14/10/2008

Une belle histoire d'amour...

 

Coeur_de_Marie_3.jpg

 

Pour changer par les temps qui courent, une petite histoire, presque une fable avec sa morale.

Un veuf de 90 ans, bien sur tous les rapports, actif et clair dans sa caboche, propose à une charmante jeune fille de 97 ans de partager sa vie et sa grande maison.

Le hic c’est que la jouvencelle vit dans un EMS. Le galant appelle donc la direction et déclare qu’il viendra chercher sa dulcinée. Scandale, cris, « impossible mon cher monsieur, on entre en EMS mais on en sort pas comme cela, ce n’est pas dans le règlement »

Le jour dit, voilà notre homme qui trouve portes closes. Personne ne vient ouvrir. Alors philosophe, il s’assied sur le banc public (banc public, banc public…) qui fait face au bâtiment et il attend.

Voilà t’il pas que la police (ta pomme ta poire) débarque. « Voyons monsieur que faites-vous là, vous devez partir » « Mais je suis assis sur un banc public et je goûte au paysage ».

Les pandores passent de multiples coups de téléphone, sont perdus « Pas dans le règlement ce truc là » et finissent par accompagner le prétendant à l’intérieur de l’EMS.

Là la promise attend sagement, sa valise à la main.

Le Don Juan tend son bras (car il a des usages) et sort le plus tranquillement du monde accompagné da sa fiancée.

Depuis ils vivent heureux et ils auront …

La morale : Pourquoi faut-il toujours infantiliser nos personnes âgées et ne pas (lorsqu’ils vont bien et qu’ils ont toutes leur tête) les laisser vivre leur vie

12:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Votre histoire est adorable.
De plus, elle décrit très bien la tendance à l'infantilisation des personnes âgées.
Cette histoire méritait bien d'être publiée deux fois dans la même matinée.

Toutefois, je ne pense pas judicieux que vous publiiez systématiquement vos billets quotidiens deux fois par jour. D'une part parce que la page d'accueil est déjà bien chargée, surtout en ce moment de préparation de la Constituante, et d'autre part dans le mesure où vous n'accueillez pas volontiers les commentaires qui stimulent des débats.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14/10/2008

Ah ... l'amour, ... , comme il me manque.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/10/2008

Les commentaires sont fermés.