26/06/2008

Pause...

vacances-grece.jpg

 

Et oui des fois nous avons besoin de nous isoler un peu, de débrancher les connections neuronales, de simplement souffler.

Je m’en vais un mois, loin de tout, sans possibilité de connecter mon ordi.

Un vide salutaire.

Pour réfléchir, prendre de la distance, pour mieux à mon retour me fâcher et m’énerver.

J’espère que vos pieds pourront barboter dans une eau délicieusement fraiche, que vous pourrez enfin lire « the livre », que vous laisserez vos regards errer au loin.

De bonnes et belles vacances.

Pensez à vos bonnes résolutions du 1er janvier et surtout n’oubliez pas votre belle-mère sur une aire d’autoroute.

A tout de suite…

06:32 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/06/2008

Faut-il manger des animaux heureux ?

cochons.jpg

 

Et oui grave question.

Prenez des mignons petits cochons. Ceux qui sont élevés sans pouvoir choisir leur nourriture, recevant des antibiotiques, ne sont pas porteur de salmonellose (malgré la résistance aux antibiotiques) ou de parasites.

Ceux qui peuvent se promener à leur guise et manger ce qu’ils veulent sont plus à risque de transmettre des maladies à l’Homme.

Cela semble logique.

Mais dans une société ou le risque sanitaire doit tendre à zéro, la question de l’élevage libre sans prise d’antibiotique se pose.

Peut-on accepter la possibilité d’être malade ?

Peut-on assumer individuellement cette possibilité ?

Ou bien devons-nous demander à nos gouvernants d’écarter ce type de problème ?

Vastes interrogations…

Rien n’est simple, rien n’est compliqué.

Le bonheur peut être toxique.

Caramba, encore une certitude qui fout le camp

cochon_biere.gif

07:01 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/06/2008

Encore un effort...

 

image002.jpg

 

Nous ne pouvons jamais souffler.

Voilà t-il pas que notre bon Président Couchepin Premier suivant son idée (il en a une et il y tient) va décider de diminuer de façon drastique le remboursement du laboratoire du praticien.

En clair, c’est l’arrêt de mort des examens de laboratoire dans les cabinets médicaux.

Les économies : minimes.

Comme chez nos voisins français, le médecin va prescrire un acte et va adresser son patient au laboratoire le plus proche. Conséquence une perte de temps et une consultation supplémentaire.

Le laboratoire du médecin n’a jamais été un luxe. Il a toujours répondu à un besoin de rapidité, de proximité et d’économicité.

g6_athanor_laboratoire_auhik.jpg

Nous avions déjà perdu la radiologie pour les mêmes raisons : trop cher.

Nous allons peut-être perdre nos patients.

L’idée est dans l’air. Pourquoi ne pas supprimer les médecins et les remplacer par des techniciens en anamnèse, en examen médical, en prescripteur de médicaments. Ou bien alors des robots comme dans les livres de science-fiction.

Et bien nous en avons marre et maintenant que nous avons pris goût à la bagarre nous allons nous battre.

Monsieur Couchepin votre idée unique, vous devriez la tester sur les assurances maladies.

Strict application de la loi sur les réserves, contrôle des comptes par des organismes indépendants. Il existe probablement un bon petit « gisement » d’économie.

Ce n’est pas toujours les mêmes qui doivent trinquer…

12:52 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/06/2008

A quoi sert la justice militaire ?

 

367623262.jpg

 

Cette question est légitime après le drame de Kander.

Les familles des victimes ne peuvent pas se contenter d’une parodie d’enquête et de procès.

Trop souvent, nous avons eu l’impression que l’armée avait tendance à étouffer les affaires déplaisantes.

Il a été rappelé mais je pense qu’il est bon de le redire : nous en avons assez des exercices débiles organisés par des incompétents juste pour le « fun ».

Tous ceux qui ont fait leur service militaire peuvent donner des exemples de marches mal organisées, mal dirigées, d’exercices trop dangereux sans les compétences nécessaires pour les commander.

Comme médecin, j’ai du à plusieurs reprises refuser la surveillance de telles imbécilités, ce qui a entraîné à chaque fois leur annulation.

Les citoyens doivent avoir leurs mots à dire.

L’armée suisse ne peut pas fonctionner en vase clos.

Il est donc essentiel que la justice militaire soit supprimée et que l’instruction et l’établissement de la peine soit confiée à la justice civile.

Il n’est pas normal de faire pendant le service militaire des choses que vous n’oseriez pas organiser dans le cadre civil.

Le fait de revêtir un uniforme ne doit pas signifier que vous abandonniez votre esprit critique, que vous mettiez votre cerveau sur off et que sans réaction vous acceptiez de faire n’importe quoi

13:02 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/06/2008

Genève est sale...

 

dechets2.jpg

 

Ce matin, Genève est une malpropre, le Rimmel a coulé, les fards se sont estompés.

Ce matin, Genève est un peu plus sale que d’ordinaire.

Ce matin, Genève est franchement crade.

Peut-être c’est l’Eurofoot.

Mais franchement il ne faut pas la jouer Domenech. Vous savez ce monsieur qui est devenu entraîneur de football juste pour demander sa femme en mariage et qui considère la mauvaise foi comme un outil de communication.

Genève est sale tous les jours de l’année.

J’ai honte.

Je considère cela comme un manque de civilité, de politesse.

Tiens tout à l’heure, j’ai croisé, tôt, un quidam qui partant au travail faisait lui-même de l’ordre en ramassant les bouteilles et les papiers qui littéralement jonchaient le sol.

Je me suis permis de lui dire que la voirie allait passer. Il m’a répondu qu’il en avait marre et qu’il ne supportait plus cette situation. Alors je l’ai aidé. Nous avions l’air sûrement ridicule.

Alors faut-il que les citoyens se lèvent le matin pour faire le ménage ?

Ce matin, j’en ai vraiment assez de ces poubelles qui débordent toute la journée, de ses déchets déposés sur la voie publique, 12 heures avant le passage du camion à ordures, de ces frigos, canapés, lits abandonnés au coin des rues et sur les places.

Simplement, j’en ai ras la patate.

12:51 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/06/2008

Avis de décès...

603398413.jpg

 

Exit les cercles de qualité…

Mais qu’est-ce ? Encore un truc publicitaire « footbalistique » ?

Non simplement des rencontres en petits groupes entre des médecins et des pharmaciens d’une même région.

L’idée, au départ, était simple ; comment améliorer la prise en charge thérapeutique des patients, comment trouver le traitement le meilleur au meilleur coût.

Et cela marche.

Plusieurs millions de francs d’économie.

Que le bon peuple demande de plus.

Lui rien, mais nos copines les caisses maladies laissent tomber. Elles ne veulent plus payer la préparation des réunions (100 frs de l’heure pour le pharmacien) et la participation aux séances.

Leur argument béton : « Nous n’avons pas remarqué que les médecins facturaient moins »

Génial, donc je résume (c’est pour moi car j’ai souvent de la peine à suivre la réflexion tortueuse de nos meilleures ennemies), on améliore la prise en charge. on fait des économies mais en plus le médecin devrait voir moins ses patients, faire moins d’examens, bref en fin de compte à quoi sert-il ce fainéant âpre aux gains ?

Je pense que les caisses maladies ne connaissent pas les maladies chroniques. Et oui il existe des assurés qui ont besoins de voir REGULIEREMENT leurs médecins. C’est comme cela.

Quand j’entends ces énormités, j’ai vraiment envie de tout laisser tomber.

07:29 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/06/2008

L'UDC ou le syndrome de la grenouille...

 

Vous savez celle qui voulait être plus grosse que le bœuf.

J’y ai pensé lorsque j’ai lu l’interview du candidat UDC au conseil d’Etat, monsieur Nydegger.

1282734356.jpg

Impressionnant ; c’est « pousse-toi de là que je m’y mette ». C’est ; « j’ai raison, les autres sont des nouilles ».

Nous sommes donc au parfum ; pas de négociation, liste à trois et si les petits copains nous snobent alors nous cassons le jouet et nous présentons 3 UDC. Génial.

Bon pour nous PDC pas de soucis, notre siège n’est pas en danger. Un grand merci pour cette précision.

Je n’ai pas l’impression que cette prise de position va faire avancer les négociations.

L’humilité : il ne connaît pas.

Franchement messieurs les Libéraux faites gaffes. Ne pensez pas pouvoir infléchir l’UDC ou la rendre plus douce. Vous allez perdre votre âme et vos principes.

L’UDC sait très bien que si elle collabore sérieusement avec l’entente, elle perd son fond de commerce (les « jamais contents », les « c’est de la faute aux autres », les « c’est de la faute aux étrangers »).

Sa base électorale est très fragile. Pour la conserver, l’UDC multiple les effets d’annonce. Un jour cela ne suffira plus.

L’avenir est au centre et pas aux extrêmes.

12:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/06/2008

De l'odeur du café le matin...

 

1465350865.jpg

 

Le réveil sonne. Vous avez de la peine à remettre les pièces du puzzle en place. Vous confondez votre brosse à dents avec votre rasoir. Vous êtes sous pilote automatique.

La machine à café est mise en marche et soudainement le voile se déchire. Vous vous rappelez que vous existez et même que vous partagez ce triste monde gris et pluvieux (c’est pour la météo de ce printemps) avec une famille.

Alors question rouge à 1000 francs : Qui vous a réveillé ? Non ce n’est pas la chien, le chat, le petit dernier, la voisine du 5 ème ou le bruit de casserole d’un tram.

C’est l’odeur du café.

Prouvé, estampillé, breveté.

Monsieur Yoshinori Masuao, et son équipe de l’université de Tsukuba au Japon, a démontré que l’odeur du petit noir bien serré remettait en marche le fonctionnement de certains gènes nécessaires à la bonne marche de notre cerveau.

Etonnant, n’est-il-pas ?

A quand le réveil diffusant l’odeur d’un bon expresso. Vous allez vous lever avec bonheur et courage. Vous allez, tous les matins, vous réjouir de revoir votre chef.

Bref, la vie idéale.

14:12 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/06/2008

Que nous reste-t-il ?

Même pas le foot.

1518147307.jpg

Les femmes nous ont piqué notre pré-carré. Fini les séances freudiennes de régression, le laisser-aller devant la télé, les discussions cryptées, la lecture de « l’Equipe », bref notre petit monde à nous les hommes.

Tiens pour vous dire, l’autre jour, je rentre dans une pharmacie, plusieurs femmes, la pharmacienne ses aides, toutes féminines. Une discussion très animée était engagée. Je tends mon oreille et paf, boum, ciel : L ‘EURO. L’échange était vif et précis. Ces dames savaient tout sur la technique, le coaching, les options tactiques, J’étais baba. Et quand la disciple de Galien me susurra : « Et vous monsieur, votre avis… que diable ». Je répondis des banalités accompagnées par une brusque rougeur du visage. La honte absolue. Je balbutiais ma commande et je sortis complètement vaincu.

938569303.jpg

Et ce matin, encore sous le choc, je lis sur la manchette du « Matin », qu’un homme attend un enfant.

Oh secours, je rêve, je cauchemarde.

C’est la fin du monde de mes certitudes.

Mais que nous reste-t-il ?

Peut-être le service militaire…

14:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/06/2008

Clarification...

 

1734353464.gif

 

Qui va s’allier avec l’UDC lors des prochaines élections ?

La question est ouverte depuis la réélection du Procureur Général.

Le PDC a décidé de trancher à l’avance, sur le fond et non à la dernière minute. C’est non.

Les Radicaux et les Libéraux semblent céder aux chants mâles et patriotiques.

Qui a raison, qui a tort.

Première question : Quelle droite voulons-nous, ou plus exactement où est le centre ?

Les Radicaux sont très embêtés depuis qu’ils ont promis leur main aux Libéraux. De parti du centre, il devienne théoriquement parti de droite.

Les Libéraux semblent tout à fait partants pour s’associer avec l’UDC.

Résultats : une instabilité, des tiraillements, un manque de clarté qui va desservir le grand vieux parti.

Deuxième question ? L’UDC est-il un parti du centre droit ?

La réponse est non. L’UDC genevoise est un parti d’extrême droite comme l’alliance de gauche est un rassemblement d’extrême gauche.

Pour pouvoir discuter avec eux, il faut exiger une clarification de leurs positions. Ils doivent également donner des gages de modération politique et surtout qu’ils se recentrent.

On en revient toujours à ce centre hypothétique.

544597350.jpg

L’UDC genevoise, qui est un parti récent construit sur les cendres de Vigilance, sait très bien que s’il accepte de renoncer à certaines de ses idées le risque de repli et de pertes d’électeurs est important. Il ne peut pas s’appuyer sur une longue tradition agrarienne comme dans le canton de Vaud ou de Berne.

Je suis convaincu que Genève a besoin d’une politique centriste. L’idéal est une alliance PDC-Radicaux.

Attention à ne pas renoncer à nos fondamentaux, nos principes, ce qui a fait que ces partis sont toujours présents et qu’ils ont une histoire. Ils ont toujours fait passer l’Etat avant le reste.

Dans le cas contraire, et comme la nature a horreur du vide, le centre devra être recréé ou discuté avec d’autres partis.

10:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/06/2008

Gueule de bois !

 

877419157.jpg

 

Le réveil a été dur.

Hier, tous derrière la Nati, aujourd’hui personne.

Ce matin le rêve s’est envolé, 5 millions d’entraineurs vont refaire le match.

Ah si… Mais pourquoi machin n’a pas joué…c’est quoi cette tactique de …c’est la faute aux Turcs…c’est la faute à Couchepin (vous avez remarqué qu’à chaque fois qu’il est là, l’équipe perd)…On n’a pas la niaque…Tous des nuls…

Avez-vous eu le temps de lire les titres de la presse ?

En résumé, on tourne la page et on passe à autre chose.

Le pays est déprimé, l’entraineur est déprimé, Federer est déprimé.

1686518846.jpg

Il nous faut un bon psy.

Mais ce qui est sûr, c’est que nous gardons, et de loin, la tête du classement des défaites honorables.

Là nous sommes imbattables.

12:46 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/06/2008

Avez-vous envie de tuer votre médecin ?

 

Franchement cette question n’est pas anodine.

De plus en plus de confrères se font menacer et commencent à avoir peur pour leur intégrité physique.

Il y a quelques années, les risques étaient présents dans les centres d’urgences et les consultations psychiatriques.

Aujourd’hui, aucun médecin n’est à l’abri d’une agression.

2093333291.jpg

La pression sociale, la précarité, la solitude et le manque de compréhension sont de grands facteurs de risque.

L’avenir de beaucoup de patients se joue sur une décision d’un office social, d’une assurance ou de l’assurance invalidité.

Il existe la plupart du temps un gouffre entre le vécu du malade et la prise de position d’un juriste ou d’un médecin expert.

Une étude américaine a démontré que plus l’incompréhension était grande, plus le sentiment d’injustice augmentait avec le risque que la frustration se transforme en violence.

Il est donc essentiel d’expliquer les décisions, de le faire même en amont bien avant un quelconque verdict.

Le médecin doit mieux se former en droit des assurances sociales, doit bien connaître le fonctionnement administratif de l’aide social. Il doit être là, en plus de sa consultation, pour lire les lettres, les expertises, soutenir son patient si la décision lui semble injuste.

Il doit rassurer, monter son empathie et dire que si une porte se ferme, une autre peut s’ouvrir.

La solution existe toujours.

06:57 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/06/2008

Censure...

 

740962867.jpg

 

On n’arrête pas de nous dire que nous vivons dans une société de l’image et de l’information.

Que nous avons la possibilité de nous informer sur tout en temps réel.

Que nous devenons enfin des adultes responsables et critiques.

Foutaise…

Vous avez sûrement été averti que l’UEFA avait la main mise sur les images de l’Euro et qu’elle pouvait décider ce qui était visible pendant les retransmissions.

C’est vrai, avec l’argument percutant qu’il ne faut pas montrer la violence car cela donne des mauvaises idées.

Nous sommes enfin arrivé dans la vrai vie de « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ».

Vous n’avez pas un peu les boules.

Cette existence parfaite, lisse, ne vous rappelle pas quelques livres de science fiction.

Cette manipulation de l’image est terriblement préoccupante.

1932390953.jpg

Cet été pendant les jeux olympiques, nous aurons le même problème. Toutes les images seront censurées, Nous allons les recevoir avec un léger décalage pour que les autorités puissent intervenir immédiatement.

Notre société est en train, gentiment, de glisser vers un système totalitaire soft.

Les USA nous montrent la voie.

Il faut peut-être réagir pendant qu’il est temps

15:02 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

09/06/2008

Il n'y a plus de saisons ...

 

« Moi je vous dis, madame Michu, que c’est la faute aux ondes, et oui tous ces machins qui sont envoyés dans notre atmosphère. Vous en voulez le preuve et bien cette année je n’ai pas eu mon rhume des foins »

1139040783.jpg

Les pharmaciens font grises mines, les allergologues rongent leurs crayons en regardant tomber la pluie.

Après une saison tonnerre de Dieu en 2007, la déprime.

La faute au temps, je vous l’ai bien dit mon bon monsieur.

Les malades en sont tout déboussolés. Terrible de devoir perdre ses habitudes.

Vivement l’année prochaine.

En fin de compte c’est quand même pas mal de pouvoir se promener sans ses 20 paquets de mouchoirs, d’arrêter de larmoyer et d’éternuer.

1808071046.jpg

Cela nous donnes un avant-goût de guérison.

Les chercheurs sont en quête d’un vaccin pour remplacer la désensibilisation, qui est une méthode trop compliquée et trop longue.

Il semble que prochainement nous pourrons utiliser ce type de traitement. Les Anglais testent une substance qui serait injectée une fois par semaine sur un mois.

Alors amis du rhume des foins, gardez espoir, peut-être que pour vous il n’y aura plus de saisons

17:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/06/2008

CEVA, nouvel épisode...

Jeudi soir, le conseil municipal de la commune de Carouge a voté une résolution qui précise les conditions requises au retrait de son opposition.

La Tribune de Genève de ce jour en donne les détails.

Les élus PDC ont demandés que ces conditions soient plus précises et strictes. Malheureusement nous n’avons pas été entendus et suivis.

Actuellement les propositions de l’Etat ne reposent que sur des promesses. Il n’y a rien de concrets. Carouge ne peut pas accepter cette façon de faire. Le trajet proposé ne peut être agréé en l’état. Il vous faut imaginer le résultat. La seul zone de détente de la commune sera détruite pendant les travaux, mais aussi après. Si vous consultez les plans vous allez constater que les trains passeront en tranchées couvertes au niveau du service des automobiles, mais aussi sur la parcelle qui contient la piscine, les tennis et le boulodrome. Pouvez-vous imaginer une zone de détente avec des trains passant exactement en son milieu. Cela je ne l’ai pas encore vu.

val_d_arve__Coupe_profil_amenagement_68285.pdf

val_d_arve__plan_situation_amenagements_exterieurs.pdf

351289344.jpg

Dès le début du projet CEVA, la commune de Carouge a alerté les autorités. Aucune écoute, aucune bienveillance, rien, nada.

La solution du tunnel sous l’Arve n’a jamais été étudiée avec sérieux. Il ne faut pas venir me dire que nous ne pouvons pas passer sous cette rivière.  Si nous pouvons réaliser le Gothard et le Lötschberg, nous pouvons faire le mini tunnel de Carouge.

Citoyens Genevois c’est simplement pour une histoire de sous que cette variante n’est pas prise en considération.

Pour faire passer le projet, l’évaluation financière a été faite au plus juste. Il ne fallait surtout surchargé « le bateau » avec un tunnel.

Mais en fin de compte, vous allez de toute façon payer beaucoup plus cher. On parle, à mots couverts de 2 milliards à la place de 1.

Maintenant on nous demande de retirer notre opposition sur de vagues promesses.

Merci pour Bernex qui apprend que c’est chez elle que le SAN sera transféré. Il semble que cela ne soit pas l’enthousiasme.

L’Etat doit comprendre que pour que notre opposition soient levée, nous ne pouvons nous contenter de ce qui est proposé.

Le PDC demande : Premièrement que la loi sur le déménagement du SAN soit votée, deuxièmement qu’une promesse de vente, des terrains, à un prix très avantageux pour Carouge soit faite le plus rapidement possible devant un notaire et que l’option passage en tunnel soit une fois pour toute étudiée avec  sérieux.

La bataille commence…

12:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/06/2008

Sacrés gènes !

Depuis que nous avons commencé à pouvoir lire dans nos gènes, nous découvrons tous les jours de nouveaux mécanismes pouvant expliquer une maladie ou imaginer un traitement efficace.

Nous sommes ainsi confrontés à l’inégalité des chances face à la vie.

Bientôt vous pourrez, peut-être, savoir de quoi vous allez mourir et quand.

Un petit test et boum la réponse arrivera par la poste.

Nous n’avons pas encore imaginé l’impact de ce genre d’analyse sur le comportement de la population.

Vivre dans l’attente de l’inéluctable est une chose terrible.

Puisque que l’été arrive (enfin je crois…) les médecins attirent votre attention sur les risques de cancer de la peau dus à l’exposition au soleil.

Des chercheurs islandais, dirigés par le docteur Stefannson, ont démontré que les roux avec des tâches de rousseurs ont beaucoup plus de risque de développer un mélanome. Ils ont mis en évidence qu’une mutation du gène ASIP était la cause de la couleur des cheveux et de la pâleur de la peau.

1722555975.jpg

Mais ce qui est passionnant, enfin pas pour les roux, c’est que la présence de cette mutation double le risque de mélanome, sans que cela soit lié à l’exposition solaire.

Franchement ce n’est pas de bol.

Vous ne pouvez pas vous exposer aux rayons solaires parce que vous risquez le méga coup de soleil. Vous vous dites : bon j’ai peut-être de la chance dans ma malchance, pas de bains de soleil, pas de mélanome. Et bien non, vous êtes né avec ce risque et vous ne pouvez rien y faire.

1380781708.jpg

Pas simple…

Il aurait mieux fallu continuer à vivre dans l’incertitude et l’inconscience de son patrimoine génétique.

15:02 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/06/2008

Les réseaux de médecins ; la réponse idéale aux coûts de la santé ?

 

1647932432.jpg

 

Après le claque de l’autre jour lors des votations fédérales, nos chers députés ont trouvé « l’œuf de Colomb » de la santé.

Le problème des coûts de la santé, et surtout de l’augmentation des primes des assurances maladies, va être réglé par la mise en place de réseaux de médecins.

Et bien j’en doute.

Il faut que vous sachiez que des réseaux existent depuis l’entrée en vigueur de la LAMAL, soit 1996. Depuis 12 ans, ils fonctionnent.  J’ai participé à la mise en place d’un grand réseau à Genève. Nous aurions pu en profiter pour en faire une étude pilote, un test grandeur nature.

Et bien cela n’a jamais intéressé les assurances. Probablement ce n’était pas assez lucratif et surtout l’idée ne venait pas d’elles.

Les USA ont depuis longtemps préconisé ce type d’assurances. Allez voir chez eux comment cela fonctionne. C’est une catastrophe.

Je ne suis pas contre que les médecins travaillent en équipe, qu’ils puissent discuter de leur façon de gérer les cas pour pouvoir parvenir à la meilleure prise en charge de leur patient.

Cela c’est notre boulot et nous le pratiquons tous les jours. Vous croyez que j’ai attendu les idées « géniales » de nos parlementaires pour mettre ne place mon réseau informel. Vous croyez que j’ai besoin de leur aide pour poursuivre ma formation continue.

Vous imaginez que mes patients vont revenir me consulter si je ne suis pas capable de leur proposer une prise en charge optimale.

Simplement la meilleure des prises en charge n’est pas automatiquement la meilleure marchée.

L’idée du réseau façon caisses maladies, c’est de faire des économies. Il nous faudra probablement éviter les patients qui coûtent chers, banaliser les plaintes pour pouvoir demander moins d’examens, devenir les employés des caisses maladies.

Je ne suis pas d’accord.

Le plus urgent, après le 1er juin, c’est de faire de l’ordre dans les comptes des caisses maladies. C’est probablement là que nous allons pouvoir faire d’importantes économies.

17:08 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/06/2008

Que les choses sont compliquées...

 

487107144.jpg

 

Comment vivre plus longtemps ?

La pierre philosophale de la médecine !

Lisez les revues grands publiques, les journaux médicaux, et vous trouverez une multitude de combines, de trucs se contredisant les uns les autres avec à chaque fois l’assurance de la certitude.

J’étais resté à l’exercice physique. A partir de 50 ans, faites du sport pour conserver votre musculature. Votre vieillesse sera douce.

Et bien c’est pour ma pomme. J’avais tort. Monsieur Derek HUFFMAN de l’université d’Alabama a démontré que l’espérance de vie augmentait en mangeant de petits repas (American Journal of Physiology-Regulatory, Integrative and Comparative Physiology, 00890, 2007).

Il démontre même qu’il faut mieux sauter un repas que d’aller au fitness.

Bigre.

Les souris qui ont suivi ce précepte sont devenues des supers mammy et papy.

Il semble que c’est la régulation de la sécrétion de l’insuline qui pose problème. Il faut des taux réguliers d’insuline dans le sang et non pas des montées (repas) et des descentes (sport).

Bon, je vous laisse juge, parce que je n’y comprends plus rien. La semaine dernière, je lisais qu’il fallait s’arrêter à midi et partager son déjeuner avec des amis. La semaine d’avant, qu’il ne fallait surtout pas sauter un repas. Et il y un mois, qu’il fallait prendre son petit déjeuner d’une façon plus que copieuse (bien gras avec force bacon and eggs et fromage), son déjeuner normalement et son dîner avec la plus grande légèreté (une petite collation).

 

Finalement, je ne suis pas convaincu et je reste avec mes certitudes.

Pour vivre vieux il faut avoir les plus de muscle possible. Le jour où un traitement simple nous permettra de conserver notre masse musculaire, je suis sûr que nous pourrons vivre sans problème plus que 100 ans.

Mais en fin de compte, à quoi cela sert-il ?

17:21 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

03/06/2008

J'ai les "chocottes", mais je me soigne ...

826612112.jpg

 

Enfin de compte, peux-t-on se soigner de sa peur, de ses peurs ? La question a de l’importance. Nous connaissons tous des personnes phobiques, anxieuses ou souffrantes d’un syndrome post-traumatique. Les thérapies médicamenteuses aident, un peu. Les thérapies comportementales ou psychothérapeutiques peuvent être un succès, mais malheureusement chez un petit nombre de malades.

Il faut peut-être renverser la question et se demander ce qui fait que nous n’avons pas peur.

Un groupe de recherche de l’université de Hambourg-Eppendorf a mis en évidence une régulation de la peur grâce à notre système opioïde. Vous savez ces substances que nous fabriquons (une morphine endogène) et qui sont peut-être ce que nous pourrions appeler « l’hormone du bonheur ».

Cette équipe de chercheurs a demandé à 2 groupes de volontaires de subir une petite expérience. Chaque groupe percevait des stimuli douloureux en relation avec une image prédéfinie (des triangles ou des ronds). Un triangle, boum une douleur, un rond rien.

Un des groupes recevait en plus une injection de Naloxone, une substance qui bloque le système opioïde. Le groupe « normal » ne présentait de plus de réactions de peur après quelques stimuli. Par contre l’autre groupe ne voyait aucune diminution de ses réactions de peurs (The Journal of Neuroscience, 5336-07.2008).

Il est donc très probable que les personnes souffrant d’anxiété chronique, de peurs non contrôlables ou de sensation de panique, souffrent en fin de compte d’une dérégulation de leur système opioïde.

La peur est utile. Il permet de nous défendre et de nous protéger.

Mais trop de peurs ou une peur immense, une « trouille » terrible (« la peur de sa vie ») peuvent perturber la sécrétion de neurotransmetteurs en diminuant la quantité de certains.

Cette modification empêche et perturbe les réactions normales du cerveau.

Les chercheurs doivent maintenant trouver comment remettre les choses en place.

C’est probablement la chose la plus difficile.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

02/06/2008

Continuons sur cette même voie...

180513972.jpg

 

Hier les citoyens suisses ont dit clairement ce qu’ils désiraient comme politique de santé.

Cette victoire a été affaire de tous. Elle est venue de la base. L’action des professionnels de la santé, des associations de malades, des défenseurs des consommateurs a permis, par des arguments simples mais « bougrement » sensés de faire changer l’avis des partis politiques d’abord au niveau cantonal puis au niveau fédéral.

C’est premièrement une sacrée défaite du parlement. Il faut une fois pour toutes que nos élus nous écoutent. La base de la Politique s’est le travail sur le terrain.

C’est également un revers pour monsieur Couchepin. En fin politicien, il avait vu le vent tourner et il a fait profil bas durant toute cette campagne, mais il ne doit pas penser que ce vote est une reconnaissance pour ses convictions.

Les caisses maladies ont pris une sacrée baffe. Elles ont eu l’estomac trop gros et elles ont pensés, avec l’aide du parlement, qu’elles pouvaient tout se permettre, même faire voter un texte mensonger. Leur tentative de prise de pouvoir a échoué.

Les médecins se sont réveillés. Il leur a fallu du temps. Ils ont compris qu’il fallait absolument qu’ils défendent leur patient, qu’ils rappellent ce qu’est la maladie (une sacrée injustice) et qu’ils se battent pour tous aient le même accès aux soins.

Les médecins ne vont pas se rendormir, faites-moi confiance. Nous avons pris goût à la bataille.

Nous continuerons à défendre le libre choix du médecin, Nous continuerons à nous battre contre une médecine à deux vitesses. Nous allons exiger la vérité sur la gestion des caisses maladies.

Il faut que nous lancions une initiative demandant que les caisses maladies s’occupent uniquement de l’assurance de base. Il faut séparer la gestion du privé et de la base par la même entité. Cela semble une évidence. Une caisse maladie reste une mutuelle. Elle appartient à ses membres. Elle doit se contenter de rembourser les factures, un point c’est tout. Ce n’est pas à elle de faire de la politique, de dicter la politique de l’Etat.

Qu’en pensez-vous ?

07:14 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |