femmes devaient mettre un foulard lorsqu'elles entraient dans un église. Et il n'est pas rare que cet attribut vestimentaire soit porté en présence du Pape.

Nous avons la mémoire courte et toujours trop tendance à rammener "notre fraise".

Je souhaite que les politiciens et les journalistes, qui se gaussent et s'offusquent, se battent, ici en Suisse, contre la violence domestique et pour une vraie parité de salaire.

Il est sûrement plus important pour les femmes iraniennes de se rendre compte qu'en Suisse nous avons des femmes ministres. Ce message là, avec ou sans un voile, est peut-être, pour elles, essentiel.

 

 

 

 

06:26 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/03/2008

Comment les soutenir ?

Le Tibet souffre.

La répression sera maximum de la part de la Chine. Nous le savions.

La participation aux Jeux Olympiques va poser problèmes. Nous le savions.

La logique politique et économique va probablement obliger nos gouvernements à des protestations sans portées, pour la gallerie.

Faut-il rester sans rien faire ?

Est-ce utile de s'exprimer ?

J'ai appris hier qu'une commune du canton de Genève, Onex, avait décidé de hisser les couleurs du Tibet devant sa salle communale. Sacrée bonne idée...

Je me suis dit que nous pourrions intervenir dans toutes nos communes, en Suisse, en France, en Belgique, pour demander que pendant toute la durée des Jeux Olympiques la drapeau du Tibet soit déployé.

Une simple pensée. Un tout petit geste, pour simplement dire que nous pensons au Tibet.

C'est peut-être dérisoire, mais pourquoi pas...

Alors passez-vous le message, parlez en.

Je m'occupe de ma commune, Carouge. J'attends de vos nouvelles.

 

 

 

06:41 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/03/2008

Un cas de conscience...

La greffe du foie à partir de donneurs vivants, une solution qui semble très importante pour palier au manque de d'organe de transplantation.

Un membre de votre famille a besoin d'un foie, vous êtes compatible, bingo..

Un partie de votre foie est prélevé et réimplanté chez le receveur. Ne vous en faites pas votre foie va repousser, et si tout se passe bien, vous allez pouvoir vivre comme avant.

Tout semblait OK jusqu'à samedi. Dans le journal "Libération" le docteur Jacques BELGHITI, un des meilleurs spécialistes de cette technique, annonçait qu'il arrêtait de faire ce genre d'opération. En 2007, un patient donneur est décédé.

Pour lui ce geste est trop risqué.  30 % des donneurs font des complications et le foie ne retrouve que 90 % de sa taille.

En France, il semble que le nombre de foies prélevés sur des morts soit suffisant. Il ne semble donc pas nécessaire de prendre des risques inutiles.

En Suisse, la sîtuation est différente. Nous manquons cruellement de donneurs.

Que faire ?

Il remarque que les pays occidentaux arrêtent peu à peu les greffes sur donneurs vivants adultes. Mais qu'elles se développent énormément en Asie.

Que va-t-il se passer en Chine, en Inde, dans tous les pays pauvres... Le donneur sera-t-il volontaire ? Ne va-t-on pas forcer des condamnés à donner une partie de leur foie en échnage d'une remise de peine ? Il semble déjà que de drôles d'histoires circulent à Hongkong... 

Que faire ...

 

 

 

 

06:46 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/03/2008

Nos élus : sont-ils démocrates ?

J'en doute...

En Suisse, nous sommes appelés à voter sur tout, et des fois, n'importe quoi. OK c'est super.

Mais quand la question est d'importance, le débat est souvent escamoté.

Pour preuve le CEVA. Des citoyens proposent un autre projet et par leur inititiative permettent d'ouvrir le débat. Et dans ce cas, la discusion sur la place publique est esentielle. 

La réponse : on invalide. On finasse sur des arguments juridiques, on se prend pour "Super Juriste" et on oublie tout simplement que derrière ce texte, il existe des milliers de personnes que ont osé poser une question.  

Et bien c'est parti "comme en quarante". L'argent va être dépensé. La somme prévue va probablement doubler. Les travaux vont être grandioses. La commune de Carouge va être sinistrée. Les Français vont bouder. Et la finalité, d'un tel projet, va rester obscure.

Vous comprennez ma bonne dame, nous sommes pressés. Il faut commencer, sinon c'est cuit pour les sous de notre mère "la Confédération".

Allez courage, la vie est belle et passionnante.

Tiens, j'y pense juste pour votre réflexion, pour la route, la question à 100 francs.

Qui a lancé le projet ?

Eh eh, monsieur Cramer... et vous n'avez pas peur que cela foire. Parce que ces derniers temps, il a cumulé non pas les postes mais les casseroles.

Saint CEVA, priez pour nous...

Tommaso CEVA (1648-1737), jésuite italien, grand mathématicien. Lui au moins savait calculer.

 

 

 

06:14 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/03/2008

Faudra-t-il porter un gillet pare-balle dans les trains ? ?

 

Bizarre débat aux chambres fédérales.

Comment peut-on penser permettre à des entreprises privées d'avoir le droit de porter une arme dans un lieu public.

Le débat sur l'insécurité dérape une nouvelle fois. J'ai l'impression que le peur empêche toute réflexion ou que la surenchère est un argument électoraliste. 

Je comprends les agents de CFF qui demande plus de soutien. Mais est-ce que la réponse est adaptée ? Porter une arme à feu ou un taizer dans un train pour faire diminuer les incivilités, c'est absolument disproportionné.

L'usage d'une arme doit être réservée à des situations particulières et exceptionnelles. Les personnes habilitée à un tel usage doivent être des fonctionnaires de l'Etat et non des entreprises privées. Cette règle ne doit être l'objet d'aucune dérogation. Sinon c'est le dérapage garanti et le prise de pouvoir de sociétés privées sur les prérogatives de l'Etat.

Si vous voulez plus de sécurité, il faut d'abord agir sur le sentiment d'insécurité. Il suffit que des agents se montrent et patrouillent dans les lieux à risque. Vous verrez la différence.

Mesdames et Messieurs les députés demandez simplement un renforcement du dispositif actuel. La sécurité doit être visible. La peur du gendarme est encore efficace.

Les caméras de sécurité ne remplace pas la présence humaine.

Les armes ne remplace pas le dialogue et la dissuasion non violente.

 

 

06:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/03/2008

Franchement, je n'y comprends plus rien...

Savez-vous que vous allez voter le 1er juin pour rien ?

Dixit monsieur le conseiller fédéral Couchepin.

Le contre-projet de l'Assemblée fédérale intitulé "qualité et efficacité économique dans l'assurance" ne changera rien à la situation actuelle.

Alors pourquoi l'avoir déposé. Allez circulez, il n'y a rien, mais vraiment rien à discuter et ceux qui imaginent une combine sont des paranos.

Il y a un truc que je ne pige pas. L'UDC a retiré son initiative et s'est déclarée satisfaite du contre-projet. Donc l'UDC a récolté des signatures pour rien, juste pour le plaisir, pour le "fun" si je peux me permettre de parler moderne. Je crois avoir lu que le projet de ce parti était de démanteler l'assurance de base et de donner toute la responsabilité de la gestion de votre santé aux caisses maladies.

Etonnant, surprenant. J'ai rêvé et avec moi un bon nombre des nos conseillers nationaux et conseillers d'Etat.

Nous avons tous entendus parler du financement moniste des hôpitaux, de la non obligation de contracter de la part des assurances. Et bien non, nous sommes sourds et un nettoyage de nos conduits auditifs s'impose.

Merci monsieur Couchepin de ce diagnostic ORL.

Tiens j'y pense, puisque ce contre-projet ne sert à rien alors pourquoi voter oui !

06:30 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/03/2008

L'âge de la retraite...

Depuis des mois, nous en débattons. 65 ans, 67 ans ou une retraite flexible en fonction du désir de l'assuré et de la difficulté de son emploi.

Mon métier me met tous les jours en contact avec des personnes usées, fatiguées qui n'arrivent tout simplement pas à imaginer tenir jusqu'à 65 ans.

Il faudra trouver une solution juste pour tout le monde. Il n'est pas logique qu'en fonction de votre employeur, vous puissiez bénéficier d'avantages. Il n'est pas logique que la difficulté du travail, les efforts physiques consentis ne permettent pas de prendre, dans tous les cas, une retraite à 60 ans.

Il est certain que nous pourrions diminuer les cas d'invalidité en avançant l'âge de la retraite dans certaines professions.

Lorsque je lis, dans la presse, que nos gendarmes peuvent bénéficier, après 30 ans de service, d'une retraite (dès l'âge de 52 ans), je peux imaginer une réaction d'injustice. 

Je ne demande pas que les acquis sociaux soient remis en question. Mais une discussion ouverte doit être possible. Imaginons que les nouveaux contrats portent sur une retraite à 58 ans comme dans le reste de la Suisse. Est-ce possible ?

Comme médecin, je compare souvent mon métier à celui de la police, car nous sommes soumis au même stress et à des horaires irréguliers. Vous seriez étonné, mais le risque d'une aggression physique existe également dans notre profession. Lorsque j'étais assistant, je me suis battu pendant des années pour que nous puissons avoir quelques heures de repos après 24 heures de travail. Je connais des chefs de service qui sont disponibles 24 heures sur 24 et qui travaillent plus de 60 heures par semaines. Et pourtant l'employeur est le même et dans notre profession, la retraite (si nous travaillons dans la fonction publique) est à 65 ans.

Pourquoi deux poids, deux mesures...

Je vous laisse juge.

06:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/03/2008

Cerveau et immunité...

J'ai toujours pensé que notre cerveau était protégé de tous les possibilités de détériorations venant de l'extérieur.

Les 100 billion de neurones avec leur quadrillion de connections ne pouvaient pas prendre le plus petit risque de se voir attaquer et endommager.

J'imaginais, comme beaucoup de mes collègues, que notre système immunitaire n'avait pas accès à cet organe. Nous ne pouvions donc pas développer de maladies auto-immunes (réaction du corps contre une de ses parties, par exemple : le pancréas, les articulations...). Notre corps n'avait pas le droit d'aggresser le cerveau. 

Et bien comme d'habitude, j'avais tout faux. Ce qui est terrible dans mon métier, c'est que je ne peux pas vivre sur mes bonnes vieilles certitudes. Ce qui est considéré comme un dogme aujourd'hui deviendra, peut-être, un détail dans 10 ans.

Bon revenons à nos moutons (image appropriée lorsqu'on parle du cerveau, puisque nous surveillons cet ovin lors de nos nuits d'insomnie).

Le système immunitaire est bien présent à l'intérieur de notre boîte crânienne. Le docteur Carla Shatz, de l'université de Californie, à Berkeley, a pu le mettre en évidence.

Et comme notre cerveau est une merveille de technologie et d'invention, le système immunitaire sert à la réparation des connections, à la mise en mémoire des données et à la création de nouveaux circuits neuronaux.

Malheureusement "la pièce" a toujours deux faces. Probablement certaines maladies, comme l'Alzheimer, l'autisme, la schizophrénie sont peut-être dues à une perturbation de l'immunité.

Mais gardons espoir, car trouver la cause veut souvent dire trouver le meilleure façon de réparer.

Photo exclusive de mon cerveau.

06:22 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/03/2008

Fin du moratoire pour les cabinets médicaux...

Je devrais être content. Je me suis battu contre cette mesure inique. Et pourtant... je me méfie.

Je suis devenu paranoïaque. Il faut que je demande à un confrère psychiatre de me prendre en charge.

Mais chaque fois que les chambres fédérales décident quelque chose au sujet de la santé, je doute.

Prendre cette décision, avant le 1er juin, c'est peut-être machiavélique.

Les assurances maladies avec monsieur Couchepin rêvent de remplacer le moratoire par le choix du médecin par les assurances. Actuellement les assurances sont tenues de rembourser tous les médecins. Si nous votons oui le 1er juin, votre assurance choisira votre médecin.

Alors laisser tomber le moratoire, c'est faire peur aux assurés. "Attention ! le nombre de médecins va augmenter, les coûts vont exploser, faites nous confiance, confiance, confiance."

S'il vous plait ne faites plus confiance. On se moque de vous depuis des années. Le 1er juin ne partez pas à la pêche, allez voter.

Votez NON, votez NON au diktat des caisses maladies, votez non à la compromission de certains hommes politiques.

Vous voyez que j'ai besoin d'un thérapeute.

 

 

 

 

07:49 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/03/2008

Avastin contre Lucentis, guerre ou entente !

Je ne veux pas revenir sur ce qui a déjà été dit dans la presse sur le prix de ces deux médicaments (80 frs pour l'Avastin (Roche) et 1820 frs pour le Lucentis (Novartis)).

Juste quelques petites remarques.

L'Avastin est un médicament prescrit en cas de cancer des intestins. Comme c'est souvent le cas en médecine, les praticiens se sont aperçus que cette substance avait une autre action. Certains patients constataient une amélioration notable de leur vue.

A ce moment, les chercheurs se sont lancés dans des études scientifiques pour savoir si les effets constatés étaient prouvés et qu'elles étaient les doses non toxiques pour les yeux. La molécule a été modifiée pour mieux potentialiser son action. 

Pendant un certain temps, les médecins ont utilisé l'Avastin en ophtalmologie car il n'y avait pas d'alternative. Mais son usage ne s'appuyait pas sur des études cliniques. Et surtout la commercialisation se faisait d'une manière "sauvage", peut-être avec la bénédiction de Roche, mais sans une autorisation officielle. Le médicament devait être préparé (dilué) en pharmacie et ne pouvait pas être utilisé tel quel.

Vous devez savoir que lorsque qu'une substance est utilisée sur une grande échelle, les risques de voir apparaître des effets secondaires non prévus sont importants.

Arrive le Lucentis, qui lui a passé tous les tests nécessaire. Que faire ? Est-on sûr que les effets des deux substances sont les mêmes ? Faut-il prendre des risques en se basant uniquement sur le prix ? Combien d'injections doit-on faire, sachant que la durée d'action est courte ? Quelles pathologies traiter ?

Pas facile...

Et encore moins facile pour mes confrères dans la cas présent, car les firmes pharmaceutiques n'ont pas joué le jeux. Vous remarquerez que dans cette affaire, c'est le silence radio complet du côté de Bâle.

Mais pour terminer juste une petite question ?

Croyez-vous que Roche, s'il est obligé de commercialiser l'Avastin pour une indication opthalmologique, va le vendre 80 frs la dose ?

Ne soyez pas crédule. Le prix sera proche de celui du Lucentis.

Courage monsieur Couchepin...

 

06:17 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |