04/06/2008

Que les choses sont compliquées...

 

487107144.jpg

 

Comment vivre plus longtemps ?

La pierre philosophale de la médecine !

Lisez les revues grands publiques, les journaux médicaux, et vous trouverez une multitude de combines, de trucs se contredisant les uns les autres avec à chaque fois l’assurance de la certitude.

J’étais resté à l’exercice physique. A partir de 50 ans, faites du sport pour conserver votre musculature. Votre vieillesse sera douce.

Et bien c’est pour ma pomme. J’avais tort. Monsieur Derek HUFFMAN de l’université d’Alabama a démontré que l’espérance de vie augmentait en mangeant de petits repas (American Journal of Physiology-Regulatory, Integrative and Comparative Physiology, 00890, 2007).

Il démontre même qu’il faut mieux sauter un repas que d’aller au fitness.

Bigre.

Les souris qui ont suivi ce précepte sont devenues des supers mammy et papy.

Il semble que c’est la régulation de la sécrétion de l’insuline qui pose problème. Il faut des taux réguliers d’insuline dans le sang et non pas des montées (repas) et des descentes (sport).

Bon, je vous laisse juge, parce que je n’y comprends plus rien. La semaine dernière, je lisais qu’il fallait s’arrêter à midi et partager son déjeuner avec des amis. La semaine d’avant, qu’il ne fallait surtout pas sauter un repas. Et il y un mois, qu’il fallait prendre son petit déjeuner d’une façon plus que copieuse (bien gras avec force bacon and eggs et fromage), son déjeuner normalement et son dîner avec la plus grande légèreté (une petite collation).

 

Finalement, je ne suis pas convaincu et je reste avec mes certitudes.

Pour vivre vieux il faut avoir les plus de muscle possible. Le jour où un traitement simple nous permettra de conserver notre masse musculaire, je suis sûr que nous pourrons vivre sans problème plus que 100 ans.

Mais en fin de compte, à quoi cela sert-il ?

17:21 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

"Mais en fin de compte, à quoi cela sert-il ?" C'est juste la bonne question. Sur les personnes de plus de 80 ans, quelle est la proportion de ceux qui veulent arriver le plus vieux possible ? Et combien en ont marre et ne désirent qu'une chose, partir le plus vite possible ?
Avec une de ces dames du CMS qui sortait des soins à une personne plutôt proche de moi qui nous répéte souvent qu'elle veut mourir, on se disait qu'on pouvait aussi bien se remettre au montecristo n°4 de mes jeunes années, boire selon son envie et cuisiner au saindoux...plutôt que d'arriver à ces âges trop avancés.
Et une pomme par jour chasse le médecin, à condition de viser juste...(Churchill).

Écrit par : Géo | 04/06/2008

Les commentaires sont fermés.