23/03/2009

91 % d'égoïstes ?

Egoiste.jpg

 

 

 

« Vous n’avez pas honte.

Vous mettre en grève.

Vous êtes des sacrés privilégiés.

Et l’éthique.

Et le serment de Genève.

Vous n’avez rien compris.

Le nouveau tarif des analyses médicales a été mitonné pour vous, par de très gentils fonctionnaires sous les ordres de notre Père à tous. Vous allez faire exploser le compteur en l’utilisant.

Alors bande de nase, vous allez m’annuler votre manifestation de nantis, rentrer dans le rang et vous taire. »

 

Ce message je l’ai lu tout le week-end dans notre bonne presse unique.

J’en ai marre car il ne correspond à rien de réel.

Oui, 91 % des médecins genevois feront grève demain, le 24 mars.

Oui, l’ensemble des professions de la santé nous soutienne.

Oui, l’Association Suisse des Patients est avec nous.

Oui, la majorité des partis politiques ont émis plus que des doutes sur le tarif des analyses.

Nous ne défendons pas notre revenu.

Nous défendons la qualité des soins.

Nous nous battons contre une médecine à deux vitesses.

Nous nous battons contre une politique de la santé complètement surréaliste.

Nous nous battons pour le malade soit entendu et défendu.

Nous nous battons contre une vision comptable de la santé.

Le médecin doit pouvoir continuer à soigner en toute indépendance. Il doit pouvoir faire le maximum pour ses patients. Chaque malade est différent. Il n’est pas possible de limiter l’accès aux soins en définissant un prix par pathologie.

J’en ai assez que l’on m’enlève les instruments que j’utilise pour faire un diagnostic : le laboratoire, la radiologie, bientôt l’électrocardiogramme et finalement le stéthoscope.

J’en ai assez d’être contrôlé, d’être suspecté, de devoir me justifier.

J’ai l’impression que l’on me considère comme un voleur.

J’en ai assez de remplir de plus en plus de paperasses, avec souvent des questions surréalistes. Tiens par exemple, juste pour la route « Pourquoi prescrivez-vous des couches à une personne âgées ». La dernière fois, j’ai répondu : Devinez…

 

Alors oui, je suis un sacré égoïste et je le revendique haut et fort.

Moi-même.jpg

07:15 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Docteur,

lorsque les Genevois et les Genevoises, journalistes ou non, devront parcourir toute la ville pour une simple prise de sang ou un petit "pipi"... et ce à jeun au petit matin, malades comme des "chiens", ils et elles comprendront peut être la notion de "proximité".

Lorsque les caisses maladies devront rembourser les milliers de déplacements des laboratoires pour venir faire les prises de sang, receuillir les petits pots "d'eau usagée"... et que tout ça ne profitera qu'à quelques grands centres d'analyses tout en compliquant la vie des patients...

Lorsque tous les patients devront reprendre un Xième rendez vous pour obtenir les résultats d'analyses...

Lorsque tout le monde aura compris qu'en fait d'économie et de qualité de soin ces mesures aussi absurdes qu'inefficaces ne répondent en rien aux objectifs qu'elles sont sensées viser... car plus coûteuses...

Nous comprendrons peut être que vous aviez raison.

Aller, histoire de vous supporter, au mieux, je ne saurais trop vous recommander, à titre de traitement contre la déprime qu'entraine la fonctionnarite aigüe : une bonne choucroute :o)

Bien à vous Docteur,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/03/2009

Egoïstes ? Comparons à ce qui se passe en Italie, des médecins qui manifestent contre la politique "xénophobe" du gouvernement berlusconien suite au projet qui les obligera à dénoncer les clandestins sous peine d'être amendés. Les médecins sont les premiers à sentir sur le terrain les dysfonctionnements, ils sont les premiers à constater les effets d'une politique délétère. Et nous le savons tous, toutes les politiques d'exclusion, toutes les atteintes aux acquis de la société civile commencent par la santé, puis viennent ensuite les prestations sociales, puis la culture et enfin voilà les prémisses d'un Etat fasciste annoncées, sont révélées au grand jour, et dès lors il sera trop tard, avec amertume, nous réaliserons qu'il aurait fallu s'opposer plus tôt. Donc, nous n'avons pas d'autre choix que celui de faire front commun avec les médecins, ils sont notre "barrage du Pacifique" avant la noyade finale de tous nos acquis sociaux. Soutenons-les ! Participons activement à la grève des médecins.

Écrit par : duda | 23/03/2009

Bravo M. Buchs ! Couchepin doit céder ! Reconnaître ses erreurs est une preuve de sagesse.

Écrit par : Fufus | 24/03/2009

@Buchs- à vous voir sur la photo, vous avez plutôt l'air bon comme un pain chaud, pensez-vous vraiment faire peur à Couchepin avec cette sacrée bonne bouille !!!

Écrit par : duda | 24/03/2009

Les commentaires sont fermés.