31/07/2008

Ah, les coquines...

 

L’été, les cocotiers, les vaches sur les alpages, le doux chant de oiseau et des armaillis, les bouchons sur l’A7, le stress des aéroports, la perte de « la valise », la tourista, bref le bonheur.

Et paf, alors que nous désirons ne penser à rien, nos grandes copines, les caisses maladies, nous annoncent suavement que les primes vont prendre l’ascenseur.

754_large.jpg

C’est toujours la même chose.

Les chiffres sortent d’un chapeau magique. Personne ne peut les contrôler. Il faut les croire sur parole. On reste dans le vague le plus complet. On menace et au début de l’automne la confédération, par la bouche de monsieur Couchepin, va gronder le bon citoyen et le méchant médecin.

Ah moins que notre conseiller fédéral favori, par une grâce paulinienne, fasse le ménage chez SantéSuisse, réclame la restitution de l’argent perçu en trop et vérifie que les réserves ont été ramenées à 10 % (pour les grandes caisses) et 15 % (pour les petites).

Ces dernières années, tout le monde a fait un gros effort. C’est maintenant le tour des caisses maladies.

cuillere-medicaments.jpg

Je n’accepte plus les augmentations. Durant 5 ans, j’ai payé en moyenne 2 primes de trop par année. Cette argent a été investi et a rapporté. Je n’ai rien vu.

Si la Confédération accepte les propositions des caisses, il faudra gronder, se fâcher et refuser de payer.

Aux barricades, Citoyens.

07:08 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/07/2008

Cela promet !

Après le tour de France, les jeux olympiques.

Hit parade du dopage organisé.

19-dopage.jpg

La question à 5 francs : quel est le malheureux qui va se faire pincer ?

De toutes les façons, le doute est présent et les performances seront sujettes à des remises en question.

Cela m’énerve, car lorsque je regarde la télévision, je me pose toujours la sempiternelle question : « allez ; il est dopé, chargé » et tout le plaisir de la retransmission s’envole.

Une étude qui a paru dans le Journal of Applied Physiology (2008) ne va pas m’aider à me rassurer.

Cela parle des contrôles anti-dopage.

Les chercheurs ont donné de l’EPO (vous savez cette hormone qui augmente vos globules rouges) à des volontaires. Ils ont remis les urines à deux laboratoires durant la phase où l’hormone est détectable.

Et bien le labo A a fait tout juste et le labo B tous faux.

Bref une vraie loterie.

tour-france-tri-dopage.jpg

Existe-t-il une solution ?

Probablement trop d’intérêts financiers sont en jeu. Mais un suivi régulier tout au long de l’année pourrait peut-être décourager certains.

Alors vous avez quand même envie de regarder votre poste à partir de 8 août ?

Pour la route et pour vous rassurez : vous pouvez boire votre bière en regardant la lucarne magique. Le contrôle de téléspectateurs n’existe pas encore.

15:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/07/2008

Misiones

 

De retour.

Pour vous casser de nouveau les pieds.

Et me croire le centre du monde.

 

Je reviens d’une étrange région d’Argentine ; un petit bout de terre coincé entre le Paraguay et le Brésil. Cette région est connue pour les missions qu’avaient créées les Jésuites.

Missions_jesuites.jpg

Une sorte de gestions des biens et des personnes faisant penser à un système communiste avant l’heure ou aux kibboutz.

Ils avaient réussi en pleine forêt vierge à édifier des villages de plus de 4000 personnes, autosuffisant, économiquement prospères. Ils avaient édifié des églises monumentales et développés les arts des la musique et du chant.

Leur puissance économique était devenue tellement grande que le roi d’Espagne avait décidé de les expulser. Et la forêt vierge a repris ses droits.

02-misions-jesuites.jpg

Cette région est peuplée de vieux suisses, ayant une vision idyllique de leur patrie, vivotant chichement de leur AVS et vous préparant d’improbables fondues. Ils sont partis pour fuir la misère, attirés par des rêves de fortune. La région, où ils vivent, s’appelle … Eldorado.

Les richesses ont été pour d’autres.

Alors ils attendent la fin de leur vie en rêvant au pays mythique de leur enfance.

La Suisse est toujours trop belle lorsqu’on l’a quittée.

Cette mélancolie typiquement notre.

07:25 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |