04/02/2009

Bonus malus ...

bonus.jpg

 

 

 

Alors comme cela c’est vraiment la cacade.

Question communication, pas terrible.

Notre bon Conseil Fédéral est en train de pédaler dans la choucroute.

Sauvez une banque dans l’urgence, donnez quelques milliards les yeux fermés, faire le ménage en reprenant les actifs pourris, et ce faire tirer dans le dos.

Franchement pouce, ce n’est pas du jeu.

Naïfs ?

Je penche plutôt pour la gêne, l’embêtement de dernière minute, le truc non prévue ou prévisible.

Ces 2 milliards de bonus sont probablement dus contractuellement.

Et le Conseil Fédéral a peut-être mis le doigt où il ne fallait pas.

Il est possible que les salaires des employés soient artificiellement bas, pour des raisons fiscales, et que des gratifications soient prévus pour compenser.

Par exemple vous pouvez participer à la caisse maladie, payez les transports publics, aider à l’achat d’une voiture, dédommager les déplacements, remettre des actions et j’en passe.

Dans ce cas de figure, interdire les bonus est impossible.

C’est tout le problème des salaires qui ne reflètent pas la réalité.

Nous l’avons bien vu avec la police genevoise.

Combine, combine quand tu nous tiens…

bonus2.jpg

Allez nous vivons une époque formidable et demain je vais vous parler des médicaments que vous trouvez dans votre verre d’eau (lisez l’article du journal « Le Monde », daté du 3 février, édifiant).

06:56 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bravo! C'est joli, c'est gai, merci de nous faire rire! On ne se sent pas tout-e- seul-e à rouspéter! Et continuez s'iou-play!

Écrit par : ADA | 18/02/2009

Les commentaires sont fermés.