06/10/2008

Les anti-dépresseurs semblent diminuer la fertilité masculine.

 

anti-depresseurs.jpg

 

Une étude faite au Cornell Medical Center à New-York par le docteur Peter Schlegel semble le démontrer.

Il était parti d’une observation chez deux de ses malades. Ils avaient développé une infertilité lors d’un traitement par un inhibiteur de recaptation de la Sérotonine (ce terme barbare regroupe un ensemble de nouveaux anti-dépresseurs).

Pour confirmer son hypothèse, il a demandé à 35 sujets, en bonne santé, de prendre pendant 4 semaines un tel type d’anti-dépresseurs.

A première vue, les spermatozoïdes ne semblaient pas touchés.

Mais lorsqu’il a étudié leur ADN, il a remarqué qu’il était abîmé ; 30 % de fragmentation contre 13 % avant le traitement.

Pour ce chercheur, la différence est significative et peut entraîner une infertilité.

Bon c’est bien de la savoir, mais il y une question qui reste en suspend.

Cette atteinte est-elle réversible ?

Si c’est oui, alors le dommage est de peu d’importance.

Par contre, si c’est non, il nous faudra faire attention à chaque prescription de ce type de médicaments et mettre en garde notre patient.

Ce genre d’exemple nous rappelle qu’un médicament doit être prescrit à bon escient et seulement lorsqu’il est vraiment nécessaire.

 

12:39 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Les commentaires sont fermés.