27/10/2008

La révolution est-elle pour demain ?

Revolution.jpg

 

Je m’interroge, comme je pense la plupart des citoyens suisses, sur le rôle du politique.

La crise financière des sub-primes a mis en évidence, ce que nous ressentions d’une façon vague, l’absence complet de contrôle de l’Etat sur le fonctionnement de l’économie.

En résumé c’était : « Je te donne du fric pour ton parti et pour ton budget, sois content et tais toi… ».

Une espèce de coup d’état larvé.

Ou en tous les cas, une démission face aux devoirs de toutes démocraties.

Cette dissociation entre la réalité et les faits, le peuple l’a bien ressentie.

Notre jeunesses a compris une chose, fais du pèze et consomme. Ne réfléchis pas, c’est mauvais pour ta santé.

Le réveil est brutal.

Ta retraite va diminuer, tes assurances sociales branlent du manche, tes impôts vont augmenter.

Et en échange, rien.

Nous attendons tous une réponse ferme de nos dirigeants. Un plan de sauvetage ne peut pas être un cadeau. Certaines personnes devront répondre de leur responsabilité. Pourquoi ne parle-t-on pas d’escroquerie ?

Les bonus doivent être récupérés. Donnant, donnant, je t’aide que si tu le rends.

L’Etat doit rapidement mieux garantir les dépôts pour éviter une panique aux guichets.

Il doit démontrer qu’il est au côté du plus pauvre et qu’il le défend.

Il doit montrer et affirmer que c’est lui le Chef.

Sinon nous ouvrons une voie royale aux extrémistes de gauche ou de droite, avec toutes les conséquences que nous connaissons.

révolution2.jpg

En cas de crise, il faut parler, communiquer, tout mettre sur la table et faire participer le citoyen.

Pas de règlements entre copains.

07:03 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

L'économie contrôlée par l'état s'appelle "économie planifiée", un concept des pays de l'Est, qui a mené à la faillite du système, en 1989.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 27/10/2008

Les hommes cherchent toujours leur propre avantage avant tout. Leur avantage englobe généralement dans l'ordre décroissant, celui de leur famille, de leurs amis, de leurs connaissance, enfin de ceux qui leur ressemblent le plus: ethnie, couleur, Il faut y inclure les liens tissés par la proximité idéologique, politique, religieuse, etc.
Pour que cette règle puisse subir des exceptions, il faut un renversement de ces valeurs, ce qui est le cas lors d'une révolution, par exemple, lorsque l'idéal révolutionnaire peut mener au sacrifice de ses proche dans les cas extrêmes, dans la mesure où ils sont perçus comme des ennemis. La certitude qu'un sacrifice personnel (en général limité à ce qui n'est pas essentiel à son mode de vie) sera réellement mis à profit par les autorités politiques pour contribuer à une amélioration qui leur semble très importante à divers titres, pourrait peut-être persuader la majorité d'une population qui bénéficie du droit de vote à le consentir et donc à inverser légèrement l'ordre de priorité habituel, mais les mécanismes énoncés plus haut font que ces conditions sont rarement remplies et que la propagande, les fausses promesses, le copinage, les mensonges et la corruption sont finalement les moyens les plus sûrs d'amener la population à faire ces sacrifices, que l'on peut en outre traduire de manière ultime par "persuader la majorité de la population à renoncer à certains avantages pour le bien d'une minorité".
Ce fonctionnement va se faire de plus en plus brutal à mesure que les ressources de la Terre s'épuisent et les hommes ne sauront pas en changer sans bouleversements presque totaux des habitudes et des valeurs selon lesquelles ils ont pris l'habitude de vivre. Croire qu'il en sera autrement, c'est croire qu'après cette planète nous pourrons en utiliser d'autres ou, à défaut, que le propriétaire d'une terre la partagera volontiers avec les autres et que les gens se feront un plaisir d'ouvrir leurs coffres-forts pour en distribuer les richesses. Et cela vaut pour chacun de nous.
P.S. Selon une estimation des plus sérieuse, les ressources de la Terre pourraient suffire sans s'épuiser aux besoins de 200 millions de personnes adeptes du mode de vie américain à l'heure actuelle.

Écrit par : Mère | 27/10/2008

à la question, la révolution est-elle pour demain, il n'y a probablement pas de réponse sérieuse. Sauf pour les devins. par contre, on peut sérieusement réfléchir à l'avenir. Voir le blog suivant [www.matierevolution.fr]

Écrit par : Robert Paris | 22/05/2009

excellent site ...merci Robert pour l-info.....

Écrit par : mur | 22/05/2009

Les commentaires sont fermés.