09/02/2009

Une descente débile...

descente.jpg

 

 

 

Avez-vous regardé la descente hommes de Val d’Isère ?

Les responsables, qui ont imaginé une telle course, sont complètement givrés (logique en hiver).

Seulement 38 coureurs, les autres n’ont pas osé.

La plupart cuit à mi-course, finissant n’importe comment.

Envoyer des gars à 150 kilomètres à l’heure, sans protection, c’est de l’inconscience.

Nous sommes vraiment revenus au temps des Romains.

Les jeux du cirque.

Du sang, de la peur, de l’adrénaline, sinon pas de spectateurs et surtout pas de sponsors.

Faut-il attendre un mort, pour dire stop.

descente2.jpg

Remarquez que dans le cyclisme, par exemple, les morts ils connaissent. Cela ne les empêche pas de continuer.

J’aimerais bien savoir la cause du décès de ce jeune, la semaine dernière.

Quelle cochonnerie a-t-il reçue ?

Vous allez voir, défaillance cardiaque sur une malformation congénitale…

Cela me fait penser à cette bande dessinée de Gotlib. Les personnages mourraient toujours d’une morsure de serpent, même s’ils venaient de passer sous le train.

07:02 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Docteur,

effectivement, demander à des skieurs de descendre une piste comme celle-ci relève de l'inconscience. Des passages à 60 -70% d'inclinaison entre deux pans de rochers...

De plus c'est complètement inutile car visuellement, le rendu télévisuel ne reflète pas la complexité de ladite piste. Juste des chutes spectaculaires que l'on pourrait très bien imaginer sur d'autres descentes moins dangereuses, mais tout aussi spectaculaires.

Plus nous avançons, plus nous approchons de "Rollerball". En somme nous régressons pour voir non pas des résultats sportifs, mais de la violence et du sang. Au Temps des Dieux du stade. Les Romains l'avaient très bien compris : donnez leur du pain et des jeux.

Quant au dopage... c'est le contraire même de l'esprit sportif.

Bien à vous Docteur,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 09/02/2009

Bonjour !
La B.D. de Gotlib à laquelle vous faites allusion, c'est CINEMASTOCK de Gotlib et Alexis, et l'histoire celle de Hamlet.
Peu importent les causes réelles de la mort de tel ou tel personnage, les médecins diagnostiquent chaque fois "Mort foudroyante par morsure de vipère", en effet.
Cela me rappelle vaguement "Mort foudroyante par fumée passive létale", dans un autre contexte.

:o)

Écrit par : Blondesen | 09/02/2009

Les commentaires sont fermés.