23/04/2008

EMS ou maintien à domicile ?

185943633.jpg 

L’observatoire suisse de la santé prévoit que les coûts des soins de longue durée vont plus que doubler d’ici 2030.

Cela veut dire que le nombre de personnes de plus de 65 ans augmente d’une façon rapide et surtout que notre espérance de vie s’accroit.  Les 80 ans, et plus, vont passer de 340 000 à 625 000.

Une nouvelle médecine est en train de se mettre en place.

Une nouvelle vision de la prévention est nécessaire.

Tous les jours, j’entends cette remarque : « Il ne fait pas bon de devenir vieux »

La vieillesse ne doit pas être une calamité, un handicap, une punition.

Sachant que nous allons vivre de plus en plus longtemps, il est nécessaire de préparer tôt la troisième partie de notre vie.

A partir de 50 ans, pensez à votre condition physique, entretenez votre musculature. Vous devez marcher, vous devez pédaler, vous devez nager. Ne prenez pas l’ascenseur, allez un « petit coup » d’escalier ça vous entretient la pompe cardiaque.

 

L’âge ne doit pas être un facteur d’exclusion, d’isolement.

Il faut maintenir le plus longtemps possible nos personnes âgées à domicile.

Il nous faut accepter qu’une partie, de plus en plus importante de nos impôts, soit consacrée aux soins et à l’aide à domicile.

Il faut également repenser nos projets urbanistiques pour pouvoir mieux intégrer nos âgés dans le tissu social.

Le placement en EMS doit devenir l’exception.

Sacré challenge …

07:02 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Tout à fait d'accord. Il y a bientôt 30 ans, je travaillais pour le service social de la ville de Genève. J'allais faire le ménage et les courses chez les personnes âgées de mon quartier. J'étais fière de faire partie d'un tel programme parce que je voyais à quel point ces personnes tenaient à rester chez elles. Souvent, elles me faisaient un thé ou un café et on discutait un petit moment. On apprend beaucoup des personnes âgées. En plus c'était pas mal payé comme boulot non qualifié.

Écrit par : K. | 23/04/2008

Tant que le Service Social sera entre les mains de Mme Purro, ce sera le bordel. Il faut savoir que, dans ce qui est appelé les D2, il n'y a plus d'infirmière à plein temps et que c'est une équipe qui "tourne" et passe plus de temps en bagnole qu'au service des personnes âgées. Il faut également savoir qu'il n'y a personne le week-end pour porter aide aux "p'tits vieux". Dans une fondation que je connais, l'assistante sociale qui était attitrée à réussi à faire partir une pédicure retraitée et une prof de yoga retraitée également et suisesses parce que ces 2 personnes ne déclaraient pas leur petite activité (1 x par mois) à l'AVS ceci uniquement dans le but d'installer des copines frontalières comme elle-même. Cette femme a été déplacée et les "p'tits-vieux" n'ont jamais acceptés de prendre rendez-vous avec les frouzes.

Écrit par : Octave Vairgebel | 23/04/2008

depuis plus de 30 années que je travaille dans les soins, et surtout en ems.Je reste persuadée que le maintien à domicile doit être notre première préocupation! J'ai trop souvent vécu des déchirements, de grandes tristesses du au déracinement de nos aînés..un grand nombre d'entre eux se laissent aller
et malgrés une bonne prise en charge..."déposent les plaques" et nous quittent prématurément.

Écrit par : erables | 23/04/2009

Les commentaires sont fermés.