21/05/2009

Etrange...

ofsp.jpg

La vie va son rythme. Bach nous rappelle que Dieu existe. Les amis nous apprennent l’optimisme et la générosité. Les voyages nous ouvrent l’esprit et nous lavent la caboche.

Les Egyptiens savaient que la Terre est ronde et que l’année est de 365 jours.

Et monsieur Couchepin n’a toujours rien compris.

Il est comme ma mère, il a probablement peur des médecins. Vous ne savez jamais ce qu’ils vont vous trouver. A éviter comme la peste. Des charlatans, des espèces de grands pontifes qui osent prendre la parole et critiquer la sainte parole couchepinesque.

Bref du balai les inutiles. Sa grandeur veille au grain.

Pour diriger l’Office Fédéral de la Santé Publique point n’est besoin d’être un bracaillon à stéthoscope. Un juriste suffit. Et puis si un jour cet office se pique à vouloir parler de santé, peut-être trouvera-t-on dans un tiroir un médecin imaginaire.

Les maladies infectieuses, les drogues, la prévention, la surveillance des médicaments, les nouveaux traitements, la formation ; facile les doigts dans le nez. Vous vous croyez indispensable les Toubibs.

Allez à la niche…

14:54 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Vous semblez fortement agacé, et je vous comprends.

Je crois que l'ensemble des patients actuels ou en devenir est d'accord avec vous.

Mais il faudrait aussi que vous défendiez votre profession, parfois même au détriment de certains de vos collègues.

J'ai entendu aujourd'hui que 30 millions ont été dépensés en 2008 pour des opérations de chirurgie esthétique (augmentation de poitrine et greffe de cheveux) considérées comme nécessaires pour des raisons psychologiques par quelques médecins.

J'en suis restée baba.

Il n'y a quasiment pas une facture pour laquelle il ne faille expliquer, justifier, batailler, renoncer. Les médicaments sautent de la liste "remboursé" à "non-remboursé" d'une manière frénétique. Les médecins sont déprimés par l'administratif et les justifications constantes et j'en passe.

Et il y en a qui font passer ce genre de truc? Ca me reste un peu en travers de la gorge. Mais je me demande dans quelle caisse ils sont, histoire d'en changer une fois encore!

Écrit par : Pascale | 21/05/2009

Vous savez il faut quelques fois rembourser des opérations de chirurgies esthétiques, par exemple suite à des brûlures, des maladies qui défigurent.
Je ne pense pas que sur ce sujet il y a des abus.
30 millions c'est rien sur l'ensemble des frais liés à la chirugie esthétiques.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 22/05/2009

Là je suis parfaitement d'accord s'il s'agit de chirurgie reconstructive, mais de ce que j'ai entendu ce n'était pas le cas. Que des raisons psychologiques du genre untel ne supporte pas sa calvitie naissante. Mais il est possible que ces éléments aient été mal présentés.

Bonne journée

Écrit par : Pascale | 22/05/2009

La nomination de M.Strupler à la tête de l'OFSP se situe en parfaite cohérence avec la vision bureaucratique et affairiste qu'a M.Couchepin du dossier de la santé.
C'est une manoeuvre vieille comme le monde. En tant que juriste, il ne jouira que de peu de crédit auprès des acteurs du système de santé, et se trouvera -comme il l'a d'ailleurs annoncé- en situation d'entière dépendance dans son appréciation des dossiers. En plaçant ainsi un fonctionnaire à un poste situé hors de son champ de compétences, on assure de sa sujétion à un ministre qui souhaite avoir les mains libres sans trop s'embarrasser de considérations scientifiques et éthiques. C'est un peu comme si on avait nommé un médecin avait été nommé à la tête de l'Office fédéral de la justice. Les disfonctionnements constatés ces dernières années au sein de l'OFSP ne pourront aller qu'en s'amplifiant.

Cette nomination se place aussi dans le contexte de l'après-Couchepin. Valaisan et issu du sérail couchepinien, M.Strupler aura pour mission d'empêcher que les squelettes ne sortent des placards de l'OFSP qui sous l'ère Couchepin ont pris des allures de nécropole. On pourrait aussi s'interroger sur l'étendue de ses relations avec Pierre-Marcel Revaz, patron du Groupe Mutuel, qui serait très désireux d'assurer la continuité de la complaisance des autorités qui est à l'origine de la prospérité de son entreprise.

Écrit par : François Salina | 22/05/2009

Les commentaires sont fermés.