27/03/2009

Travail de nuit...

travail de nuit3.jpg

 

 

 

Après la parenthèse Couchepinesque, je me suis dis qu’il fallait que je revienne aux fondamentaux de la médecine.

Pourquoi parler du travail de nuit.

Simplement parce qu’il n’est pas bon pour la santé.

Cela on le sait et pour ceux qui ont du ou qui doivent travailler la nuit, ils le sentent dans leur corps.

Nous vivons selon certains rythmes qui permettent de régler notre horloge biologique.

Changer d’horaire, modifie et dérègle notre temps interne.

Le gouvernement danois vient de donner une compensation financière à 40 femmes ayant développé un cancer du sein. Il reconnaît que le travail nocturne augmente le risque de souffrir d’une tumeur. L’explication proposée est que nous produisons moins de mélatonine (hormone essentielle dans la régulation de notre rythme biologique) et que chez les femmes, ce fait augmente la production d’œstrogène augmentant le risque de cancer du sein.

Il est possible que d’autres causes interagissent (l’obésité, la consommation d’alcool).

Ce n’est probablement qu’un exemple des risques liés à ce type d’activité.

Il faut donc bien réfléchir avant de permettre de dérégulariser les temps de travail.

La crise économique ne doit pas être le prétexte pour accepter certains horaires et revenir aux pratiques du 19ème siècle.

Le travail de nuit doit rester une exception.

06:15 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mais... c'est une vision humaniste du système que vous préconisez en demandant à ce que le travail de nuit soit une exeption! Vous retardez!

Nous sommes dans un système capitaliste: l'argent n'est pas au service de l'homme, c'est l'inverse!... Sauf pour quelques-uns, les dirigeants de la "World Inc. Compagny" ! Donc si personne ne travaille la nuit, les investissements "roupillent" aussi la nuit!... Inadmissible!

Écrit par : Père Siffleur | 27/03/2009

Les commentaires sont fermés.