26/02/2009

Consultations urgentes !

urgences3.jpg

 

 

 

Question récurrente.

Point de friction entre les médecins de la ville et les médecins hospitaliers.

« Occupez-vous de vos patients et arrêtez de vous en décharger sur les urgences »

Problème insoluble ?

Manque de disponibilité, de dialogue, de structures plus souples ou au contraire abondance de bien.

A Genève il existe tellement de possibilités de consultations, qu’il serait bête de s’en priver. Vous voulez un médecin chez vous dans l’heure, OK, pas de problème.

Vous travaillez et les horaires des médecins de la ville ne vous conviennent pas, et bien vous pouvez passer dans une permanence, aux urgences de certaines cliniques ou à l’hôpital cantonal.

Mais pourquoi ne pas attendre le lendemain et discuter au téléphone avec votre toubib ?

Pourquoi cette angoisse de la maladie grave ?

Je n’arrête pas à longueur de journée de répondre au téléphone et de répéter,

-Pour une grippe, pas d’antibiotiques, il faut rester tranquille au lit 5 jours, boire beaucoup et faire baisser la température.

-Et bien docteur j’ai été aux urgences et vous savez ils m’ont confirmé ce que vous venez de me dire.

Et je ne vous parle des personnes qui m’appellent pour m’annoncer qu’elles ne viennent pas à la consultation car elles sont malades. Bizarre…

Et puis tous les autres, super sympa, qui ne veulent surtout pas me déranger car j’ai déjà trop à faire.

Je ne crois pas qu’il existe une bonne solution.

J’ai travaillé aux urgences de multiples hôpitaux de la Suisse Romande, il y a quelques années, et c’était déjà la même chose.

Il faut l’accepter.

Mais j’ai quand même une proposition, la régulation téléphonique. Un numéro et vous avez immédiatement un médecin qui va vous conseiller. Vous devez obligatoirement passer par lui avant de vous rendre aux urgences.

Il faut également mettre un peu plus d’ordre dans les organisations de médecins qui vont à domicile. Là aussi un tri devrait être obligatoire.

L’Association des Médecins de Genève s’en occupe et en discutera prochainement avec les médecins hospitaliers.

urgences2.jpg

07:11 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

@Buchs- First Call est déjà proposé par les assurances, j'ai déjà testé et c'est franchement pas drôle. vous avez mal partout, vous cherchez dans votre paperasserie le fameux numéro. Vous avez au bout de la ligne, une suisse allemande qui vous demande "vous poufez decrivez votre touleur tres preccisséément!!!"- vous avez qu'une envie, celle de raccrocher.
Par contre si c'est votre médecin traitant qui vous répond et son secrétariat c'est bien mieux. Mais ne le fait-on pas déjà au moment de prendre le rendez-vous ?

Écrit par : duda | 26/02/2009

Cher Doc, votre proposition me parait excellente et très économique. Il suffit souvent d'un petit conseil. Le problème étant bien sûr de ne pas passer à côté d'un truc vraiment grave, mais je suppose que les médecins qui répondront sauront y être attentifs.
Bien à vous

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2009

J'ajoute que la chose devrait être financée par un consortium des caisses, car à l'évidence, c'est un outil de santé publique.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2009

Cher ou Chère duda,
C'est pour répondre en dehors des heures d'ouverture.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 26/02/2009

Luttez contre la grippe
Il faut construire votre système immunitaire.
1ère solution : Le vaccin. ( Efficace à condition que celui-ci corresponde au virus ).
2ème solution : Beaucoup plus agréable et efficace contre tous les virus.
Exemple de la solution 2
Marcher au moins une demi-heure par jour
Prendre l'air
Eliminer le stress
Consommer des fruits ou jus de fruits (vitamines)
Activer votre circulation sanguine
Boire une infusion tonifiante aux herbes aromatiques après les repas
Prenez du repos réparateur
Application de la solution 2
1. Je me promène jusqu'au bistro ( je marche )
2. Je m'installe à la terrasse ( je prends l'air )
3. Je contemple le galbe de la serveuse ( j'élimine le stress )
4. Je commande un verre de blanc puis un deuxième ( j'absorbe les vitamines )
5. Je prends le menu du jour arrosé d'une bouteille de Bordeaux ( j'active ma circulation )
6. Je termine le repas par un grog au rhum ( infusion tonifiante )
7. Je fume un joint ( je respire des herbes aromatiques )
8. Je rentre chez moi et je m'endors sur le canapé ( repos réparateur )
Comme disait ma grand mère : Un p'tit coup dans l'nez vaut mieux q'une piqure dans l'cul
Bons soins à + : Cl@udius

Écrit par : velen | 26/02/2009

@buchs- Il s'agit de "Chère Duda" - Donc pour revenir sur le first Call, c'est anonyme, froid, distant, problème de langue "fou z' afez mal au cul"- "Non, madame, au cou, j'insiste bien au cou- comme choux-hiboux- cailloux- prononcer "OU" !!
Le first call devrait être pris en charge par la caisse via le cabinet des médecins et devrait se faire au cabinet. En-dehors des heures il pourrait y avoir une permanence à l'association des médecins de Genève par exemple et pas via une caisse qui n'a qu'un envie c'est de ne pas dépenser du fric, quitte à ce que vous passiez l'arme à gauche.

Écrit par : duda | 26/02/2009

Duda, vous avez raison, les caisses ne veulent pas dépenser de fric. Donc du coup elles sont aussi attentives à ne pas déclencher d'erreurs médicales et à ne pas risquer de se retrouver avec un procès aux fesses pour non prise en charge d'un cas grave. En plus les toubibs sont quand même des toubibs, même lorsqu'ils sont aux ordres. Donc où cela se trouve, à mon avis, ce n'est pas pertinent.
Par ailleurs tous les toubibs n'ont pas l'abnégation du Blog Doc et ne sont pas forcément disposés à répondre à ce type d'appel. Je me souviens de mon dermato qui m'en avait facturé un comme une consultation... Tout travail mérite salaire, mais là c'était un peu abuser.
De manière générale, il y a des toubibs qui pour le même problème vont vous accorder un quart d'heure et d'autres 2'. J'ai d'ailleurs constaté, pour avoir pratiqué les deux, que la durée d'une consultation de généraliste en France est 2 à 3 fois inférieure à ce qu'elle dure en Suisse. Normal, elle est payée 3 fois moins...

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2009

Les call-center de ce genre sont déjà proposés par les caisses maladies, et permettent un premier tri. Ce sont des infirmières qui figurent en première ligne et répercutent le cas échéant l'appel vers un des médecins du call-center. L'idée est bonne et permet de régler les cas simples, mais ne saurait pas remplacer une consultation médicale. Un diagnostic correct nécessite de la part du médecin le recours aux 4 autres sens en plus de l'ouïe. Ces call-center constituent donc un moyen auxiliaire, mais ne sauraient remplacer une consultation lorsque celle-ci s'avère nécessaire.
D'après mes informations, la fonction des généralistes en France est celle d'un simple triage, dépourvu de toute autonomie en matière de diagnostic et donc de traitement: on voit brièvement le patient avant de l'adresser à un laboratoire ou un spécialiste. Cette dérive semble souhaitée par M. Couchepin et combattue par les médecins généralistes suisses.

Écrit par : François Salina | 26/02/2009

Simple triage, vous allez un peu vite en besogne, M Salina et je vous trouve bien méprisant pour nos voisins qui sont médecins, avec un vrai diplôme. Ils établissent un diagnostic et soignent, indubitablement. Parfois à la chaine, mais ils soignent. Il faudrait voir les statistiques, mais je ne suis pas certain qu'ils utilisent davantage les laboratoires qu'en Suisse, ni qu'ils aient davantage recours aux spécialistes, qui sont eux-même beaucoup moins chers que leurs homologues suisses évidemment.
Le problème des généralistes en France est qu'ils s'estiment ne plus être assez payés et qu'ils se font rares. Notamment dans les campagnes où les banlieues à problèmes, où ils constituent pourtant la seule entité de santé. Donc bien obligés de soigner.
Pour le reste, il est évident qu'un renseignement téléphonique n'est pas une consultation médicale et en plus, son efficacité dépend beaucoup de ce que l'on pourrait appeler la qualité de perception et de description du patient.
Pour ma part, je n'avais jamais entendu parler de l'existence de tels centres. Peut-être les assurances devraient elles en faire davantage la publicité ?

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2009

L'autonomie de traitement des généralistes français est bien moindre qu'en Suisse et repose sur un paradigme de prise en charge sanitaire très différent du nôtre. Le coût de la vie et les charges étant différents en France et en Suisse (quoique cela ait beaucoup évolué ces dernières années) vous aurez évidemment des tarifs très différents si vous ne les indexez selon ce paramètre.
Comme vous le relevez justement, la France connaît à un degré beaucoup plus avancé le problème de la désertification médicale et de la dévalorisation de leur métier.

Les call-center ont semble-t-il plus de succès outre-sarine, sans doute un facteur culturel, les latins préférant peut-être un contact plus direct.

Écrit par : François Salina | 26/02/2009

"Si on va chez le médecin ça dure une semaine, si on n'y va pas, ça dure 7 jours." La seule raison d'aller chez le médecin quand on a une grippe, toux, rhume... c'est pour avoir un certificat permettant de manquer quelques jours de travail.

Écrit par : K. | 27/02/2009

Les commentaires sont fermés.