18/06/2008

L'UDC ou le syndrome de la grenouille...

 

Vous savez celle qui voulait être plus grosse que le bœuf.

J’y ai pensé lorsque j’ai lu l’interview du candidat UDC au conseil d’Etat, monsieur Nydegger.

1282734356.jpg

Impressionnant ; c’est « pousse-toi de là que je m’y mette ». C’est ; « j’ai raison, les autres sont des nouilles ».

Nous sommes donc au parfum ; pas de négociation, liste à trois et si les petits copains nous snobent alors nous cassons le jouet et nous présentons 3 UDC. Génial.

Bon pour nous PDC pas de soucis, notre siège n’est pas en danger. Un grand merci pour cette précision.

Je n’ai pas l’impression que cette prise de position va faire avancer les négociations.

L’humilité : il ne connaît pas.

Franchement messieurs les Libéraux faites gaffes. Ne pensez pas pouvoir infléchir l’UDC ou la rendre plus douce. Vous allez perdre votre âme et vos principes.

L’UDC sait très bien que si elle collabore sérieusement avec l’entente, elle perd son fond de commerce (les « jamais contents », les « c’est de la faute aux autres », les « c’est de la faute aux étrangers »).

Sa base électorale est très fragile. Pour la conserver, l’UDC multiple les effets d’annonce. Un jour cela ne suffira plus.

L’avenir est au centre et pas aux extrêmes.

12:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Les commentaires sont fermés.