14/01/2009

Le don de voyance...

Voyance.jpg

 

 

 

Ah les habitudes. C’est bon de ne pas vivre dans l’incertitude, de savoir que chaque année, à date fixe, nous entendons les mêmes déclarations, les mêmes prises de positions.

Moi, cela me rassure.

En janvier, les caisses maladies préparent le terrain. Elles ne connaissent pas encore leur bilan 2008, mais elles sont capables de vous prédire l’augmentation des primes pour le 1er janvier 2010. J’appelle cela le don de voyance.

Pas très sérieux. Mais après tout ce que nous avons entendu depuis quelques mois, j’ai l’impression que les prévisions économiques sont plus du domaine de l’aléatoire que de la science exacte.

Le plus sidérant, dans cette histoire, c’est le peu de sérieux des journalistes. Si vous avez regardé le journal de 19h30 de la TSR, vous avez assisté à un numéro magistral de cirage de pompes. SantéSuisse a renfilé un schéma, sans aucune valeur scientifique, montrant la baisse probable des réserves. Suspense, roulements de tambours, document secret, scoop, génial.

Pitoyable.

Monsieur Rochebin n’avez-vous pas compris que tout ce ramdam c’est simplement un écran de fumée pour cacher des choses probablement pas très catholiques (ou protestantes).

Vous êtes-vous posé la simple question de savoir pourquoi les assurances, à moins d’être des sacrées menteuses, arrivent avec ce message.

N’avez-vous pas compris que les pertes en bourse doivent être magistrales ?

Nous allons, cette année, voir probablement des choses incroyables. La santé financière de certaines assurances ne doit pas être très folichonne.

Panique à bord.

Rassurant.

madame_irma_voyance 2.jpg

De toutes les façons, je peux vous dire une chose. Vous avez payé pour les banques, vous allez payer pour les assurances maladie.

Allez courage, le terre est la planète bleue et elle est magnifique vue de loin.

07:09 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Jamais en retard d'une manipulation laborieuse, voilà que santésuisse s'improvise Madame Soleil en prédisant des hausses de 10% pour nos primes de 2010 alors que les coûts pour 2009 ne leur sont même pas encore connus. Une "fuite" savamment orchestrée d'un document vers un téléjournal de la TSR étrangement complaisant leur permet ainsi de faire état de futures réserves très basses (vrai) et de pointer le doigt vers les autorités politiques qui en seraient les responsables (faux). Souvenons-nous que ces dernières avaient contraint l'automne dernier les assureurs à restituer aux assurés sous forme de primes modérées l'argent perçu en trop des années durant, et qui était allé grossir des réserves devenues manifestement excédentaires (plus de 50% pour certaines caisses alors que le seuil a été fixé entre 10 et 15%).
A l'instar de nos banques, les caisses maladie ont enregistré ces derniers mois de colossales pertes sur les réserves qu'elles ont placées en bourse. Mais contrairement à nos banques, et alors qu'il s'agit ici de fonds publics, les assureurs n'ont -à l'exception d'Helsana- publié aucun chiffrage de ces pertes. Pire encore, leurs directions respectives refusent de tirer les conséquences de leurs boursicotages maladroits et comptent bien nous en faire payer l'addition.

La manoeuvre est cousue de fil blanc: il s'agit de fire porter le chapeau au département de M. Couchepin afin de le dissuader d'intervenir à nouveau en cas de réserves trop élevées, et surtout de prévenir toute velléité politique de légiférer plus strictement la gestion de ces réserves.
D'autre part, cette annonce s'inscrit dans la continuelle partie de poker menteur engagée par santésuisse. Les 10% proclamés à grand renfort de fuites organisées devraient permettre de nous faire accepter avec soulagement les 7-8% d'augmentation que les assureurs comptent nous faire avaler pour prix de leur incompétence financière.

Cette annonce n'est donc que le bluff d'un joueur aux mains moites et tremblantes qui aurait tiré les mauvaises cartes.

Écrit par : François Salina | 19/01/2009

Les commentaires sont fermés.