28/11/2008

Allez , un petit dernier pour la route...

alcool2.jpg

 

Le Conseil Fédéral veut réintroduire la publicité pour le vin et la bière, à la télévision, pour être en conformité avec un programme européen de promotion du cinéma.

Bien, super, génial.

Est-ce vraiment utile ou tout le monde s’en fout.

Ce qui me fait d’abord marrer, c’est le fait que la Suisse n’est pas dans l’Union Européenne, mais qu’elle applique tous ses règlements et lois, au garde à vous le petit doigt sur la couture du pantalon.

Même les plus stupides comme celui-ci.

Depuis des années, nous nous battons contre la banalisation de la consommation des l’alcool. Nous essayons d’attirer l’attention des ados. Nous sommes très préoccupés par les excès constatés dans cette classe d’âge.

L’alcool fait des ravages dans notre pays, bien plus que la consommation d’autres drogues.

Nous le savons.

Alors ayons une politique claire, comme pour le tabac.

Pas de publicité.

Ne croyons pas que le vin et la bière sont moins dangereux.

La grande majorité des alcooliques sont des consommateurs des ces deux boissons.

Nous ne pouvons pas avoir deux langages. Nous devenons inaudibles.

Comment parler à nos jeunes alors qu’ils pourront voir à la télévision de plantureuses starlettes et de magnifiques sportifs, levant le coude rayonnant de santé et de bien-être.

N’ayez pas peur, ce n’est pas dangereux, allez un petit dernier et votre vie sera belle.

Quelle hypocrisie ?

Le fric, le fric et toujours le fric.

07:08 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/11/2008

La violence faite aux femmes.

 

femmes battues.jpg

Je ne veux pas revenir sur les multiples articles, émissions, point de vue, parus hier.

Il est essentiel de parler de la violence dans le couple, des femmes martyres et battues. Une journée qui leurs est consacrée est une simple justice.

Je veux tout bêtement témoigné de ma petite expérience.

Comme toubib, je suis effrayé par le nombre de femmes battues que j’ai rencontrées lors de mes consultations. Pourtant je ne suis ni médecin de famille, ni psychiatre, mais rhumatologue.

Depuis 15 ans, je me suis posé et je me pose encore la question, comment réagir, comment aider. Nous vivons dans un pays où il est existe des structures adaptées à ce problème.

Mais encore faut-il que ces femmes acceptent de parler et surtout de prendre la décision de faire quelque chose.

J’en ai vu des bleus suspects, des lésions étranges, des chutes qui n’en sont pas.

A chaque fois, il faut apprivoiser, prendre du temps, attendre le bon moment. Il faut expliquer les droits, prendre des rendez-vous, soutenir.

Et puis lorsque la situation semble avoir évolué favorablement, le rechute (vous savez mon mari est redevenu gentil…) ou la fuite (le rejet du thérapeute).

Derrière toute cette tristesse, il existe souvent une histoire sordide d’enfance maltraitée, de parents alcooliques, d’inceste.

La vie est vraiment injuste. Certains tirent toujours la mauvaise carte.

Alors des journées comme hier, oui, mais comme toujours ; le lendemain le problème est toujours là et les mêmes femmes continuent à courber la tête pour se protéger des coups. Cela ne se passe pas loin d’ici. Cela se passe dans votre immeuble, sur votre palier, peut-être chez vous…

07:08 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/11/2008

Mauvaises ou bonnes questions ?

question.gif

 

Pour faire suite à mon petit mot d’hier, j’aimerais vous faire partager ma préoccupation du moment.

Sur le plan médical s’entend, parce que sur le reste j’ai des tonnes de mauvaises questions avec des super mauvaises réponses.

La question qui est posée est la suivante. Diagnostique-t-on trop tôt certains cancers ?

La communauté scientifique s’est penchée sur ce problème en étudiant le cancer de la prostate et le cancer du sein.

Le progrès des techniques d’investigations est tel que nous pouvons enlever une tumeur encore à un stade très précoce.

Excellent, jusque là pas de problème, pas de soucis.

D’un autre côté, nous savons que le corps est capable de faire disparaître des cancers débutants et probablement nous avons tous eu des petites tumeurs qui ont éliminées naturellement.

Nous sommes arrivés à la bonne ou à la mauvaise question. Que faire ?

Surveiller et attendre.

Ou être invasif et commencer des traitements potentiellement toxiques.

Pas simple.

Mettez-vous dans la peau d’un patient. On vous annonce que vous avez cette sacrée maladie et on vous dit : Ecoutez, on ne fait rien, revenez dans 6 mois.

Il faut être fort psychologiquement pour vivre avec en ne sa faisant pas de mouron et en espérant que 6 mois après la situation soit toujours sous contrôle.

Alors mauvaise ou bonne question ? Comme dirait ma voisine ; toutes les questions qui dérangent sont bonnes, mais attention il est mauvais d’avoir raison trop tôt.

question2.jpg

07:06 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/11/2008

Touche pas à ma prostate !

prostate.jpg

 

Sujet tabou et délicat pour nous les hommes. Cette sacrée glande nous cause bien des soucis. Elle ne se contente pas de grossir ce qui nous provoque bien des désagréments, mais en plus les risques de cancer ne sont pas négligeables.

A 60 ans, un homme sur 2 est silencieusement porteur de cellules cancéreuses prostatiques et à 90 ans près de 100 %.

Jusqu’à maintenant, les choses semblaient claires. Dépistage, campagne de sensibilisation, Messieurs allez consulter.

Et puis, comme un doute, est-ce bien utile ? Faut-il traiter tous les cancers ? Ne faut-il pas attendre, sachant que la tumeur va se développer très lentement.

L’opération pour enlever cette glande n’est pas sans risque ; impuissance et surtout une possible incontinence urinaire.

Un collectif de 200 médecins généralistes français vient de demander un moratoire. Ils réclament la fin des campagnes d’information sur le dépistage du cancer de la prostate. Ils considèrent que la pratique actuelle aboutit, dans de nombreux cas, à découvrir des cellules cancéreuses qui n’auraient jamais provoqué de cancer.

prostate2.jpg

Il est vrai que souvent nous avons l’impression d’être en face de deux types de maladies. Des tumeurs très agressives qui emportent les malades en deux ans et les autres. Dans ce deuxième cas de figure, la mortalité est très faible 1.3 à 3 % et surtout des études ont démontré qu’une simple surveillance était aussi profitable que l’ablation de la glande.

Alors dépistage de masse ou surveillance individuelle.

La deuxième solution semble remporter tous les suffrages.

Les spécialistes reconnaissent même qu’il faut laisser tranquille les hommes de plus de 75 ans.

07:25 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/11/2008

Mais où sont passés les garçons ?

 

2 chiffres, peut-être sans grande importance ou sans rapport avec une réalité, mais qui, quand même, donnent à réfléchir.

66 % de filles au collège De Staël.

etudiantes.jpg

Plus de 50 % d’étudiantes en faculté de médecine.

Un sacré chemin parcouru depuis mon époque collège et université où les femmes étaient une minorité.

Nous allons vers une société de plus en plus féminisée où, probablement, le rapport au travail va profondément se transformer.

Je me rappelle qu’en médecine une vraie femme était celle qui accouchait à 10h00 le matin et qui se remettait au travail l’après-midi. Elle devait faire comme les mâles et en plus être sexy, intelligente, bonne mère…et j’en passe.

Résultat des collègues déprimées, surmenées, culpabilisées, qui accouchaient souvent de prématurés.

La minorité devenant majorité pourra faire entendre sa voix. Je l’espère, parce qu’il serait stupide que tout continue comme avant par simple mimétisme ou un manque d’intérêt pour la chose publique.

étudiantes2.jpg

Mesdames vous devez nous réinventez le monde.

Surtout ne copiez rien.

 

Mais alors, où sont passés les garçons ?

06:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/11/2008

Il ne faut pas tirer sur l'ambulance !

 

Encore que…

J’ai de la peine à suivre notre bon Conseil d’Etat.

Il accumule les bourdes peut-être pour que les journaux parlent de lui.

J’ai connu des patients qui faisaient tout et n’importe quoi pour démontrer aux autres qu’ils existaient.

Sommes-nous dans la même situation ?

Dans ce cas, je propose une thérapie de famille chez un tout bon psychiatre.

Franchement, j’ai lu ce sacré fascicule pour pouvoir me décider au sujet du vote du 30 novembre.

vote.jpg

Et bien je suis tombé dans le panneau. Vous me direz que je ne suis pas trop critique et un peu moutonnier, mais je fais bêtement confiance à l’autorité.

Je me suis quand même dit : « Tudieu elle n’est pas terrible cette initiative sur le cycle d’orientation pour que le texte de présentation soit si négative »

Et bing j’ai voté contre.

J’espère qu’après cet aveu, on ne me retire pas mon droit de vote.

urne.jpg

Existe-t-il des juristes à l’Etat ?

Osent-ils parler ?

Probablement nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

La décision de Tribunal Fédéral risque de ne pas être triste au sujet du CEVA.

La réponse de l’Office Fédéral des Transports semble contredire les arguments qui ont poussé nos édiles à déclarer non-constitutionnel l’initiative des opposants au trajet proposé.

Allez encore un petit exemple pour la route, après je vous laisse tranquille.

Toujours au sujet de ce serpent de mer nommé CEVA ; à Carouge monsieur Müller est venu nous dire que le déménagement du bureau des automobiles ne posait pas de problème et que la commune de Bernex serait enchantée de le prendre sur son territoire.

Il suffisait de donner un petit coup de fil aux autorités de cette commune pour avoir une réponse claire et nette : Non, jamais de ce machin chez nous.

Qui croire ?

Je ne peux pas fonctionner si je ne peux pas faire confiance.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/11/2008

Pourquoi les femmes ont-elles toujours les pieds froids ?

Grave question.

Sujet d’énervement au sein des couples lorsque madame essaie de réchauffer ses mignons petons sur votre ventre.

L’horreur absolue, vous manquez à chaque fois de faire un arrêt cardiaque.

pieds2.jpg

Le problème c’est que nous avons toujours chauds et que nos douces moitiés ont toujours froids.

« Arrête de toujours ouvrir la fenêtre, veux-tu aller la fermer, pourquoi as-tu stoppé le chauffage… »

En voiture, ce n’est pas mieux, les tropiques.

Vous rêvez de passer vos vacances au Groenland, votre compagne au sud du sud, enfin pas trop au sud car dans ce cas vous allez gagner.

pieds3.jpg

En parlant de victoire, vous remarquerez que vous bastez à chaque coup.

Il n’y a donc pas de solutions.

C’est comme cela.

C’est la vie comme dirait l’autre.

Et puis cela nous change des sujets à la mode, comme le retour de « Freddy » Blocher en Suisse ou la déliquescence du parti socialiste en France.

Ainsi va le monde…

06:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/11/2008

Au secours. il revient ...

 

Vous connaissez ces films où le méchant ne meurt jamais, même s’il est tombé de 50 mètres ou qu’un train lui ai passé dessus. Le scénariste trouve toujours une combine pour pouvoir le faire renaître.

L’UDC devrait se recycler dans l’industrie cinématographique.

Monsieur Blocher fait son retour.

blocher.gif

Ils sont fous ces zürichois.

Ils ont du manquer un épisode. Ou alors ils ont une case en moins.

C’est triste et pathologique.

Monsieur Blocher, n’avez-vous pas compris que le pays n’a plus besoin de vous.

En politique, il faut accepter la défaite et savoir en tirer les conséquences.

Il y a une année, l’assemblée fédérale vous a montré la porte. Vouloir revenir par la fenêtre dénote une absence de panache et de fierté.

blocher2.jpg

Je ne suis pas UDC, mais je me marre doucement. Votre candidature est la meilleure façon de saborder votre parti.

Je ne veux pas être à la place des députés de votre parti qui devront décider, cette fois, de tuer le père.

En auront-ils le courage ?

06:50 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/11/2008

Google : nouvel acteur de la politique de la santé !

 

google2.jpg

Connaissez-vous Google Flu Trends ?

Non, mais ne vous angoissez pas, bientôt vous allez être au parfum.

Google crée cet instrument pour combattre les épidémies de grippe en avertissant à l’avance les régions à risque.

Comment ?

Simplement en caviardant vos recherches.

Vous utilisez les mots clés : fièvre, rhume, douleurs musculaires, grippe. Une petite « lumière rouge » s’allume chez Google et vous êtes répertoriés.

Si des dizaines de vos concitoyens font la même chose, cela veut probablement dire que des cas de grippes sont en train d’apparaître dans votre contrée.

Bingo, la multinationale intervient et le plus aimablement du monde avertit vos édiles qu’ils ont l’intérêt à se réveiller et à mettre en place toute l’aide nécessaire.

Les pays limitrophes auront également la possibilité de savoir à l’avance comment se comporte cette épidémie et prendre toutes les décisions nécessaires.

Ce n’est pas beau tout cela.

Merci qui…

Mais j’ai quand même un petit doute et comme une minime crainte.

Lisez la revue « Le Monde2 » de cette semaine et vous verrez que le diable se cache toujours derrière un détail.

google.jpg

Google propose déjà de gérer votre dossier médical.

Quid de la protection des données ?

Et si vous utilisez d’autres mots clés : SIDA, cancer, syphilis, avortement ?

Toutes les dérives sont imaginables.

Je suis probablement un peu trop parano.

07:14 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/11/2008

Mais à quoi cela peut-il servir ?

Je suis toujours impressionné par le nombre d’études scientifiques, pourtant publiées dans de bons journaux, qui une fois lues nous font sourire ou nous arracher les cheveux.

J’ai l’impression que l’utilisation mal compris des statistiques est à l’origine de nombreuses bizarreries.

Un exemple : Madame Yvonne KELLY de l’University College of London a publié dans « L’International Journal of Epidemiology » une étude démontrant que les femmes qui consomment une à deux consommations contenant de l’alcool, par semaine pendant leur grossesse, ont des enfants avec beaucoup moins de problème de comportement.
alcool-femmme.jpg

Franchement je ne vois pas la relation. Car de toute façon un ou deux verres par semaine n’a aucune action physiologique. On aurait aussi pu étudier la consommation des carottes ou des rutabagas. En lisant avec plus d’attention, on remarque que ces femmes prennent plus de temps avec leur enfant, les stimulent plus et sont moins stressées. Il est certain que si vous les comparez avec des personnes qui abusent alors il n’y a pas photo. Nous savons depuis des lustres que l’alcool est toxique pour les fœtus et provoque des retards de développement.

De plus ce message peut être mal interprété. « Vous pouvez boire pendant votre grossesse, pas de soucis et c’est bon pour le petit ». Pas très intelligent. Franchement le bon sens suffit.

Les toxiques sont mauvais pour votre enfant, un point c’est tout.

foetus.jpg
Et surtout donner aux mères, et aux pères, les conditions nécessaires pour pouvoir bien élever leur progéniture.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/11/2008

Horreur...

 

J’ai pris une grande décision, je ne vais plus serrer les mains. Trop dangereux, même si c’est suicidaire pour un homme politique.

mains.jpg

Monsieur Fierer, de l’université de Colorado à Boulder, a retrouvé sur nos mains 4742 espèces de bactéries.

Et le pire c’est que les femmes en ont un maximum, beaucoup plus que nous.

Et dire qu’elles se lavent plus les mains.

Il semble que certains microbes préfèrent les mains propres.

mains2.jpg

L’avantage des messieurs, qui restent de gros cochons car ils ne se les lavent jamais, c’est d’avoir une peau plus acide. Et boum les petites bêtes trépassent.

bactéries.jpg

Terrible dilemme. Que faire.

Simple, pour les dames uniquement la bise. Mais sur une joue parce que franchement on ne peut plus faire confiance.

Peut-être un petit bécot avec un masque.

Ou alors une tape virile sur l’épaule avec bien sûr une dextre gantée.

Nous vivons vraiment une époque magnifique.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/11/2008

Prescrire...

méd.2.jpg

 

Acte difficile.

Acte qui ne doit jamais être automatique.

Donner un médicament sans pouvoir suivre son action et sans accompagner sa prise d’un dialogue thérapeutique est probablement inutile.

Le médicament peut être interprété comme un geste « magique ». Je le prends, mes problèmes disparaissent. Je n’ai pas à remettre en question ma façon d’être.

Cela peut-être également une façon d’aller vite, d’abréger la consultation car le temps manque.

« Prenez cette pilule et nous nous reverrons pour juger de l’effet » En terme de rugby, c’est botter en touche.

C’est aussi difficile de clore une consultation sans rien donner. Certains ont l’impression que vous ne les avez pas écoutés et que vous n’avez rien fait.

Convaincre signifie que vous avez compris la pathologie et que vous savez l’expliquer simplement et avec clarté.

Toutes ces remarques après avoir lu dans « Le Monde », daté du 9-10 novembre, une analyse de madame Sandrine Blanchard : « Les Français sous psychotropes ».

Surconsommation d’antidépresseurs, de tranquillisants chez des patients qui ne sont probablement pas tous dépressifs.

Doute qu’en à l’utilité de tels traitements.

Psychiatrisation de la société. Impuissance des médecins devant des problèmes politiques, économiques et sociaux. Déresponsabilisation de la société.

La crise actuelle aura peut-être l’avantage de remettre en question notre façon de vivre et de fonctionner.

méd..jpg

07:04 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/11/2008

Nos amis, les chiens...

 

Allez pour finir la semaine, une petite histoire lue dans la revue NewScientist (1er novembre 2008 n° 2680).

Savez-vous que lorsque vous rencontrez quelqu’un, vous allez regardez le côté droit de son visage.

visage.jpg

Pourquoi ? Simplement parce ce que nous montrons nos émotions en utilisant cette partie de notre figure.

Je peux donc juger si vous êtes aimable, sympa, détestable, impossible, un affreux jojo ou alors un adorable personnage.

Plus important, je me rends compte de votre agressivité.

viage2.jpg

Je peux en conséquence vous envoyez un pain dans la gueule avant que vous y pensiez.

Les avocats pourront à l’avenir utiliser cette excuse pour obtenir les circonstances atténuantes.

« Monsieur le juge, mon client n’a rien pu faire, son inconscient a jugé le côté droit de la partie adverse et l’a trouvé menaçant… »

Mais que viennent faire les chiens dans cette galère ?

Et bien ils sont comme nous.

Médor fixe votre face et sait tout de suite s’il doit planter ses crocs dans votre confortable fessier ou vous lécher avec un enthousiasme débordant.

Il semble que notre vie commune lui ai permis d’apprendre ce détail si important.

visage3.jpg
Pas de chance, vous ne pouvez plus feindre en arborant votre plus beau sourire. Le côté droit de votre frimousse va obligatoirement vous trahir.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/11/2008

L'andropause : un mythe ?

andropause2.jpg

 

Fatigue, diminution de l’endurance à l’effort, dépression, baisse de la libido… Normal à partir de 65 ans ?

25 % des hommes, de cet âge, présente un taux de testostérone (hormone mâle) abaissé.

Il est donc important d’investiguer ces symptômes et faisant, en routine, un contrôle du système hormonal masculin.

D’accord mais peut-on intervenir ?

Redonner des hormones ?

Vous n’y pensez pas, cela augmente le risque de cancer de la prostate.

Et bien c’est semble-t-il erroné.

Le docteur Nieschlag, de l’Université de Münster, a édité des nouvelles recommandations dans le « Journal of the National Cancer Institute » et il conclut qu’il n’y a pas d’évidence scientifique que la testostérone augmenterait le nombre de néoplasie de la prostate.

Alors faut-il accepter la fatalité ?

andropause.jpg

Ne pas traiter la prise de poids, la perte musculaire (augmentation du risque de chute), la diminution de la masse osseuse (l’ostéoporose comme chez la femme), la déprime, les troubles du sommeil, la fragilité de la peau et la libido ?

Peur d’en parler ?

Honte du vieillissement ?

Les femmes ont depuis longtemps franchi le pas, aux hommes de le faire maintenant.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/11/2008

Vous vous rappelez de McEnroe ?

mcenroe2.jpg

 

Bien sûr, vous ne pouvez pas avoir oublié ses terribles colères et son assurance d’avoir toujours raison.

La terreur des courts, la hantise des arbitres.

Un sacré bonhomme, un sacré bon joueur.

Un superbe jeu d’attaque.

Le spectacle à lui tout seul.

Mais en fin de compte avait-il raison de râler à longueur de partie ?

Comme il faut de tout pour faire un monde, monsieur Whitney de l’Université de Californie, a étudié tous les matchs, sur le central, de Wimbledon 2007, grâce à cette nouvelle technique vidéo permettant de savoir si cette « garce » de balle est dehors.

83 erreurs, 70 jugeant incorrectement la balle dehors, 13 la balle dedans.

Bref pas grand chose sur le nombre de points.

Pas de quoi en faire un fromage.

Mais imaginez, un instant, McEnroe jouant actuellement et utilisant la nouvelle technique vidéo.

Il serait probablement capable de nous faire croire que la machine à tort.

Allez, on te regrette John.

La machine ne remplacera jamais la réaction de l’homme fasse à ce qu’il considère comme une injustice.

mcenroe.jpg

07:07 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/11/2008

La constituante intéresse-t-elle le gouvernement genevois ?

 

J’ai tout à coup un grand doute.

Je n’ai pas obligatoirement une âme britannique mais c’est vrai que nous manquons, dans ce cas précis, d’un minimum de savoir-vivre et d’usages.

Des élus qui se réunissent dans un bistrot pour discuter de leur fonctionnement et de leur règlement, c’est sympa et folklorique, mais franchement peu sérieux.

Ok pour l’amicale des fanfares cyclistes, mais pour la Constituante cela manque de panache.

serment.jpg

J’ai l’impression, et il est possible que je me trompe, d’un grand bricolage et de beaucoup d’amateurisme.

Si nous voulons enterrer cette assemblée, et bien il faut continuer sur cette voie.

Quand aura lieu la première séance ? Où ? Pourquoi proposer le centre de conférence de Varembé ? La salle du grand Conseil est donc occupée 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ?

Et l’exhortation de cette digne assemblée ? Quand, comment, pourquoi ne parle-t-on pas de la Cathédrale comme pour nos élus cantonaux et municipaux.

serment2.jpg

Pourquoi l’administration n’a-t-elle pas préparé les travaux, avec le risque de voir nos constituants pédaler dans la choucroute.

Est-ce un signe de mauvaise humeur (ne venez pas marcher sur nos plates-bandes) ou un simple manque d’intérêt ?

La chose publique doit être traitée avec honneur et respect.

06:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

03/11/2008

Murs...

mur3.jpg

 

Murs, barrières, cloisons, fortifications, portails.

Le voisin fait peur.

Il faut se protéger.

Mais le mur, la barrière obligent à regarder de l’autre côté, à imaginer, à construire des explications, des justifications.

Fortifications de terre au milieu de nulle part, dans le désert des déserts.

Faux villages pour faire croire à une opulence depuis longtemps disparues.

Ville séparée en deux, dont les murs et barrières sont devenues transparentes pour mieux regarder et devenir des buts touristiques.

Rituel pour l’ouverture et la fermeture d’une frontière avec toute la pompe (britannique) nécessaire.

Marque au sol qu’il ne faut pas franchir, même pour transmettre des colis.

Electricité, mines.

Toujours plus haut pour que les réfugiés ne puissent plus passer.

mur2.jpg

Etre brusquement séparé de sa famille, de sa communauté, de son travail.

Etre obligé de marcher une heure pour aller à l’école, sans être sûr que le point de passage sera ouvert.

mur.jpg

Exemples réels, actuels dans notre monde.

Sahara occidental, Corées, Chypre, Cachemire, enclaves espagnol au Maroc, frontière entre USA et le Mexique, mur entre Israël et le Palestine.

Le Musées International de la Croix-Rouge et du Croisant-Rouge (http://www.micr.ch)  montre tout cela dans son exposition « des murs entre les hommes ».

Impressionnant, triste mais aussi plein d’espoir, car les murs sont toujours condamnés à disparaître.

Ne manquer pas cette exposition, elle est remarquable

06:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |