18/05/2009

Etre en avance sur son temps...

 

Souvent on se pose cette question. Surtout en politique. Comment faire pour inventer une nouvelle façon de voir.

Pas évident.

Il faut quelques fois regarder derrière nous et imaginez…

Cette fin de semaine, les élus Carougeois sont partis à Turin pour mieux connaître leur ville et surtout comprendre ce qui a poussé le Roi de Savoie, Victor Amédée III, de

Carouge3.jpgdécider, il y a 223 ans, de créer une nouvelle ville aux portes de Genève.

Il fallait que nous puissions aller aux archives royales rencontrer son directeur.

L’idée derrière tout cela, Carouge va se recréer en construisant le quartier Praille Acacias Vernet. Pouvons-nous utiliser notre passé pour imaginer l’avenir.

 

Genève était encore entourer de ses fortifications.

Les français voulaient construire à Versoix une place forte.

Le roi de Savoie décide de changer complètement d’optique, de bâtir un type de ville qui n’existe nulle par en Europe. Une ville, sans défense, tolérante. Une application des idées des Lumières. Une ville laboratoire.

Respect des toutes les religions, respect des pratiques religieuses. Pas de différence entre Catholiques et Protestants. Liberté d’installation pour les Juifs. Liberté de commerce.

Invention d’un nouvel urbanisme, d’une nouvelle façon de vivre la vie.

070416_geneva_hmed_10a_h2.jpg

En peu de temps la population passe de 300 habitants à 5000 habitants (Genève : 25000 âmes).

Et puis patatras, Napoléon passe par là, Carouge devient française, les gens partent (2000 départs). Intéressant cet exode à l’arrivée des français, Turin, à la même époque, a perdu 20000 citoyens.

L’expérience s’arrête brusquement. L’hôpital ne sera pas construit, le théâtre attendra. Et surtout ce quartier, que nous allons enfin imaginer, restera une simple esquisse.

Carouge deviendra genevoise contre son gré.

Un détail qui nous a fait chaud au cœur. Les italiens ont choisi pour illustrer une livre sur leur constitution de faire figurer aux chapitres des libertés religieuses l’exemple de Carouge.

Ils n’ont pas oublié. Nous faisons partie de leur Histoire, ils font partie de notre Histoire.

07:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Hello Bertrand, bravo pour ta course du Conseil municipal. Ton récit apporte le savoir sur les origines de cela Cité Sarde et c'est très bien.
En marge des visites, j'espèe que vous vous êtes délectés de bon macaronis !
Bonne fin de mandat et à bientôt je l'espère.
Félicitations et amitiés
François

Écrit par : velen | 18/05/2009

Les commentaires sont fermés.