31/05/2009

Calvin, mon frère

 

calvin.jpg

Ce matin, à la messe, le bon curé de Carouge, Alex Niering, a parlé dans son sermon de Luther et de Calvin.

Non pas pour critiquer, faire peur au bon peuple assemblé, exclure, mais pour dire simplement de Calvin et Luther sont des gens importants, essentiels.

Ils font partie de nous. Il faut les écouter et les comprendre.

Je me dis que ce genre de prêche on ne pouvait pas l’entendre ni l’imaginer il y a quelques années. Les tranchées étaient creusées des deux côtés de l’Arve.

Aujourd’hui le protestantisme fait partie de ma vie, comme le catholicisme. Je dis souvent en riant que je suis le plus protestant des catholiques. Et je ne suis probablement pas le seul.

Alors peut-être profitons de cet anniversaire. Profitons que nous parlons de Calvin, que nous le fêtons, pour que Catholiques et Protestants se réconcilient.

Rêvons que la compagnie des pasteurs puisse célébrer un culte à Saint-Pierre de Rome et que la Pape une messe à Saint-Pierre de Genève.

Gardons nos différences dans la foi et le respect. Nous sommes frères.

Calvin est mon frère.

12:40 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/05/2009

Désobéissance civique...

Solidarite_sans_papiers.jpg

Alors monsieur Couchepin persiste et signe.

Très bien, moi aussi.

Donc, dans le cas fort improbable, où la taxe de 30 frs est acceptée, et bien je ne vous demanderai rien. Un point c’est tout. Je me mets en désobéissance civique.

Avez-vous lu le projet de loi ? Surréaliste ! Non pas surréaliste mais débile. Il est écrit en toutes lettres que la patient devra remettre en liquide, oui en liquide, 30 frs au médecin. Dans le cas contraire pas de consultation. Mais en quoi puis-je refuser de voir quelqu’un. J’ai prêté le serment de Genève (version moderne du serment d’Hippocrate). Il est clairement écrit que je ne dois pas me baser sur des critères financiers, éthiques ou religieux pour décider si je soigne, ou non, quelqu’un.  Donc la taxe de 30 frs va à l’encontre de mes devoirs.

Alors désobéissance.

Et je ne parle pas de mon rôle de banquier. Que fais-je faire à la fin de la journée de tous ces trente francs ? Je vais devoir tenir une caisse. Qui va vérifier.

Ce n’est pas le travail de mon assistante.

Donc désobéissance.

En cas d’acceptation de la loi, référendum garanti.

Il n’y a pas de le 30 frs, il y aussi la possibilité pour le Conseil Fédéral de baisser les tarifs sans consultation, d’une façon autoritaire. Donc il est certain que de nouveau nous allons en prendre plein « la gueule ».

Désobéissance

Quant à la consultation téléphonique, nous sommes pour, mais faite par les médecins et non les caisses maladies. Ce système existe déjà en Valais et dans le canton de Vaud pour les urgences. Genève va s’y mettre.

Mesdames et Messieurs les conseillers nationaux et aux états, dites non.

Sinon les médecins seront obligés d’entrer dans l’illégalité.

16:04 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/05/2009

La suite...

suite2.jpg

 

 

 

Je voulais vous parler des mères porteuses. Un débat passionnant, une question difficile.

Et hier en lisant l’éditorial de mon confrère Bertrand KIEFER dans la Revue Médicale Suisse (www.revmed.ch) , je me suis dit « bon sang quand cela va-t-il s’arrêter ».

C’est vrai je commence un peu à fatiguer de vous parler caisses-maladies, coût de la santé, financement, famille …

Mais les chiffres que cite Kiefer, m’ont laissé songeur.

Allons-y

Groupe Mutuel : 112 millions de perte dans l’assurance obligatoire, 59 millions de bénéfice dans les assurances complémentaires.

Helsana : 1,38 milliard (oui milliard) de perte dans l’assurance obligatoire, 1.17 million de bénéfice dans l’assurance complémentaire.

CSS :123 millions de perte dans l’assurance de base et 35.2 millions de bénéfice dans l’assurance privée.

De quoi alimenter la paranoïa.

On pense immédiatement aux vases communicants. La bourse a été mauvaise dans toutes les branches (privée et base). Pourquoi un bénéfice d’un côté et une immense perte de l’autre.

Ne fait-on pas payer par l’assuré, monsieur et madame tout le monde, les pertes du secteur privé. Sachant que toutes pertes dans ce secteur seront compensées par une augmentation des primes.

J’espère me tromper.

Nous devons exiger la vérité sur les comptes. Un audit est obligatoire.

N’allons-nous pas vers un scandale aussi grand que Swissair ou l’UBS ?

Je commence à douter et à ne plus savoir à quel saint se vouer.

10:56 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

27/05/2009

Vive les communes ...

commune.jpg

 

 

 

La suppression des communes, quelle bizarre idée.

Pourquoi cette volonté centralisatrice, castratrice.

Plus d’efficience, moins de dépenses, à voir.

Moi je reste un indécrottable savoyard piémontais catho carougeois et en plus, quelle tare, PDC. Tous les clichés.

Il est indispensable d’être de quelque part. De faire partie de l’histoire de son petit bout de terre. D’être à côté, d’être avec, de voir, d’entendre, de partager.

Un pouvoir centralisé, quel qu’il soit, ne peut pas remplacer la proximité.

Comme élu de carouge, je suis tous les jours déçu et énervé du peu de pouvoir que nous avons.

Nous sommes là pour payer et accepter les décisions cantonales.

La circulation, pas de notre ressort, l’ordre public, pas de notre ressort, le développement urbanistique, les plans de quartier, pas de notre ressort. La planification, pas de notre ressort.

Il nous reste à payer les écoles et les magnifiques bureaux des directeurs ou directrices. A boucher les trous financiers de notre stade national. A avoir honte de soutenir la culture (3 théâtres à Carouge, quelle hérésie), A s’excuser d’avoir piqué Pictet à la ville de Genève. Bref à se taire, le petit doigt sur la couture du pantalon.

Si nous voulons que la démocratie survive, que la confiance dans nos institutions soit conservée et surtout que nos concitoyens s’engage en politique, alors il faut augmenter le pouvoir des communes.

Toutes les grandes villes du monde mettent en place des structures au niveau des quartiers. On a redécouvert que la politis c’est le débat sur l’agora, la place publique. Pas dans des bureaux rue de l’Hôtel de Ville.

Je suis certain qu’il existe un potentiel énorme d’économie si nous respectons ce processus.

De toute façon, les communes n’ont pas attendu pour s’associer lors de projet d’envergure. Carouge, Troinex et Veyrier sont en train, par exemple, de construire un EMS.

Je ne pense pas que la Constituante fera l’erreur de proposer de supprimer les communes ou d’en diminuer le nombre. Dans ce cas nous aurons perdu 4 ans et de l’argent. Un NON sortira à coup sûr des urnes.

06:37 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/05/2009

Chronique d'une mort annoncée...

ras le bol2.jpg

 

 

 

Pascal Couchepin vient de terminer sa carrière fédérale.

L’annonce d’une augmentation de 15 %, en moyenne, des primes d’assurances maladies pour 2010 est une honte, un scandale.

Le résultat d’une politique des petits copains, d’une imprévoyance et surtout d’un manque de contrôle, volontaire ou inconscient, de la gestion des caisses maladies.

Comment expliquer des réserves à -3% dans le canton de Berne.

Comment expliquer des réserves qui augmentent à Genève (de 45 à 48 %).

Est-ce que les Genevois et les Vaudois ont payé pendant des années pour que les cantons suisses-alémaniques soient meilleurs marchés ?

Comment expliquer qu’il est prévu une hausse de 7 % à Genève, alors qu’en fonction des réserves disponibles, le status quo devrait prévaloir ?

A combien de centaines de millions se chiffrent les pertes en bourses des caisses maladies ?

Nous avons connu Swissair, l’UBS, nous allons connaître le « big bang » des caisses.

Depuis hier, c’est le silence absolu des responsables de SantéSuisse. Monsieur Castelli, monsieur Ruey, toujours prompts à nous faire la leçon sont aux abonnés absents.

Bigre, il est difficile dans ce cas de figure de nous resservir le couplet bien connu « c’est la faute aux autres ».

Je veux bien être « un cochon de payant » mais j’exige la vérité.

Nous allons payer les pertes en bourse, soit personne n’avait prévu la crise, mais lorsque la bourse flambait est-ce que j’ai profité des bénéfices accumulés ?

Est-ce que « l’étanchéité théorique » entre l’assurance obligatoire et l’assurance privée a bien fonctionné ?

J’exige un audit des caisses maladies fait par un organisme indépendant.

Ras le bol de me faire berner …

06:42 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/05/2009

Quelle tiède !

chaleur.jpg

 

 

 

Hier j’ai failli me liquéfier.

Dame je n’avais plus l’habitude. 33° un mois de mai, ce n’est pas juste. Le Bon Dieu est en train de nous jouer la trignolette. Bing, sans entrainement un grand coup de chaleur.

Il faut pouvoir s’habituer à une lente montée du mercure, pour tranquillement avoir chaud pendant les vacances d’été.

Là c’était une erreur de programmation.

Et ces andouilles de Zürichois qui nous ont promis juillet et août torrides.

Bon au moins, cette cuite a probablement tué tous les virus de la grippe du cochon.

Il est vrai que nous ne sommes jamais contents.

Mais moi, je supporte mal le chaud et très bien le froid.

Alors, j’angoisse et je repense toujours à ce récit de Ramuz qui raconte la fin du monde et la mort de tous. Un soleil terrible, vengeur, obligeant les gens à se déplacer toujours plus haut pour essayer de trouver un peu de fraicheur. Quand vous avez fini ce texte, vous êtes bon pour une réhydratation par perfusion.

Allez, aujourd’hui je vais consulter avec les pieds dans une bassine d’eau glacée.

A demain, peut-être…

06:58 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/05/2009

Voulez-vous un rabais ?

rabais2.jpg

C’est dimanche, ma petite voisine fait ses gammes, le temps est magnifique. Je me dis chaque fois que j’ai de la chance de vivre ici.

Mais comme chaque jour du Seigneur, je me pose une question, avant d’aller à la messe. Quelle va être la nouvelle du jour concernant notre superbe politique de santé ?

Aujourd’hui au menu les rabais sur les médicaments.

Génial une idée toute chaude et nouvelle. Vieille comme le monde plutôt.

Les rabais sur la quantité cela existe et surtout pour les hôpitaux cela permet de diminuer les coûts. Donc je ne vois pas où est le scandale.

Pour les médecins, soyons clair, j’ai toujours été opposé à la vente des médicaments par mes confrères. Pour une question d’éthique. Nous devons gagner notre argent sur notre valeur et nos compétences et non sur une marge commerciale.

Jusqu’à maintenant  les assurances n’ont jamais fait des propositions à mes confrères suisses-alémaniques. Et cette pratique existe depuis des dizaines d’années.

Je suis d’accord que la remise bénéficie aux patients, mais aux patients, pas aux caisses.

Lorsque je reçois des boîtes gratuites, je les donne. Lorsqu’un patient est dans le besoin je lui enlève le 10 %. Je sais que les assurances sont contre. Je m’en moque. Je leur ai fait des tas de cadeaux depuis l’entrée en vigueur du Tarmed.

Le point accident a diminué de 8 centimes dans toute la Suisse. Le point maladie a diminué de 2 centimes à Genève. SantéSuisse n’a pas respecté le contrat signé à l’entrée en vigueur du Tarmed. Cela fait 3 ans que nous attendons une décision du Conseil Fédéral sur notre recours.

Et en fin de compte, vous avez vu une baisse de votre prime.

Par contre je sais, que chaque année, des commissions sont versées aux courtiers qui amènent des clients aux caisses maladies. Elles sont payées avec quel argent ?

PS : Je vais vraiment à la messe

10:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/05/2009

Etrange...

ofsp.jpg

La vie va son rythme. Bach nous rappelle que Dieu existe. Les amis nous apprennent l’optimisme et la générosité. Les voyages nous ouvrent l’esprit et nous lavent la caboche.

Les Egyptiens savaient que la Terre est ronde et que l’année est de 365 jours.

Et monsieur Couchepin n’a toujours rien compris.

Il est comme ma mère, il a probablement peur des médecins. Vous ne savez jamais ce qu’ils vont vous trouver. A éviter comme la peste. Des charlatans, des espèces de grands pontifes qui osent prendre la parole et critiquer la sainte parole couchepinesque.

Bref du balai les inutiles. Sa grandeur veille au grain.

Pour diriger l’Office Fédéral de la Santé Publique point n’est besoin d’être un bracaillon à stéthoscope. Un juriste suffit. Et puis si un jour cet office se pique à vouloir parler de santé, peut-être trouvera-t-on dans un tiroir un médecin imaginaire.

Les maladies infectieuses, les drogues, la prévention, la surveillance des médicaments, les nouveaux traitements, la formation ; facile les doigts dans le nez. Vous vous croyez indispensable les Toubibs.

Allez à la niche…

14:54 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/05/2009

Taxes ?

alcopop.jpg

 

 

 

Intéressant débat en Australie sur l’utilisation d’une taxe sur les alcools.

Le gouvernement a décidé d’introduire une majoration sur les « alcopops » et de l’utiliser dans des campagnes de prévention contre l’alcoolisme en accord avec les producteurs ; ces derniers acceptant également de mettre quelques petits sous dans le pot commun.

50 chercheurs en santé publique ont publiés, dans le « Medical Journal of Australia », une lettre pour dénoncer l’inefficacité d’une telle pratique.

La participation des fabricants dans un programme de prévention sert leur marketing et devient, par une voie détournée, un argument publicitaire.

Un retour sur investissement en quelque sorte.

Il est donc essentiel de consacrer cet argent à un autre but.

Nous devons être vigilant, en Suisse, car le débat sur les taxes sur l’alcool et le tabac est loin d’être clôt.

Il est vrai que l’augmentation du prix des cigarettes a permis de faire diminuer significativement le nombre de consommateurs, et cela indépendamment des arguments médicaux sur la nocivité de la fumée.

La discussion est ouverte.

Pourquoi ne pas demander 1 francs par bouteille ou paquet de cigarette pour permettre de diminuer nos primes d’assurances maladies ?  

Alcopop2.jpg

07:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/05/2009

Etre en avance sur son temps...

 

Souvent on se pose cette question. Surtout en politique. Comment faire pour inventer une nouvelle façon de voir.

Pas évident.

Il faut quelques fois regarder derrière nous et imaginez…

Cette fin de semaine, les élus Carougeois sont partis à Turin pour mieux connaître leur ville et surtout comprendre ce qui a poussé le Roi de Savoie, Victor Amédée III, de

Carouge3.jpgdécider, il y a 223 ans, de créer une nouvelle ville aux portes de Genève.

Il fallait que nous puissions aller aux archives royales rencontrer son directeur.

L’idée derrière tout cela, Carouge va se recréer en construisant le quartier Praille Acacias Vernet. Pouvons-nous utiliser notre passé pour imaginer l’avenir.

 

Genève était encore entourer de ses fortifications.

Les français voulaient construire à Versoix une place forte.

Le roi de Savoie décide de changer complètement d’optique, de bâtir un type de ville qui n’existe nulle par en Europe. Une ville, sans défense, tolérante. Une application des idées des Lumières. Une ville laboratoire.

Respect des toutes les religions, respect des pratiques religieuses. Pas de différence entre Catholiques et Protestants. Liberté d’installation pour les Juifs. Liberté de commerce.

Invention d’un nouvel urbanisme, d’une nouvelle façon de vivre la vie.

070416_geneva_hmed_10a_h2.jpg

En peu de temps la population passe de 300 habitants à 5000 habitants (Genève : 25000 âmes).

Et puis patatras, Napoléon passe par là, Carouge devient française, les gens partent (2000 départs). Intéressant cet exode à l’arrivée des français, Turin, à la même époque, a perdu 20000 citoyens.

L’expérience s’arrête brusquement. L’hôpital ne sera pas construit, le théâtre attendra. Et surtout ce quartier, que nous allons enfin imaginer, restera une simple esquisse.

Carouge deviendra genevoise contre son gré.

Un détail qui nous a fait chaud au cœur. Les italiens ont choisi pour illustrer une livre sur leur constitution de faire figurer aux chapitres des libertés religieuses l’exemple de Carouge.

Ils n’ont pas oublié. Nous faisons partie de leur Histoire, ils font partie de notre Histoire.

07:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/05/2009

Je suis peut-être un futur salarié...

surveillance.jpg

 

 

 

Monsieur Maillard imagine de salarier les médecins privés.

Enfin pas tout à fait mais tout comme.

Le problème pour moi, c’est ce qui est derrière cette proposition.

Si je comprends être salarié va m’empêcher de faire des consultations inutiles.

Donc mon seul but dans la journée, c’est d’en faire un maximum pour m’en mettre plein les fouilles.

Bizarre.

Je remercie tous nos politiciens et nos assureurs adorés d’autant de prévenance.

Ils connaissent à la perfection le fonctionnement d’un cabinet médical et ils sont certains de connaître la réponse à l’explosion des coûts.

Simple, moins de rendez-vous, moins d’ambulatoire. Peut-être faudrait-il supprimer les « docteurs » ?

Ils savent les bonnes et mauvaises consultations.

A l’avance, ils sont capables de prévoir. Si c’est comme les primes ; attention les dégâts.

A quand la caméra dans ma salle de consultation.

J’imagine, comme dans les pays de l’EST à la grande époque, un fonctionnaire écouteurs sur les oreilles, me téléphonant pour me dire « Stop un simple bobo, sans importance, au suivant… »

Ils vont peut-être me payer pour ne rien faire. Le placard doré.

 

J’attends toujours une réponse à mes deux questions : Quid du financement de la santé et d’où viennent les 11 % d’augmentation qui ne sont pas dus à l’augmentation réelle des coûts médicaux.

surveillance2.jpg

12:41 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/05/2009

Soyons plus créatifs...

Bleu.jpg

 

 

 

Le Monde a besoin d’idées neuves. Nous devons oser sortir des sentiers battus.

Pas simple.

Comment voulez-vous trouver l’œuf de Colomb avec les gamins qui braillent, le patron qui a piqué sa crise, le manque de sommeil et la belle-mère qui menace de débarquer.

Soyons créatifs.

OK.

Mais la recette…

Pas de problème le journal le « NewScientist » dans son numéro, du 9 mai, vous donne des conseils.

Premièrement vous devez exprimer votre ras-le-bol. Allez vous pouvez râler. C’est tout bon. Je suis rassuré car comme genevois c’est simple et je n’ai pas besoin de me forcer.

Deuxièmement, laisser son esprit errer sans but. Rêver, rêvasser, super bonnard comme truc.

Troisièmement, jouer du piano. Bigre là je suis nul de chez nul.

Quatrièmement, colorer votre monde en bleu. Du bleu partout, transformez-vous en Schtroumpf.

Cinquièmement vivez à l’étranger. Pas simple. Bon je déménage en Valais pour embêter Couchepin.

Sixièmement, buvez un verre. Un… les gars pas deux ou trois.

Et pour finir lâchez-vous, soyez un rigolo, un plaisantin. Le sens de l’humour ou rien.

Et voilà…

Alors ça vient cette idée…

07:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/05/2009

Vous devez parler à votre mère, de toute urgence !

grossesse.jpg

 

 

 

Vous devez impérativement savoir si votre maman a vomi tripes et boyaux lorsqu’elle était enceinte.

Je pense qu’elle vous en a déjà touché un mot, en se plaignant amèrement de cette « sacrée » grossesse.

Et bien remerciez la, faites lui une super grosse bise et dites lui qu’elle est le plus belle du monde.

Pourquoi et bien parce que vous êtes plus intelligent que la moyenne.

La doctoresse Irena Nulman de la clinique de pédiatrie de l’hôpital universitaire de Toronto vient de publier un article dans « The Journal of Pediatrics, 10.1016 ». Elle démontre que les femmes qui ont souffert de nausées, le matin au réveil, ont eu des enfants avec un QI plus élevé que la moyenne.

Il semble que certaines hormones soient sécrétées en plus grandes quantités (Thyroxine et « Human Chorionic Gonadotropin ») et qu’elles protègent le développement du cerveau du fœtus.

Et rassurez-vous la prise de médicaments contre ces nausées n’a pas un effet négatif.

Je sais maintenant pourquoi je n’arrive pas à comprendre la subtile politique de la santé de monsieur Couchepin.

Il ne manque une case. Ma mère a eu une grossesse du tonnerre. La pleine forme pendant 9 mois.

Je n’ai vraiment pas de chance…

foetus.jpg

06:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/05/2009

La presse dominicale

presse.gif

Il faut exister. Il faut être visible tous les jours de la semaine et surtout le dimanche, car là le vulgaire pékin a le temps de vous admirer. Réfléchir, je ne sais pas, mais vous lire oui.

Il faut des images et des phrases chocs. Une idée, deux c’est déjà trop.

Tant pis si cela entraîne une simplification ou des raccourcis abruptes.

J’imagine tous nos femmes et hommes publics se dire le jeudi soir « Vont-ils me téléphoner, je dois trouver une petite idée, que dire, que faire ? »

Et puis cela donne du grain à moudre pour le reste de la semaine.

Dimanche scoop, lundi clarification, mardi démenti.

Et c’est reparti, le mouvement perpétuel enfin démontré.

Tiens par exemple monsieur Darbellay hier dans le « Matin Dimanche ».

Faire des économies sur le dos des patients en fin de vie.

Réaction unanime contre, méconnaissance du travail des médecins et des structures existantes.

On touche là à l’indicible,  faire des économies sur la mort, l’espoir, la relation intime entre le soignant et le soigné.

Il fallait une phrase scoop, CQFD.

Et le lundi…

12:12 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/05/2009

Cartographie

cartographie.jpg

 

 

 

J’adore consulter les cartes géographiques. Je peux passer des heures à imaginer des lieux, des couleurs, des sons, d’improbables pays de cocagne.

J’aime les noms des villes, l’orthographe des montagnes, la lenteur des fleuves.

J’aimerais pouvoir dessiner une carte poétique de mon quartier, de ma ville.

Mais tous les matins, lorsque je descends du tram à l’arrêt Goulard (cela me fait toujours rire d’entendre la voie céleste des TPG me déclamer ce nom), vers 5h15, et que je prends la rue Rousseau ou le rue de Coutance pour rejoindre la place Grenus (pardon De Grenus, toutes mes excuses, monsieur le Baron) et bien ma veine poétique me quitte et je me mets à surveiller ma dextre et ma senestre.

C’est bête le sentiment d’insécurité.

Mais je ne me sens pas à l’aise.

Heureusement que notre bonne voirie est toujours aussi matinale. J’ai de la compagnie.

La seule carte que je peux vous décrie c’est celle des dealers.

Ils sont fidèles. Le chef est posté en haut de la rue Rousseau, ses lieutenants sous les portes cochères et les fantassins reviennent en courant de rendez-vous discrets et secrets. Tout cela avec un sérieux digne des meilleurs hommes d’affaires.

Les consommateurs et bien vous pourrez les trouver dans toutes les allées d’immeubles qui n’ont pas été fermées à triples tours. La cour des miracles.

La ville de Genève se meure, le quartier de Saint-Gervais a perdu sa bonne dame, la classe ouvrière n’existe plus, les cabinotiers ont rangé leur outils.

Rousseau a déménagé.

Les philosophes ont quitté les Délices et les encyclopédistes ne sont plus qu’un loin souvenir.

Et je suis un vieux schnock…

07:01 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/05/2009

15 - 4 = 11

math.jpg

 

 

 

Simple comme calcul.

Même moi, je peux le faire.

Mais les assurances maladies sont incapables d’arriver à ce résultat.

Avec nos 30 frs, nous devrions leur payer des cours de math.

Je résume : augmentation du coût de la santé 4%, augmentation prévue de primes 15 %. Différence 11 %.

Ils tombent d’où.

Probablement d’une très mauvaise gestion de votre argent.

Et en plus on essaye de vous donner mauvaise conscience et vous faisant payer une taxe supplémentaire.

Les assurances maladies sont malades, très malades.

Nous devons exiger la vérité.

11:53 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/05/2009

Pauvre monsieur Merz...

 

Franchement il n’est pas à la noce.

Tout le monde lui tombe dessus.

Et en plus le président iranien qui en remet une couche.

Le problème n’est pas la personne, mais la fonction.
Président de la Confédération, un boulot pépère lorsque tout va bien, que la Monde roule.

Un petit voyage à droite et à gauche, le salon de l’auto, tranquille, bon enfant.

Mais dès que tout déraille, il faut quelqu’un de solide aux commandes.

Et surtout qu’il existe une ligne politique, une vision.

Monsieur Merz n’est peut-être pas terrible, mais les autres, franchement, vous en pensez quoi !

Ils ne sont pas pro actif. Iles sont trop attentistes. Nous voyons qu’ils n’ont pas l’habitude.

Mais les Suisse attendent autre chose du gouvernement.

J’en ai assez de voir notre pays se faire ridiculiser par des pays « pseudo amis ».

Il y a des paroles bien senties qui devraient être proclamées.

Où est notre fierté ?

Conseil Fédéral.jpg

 

 

06:52 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/05/2009

Il faudra bien vivre avec ...

porc.jpg

 

 

 

Alors vous la vivez comment cette pandémie…

Vous vous êtes rués sur les masques et le Tamiflu !

Vous évitez les Mexicains…

Toujours un peu angoissant ces histoires de virus.

D’abord on ne peut rien prévoir. Nous devons croire en notre bonne étoile.

Comment vais-je réagir ?

Nous avons l’impression de vivre une grande loterie mondiale.

Qui gagne, qui perd ?

J’entends déjà les défaitistes et ceux qui fendent la bise.

Et oui cela voyagent très bien ces petites bêtes.

Et puis le porc est tellement proche de l’homme au niveau génétique qu’une transmission était logique.

Jusqu’à maintenant les nouvelles sont bonnes.

Les malades européens ont bien réagi.

Alors pas de mourons.

Il semble que les chercheurs travaillent sur un vaccin universel de la grippe.

Il faudra plusieurs années avant de pouvoir l’utiliser.

De toutes les façons, les épidémies ont toujours existé. Si ce n’est pas la grippe alors cela sera quelque chose d’autre.

Ah oui pour terminer, il ne me semble pas avoir vu à la télé des images de cet immense élevage de porc situé à l’endroit du départ de la pandémie. Cette ferme produit 1 million de cochons par an. Vous avez bien lu, 1 million…

J’ai l’impression de sentir comme un tout petit peu de mauvaise conscience de la part de certains dirigeants politiques. Ce virus était connu depuis 1976, date de la première épidémie dans un camp militaire du New Jersey.

Alors permettre de tel élevage, une telle concentration d’animaux, c’est un peu jouer avec le feu.

Les pauvres payent toujours cash la facture.

06:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/05/2009

La LAMAL a vécu !

LAMAL.jpg

 

 

 

Franchement cela devient tout et n’importe quoi.

Santé Suisse perd complètement les pédales.

J’ai pris connaissance de la lettre des assureurs adressée aux sociétés cantonales de médecine. Plus de négociations, la porte est fermée à double tour.

Puis nous pouvons lire que monsieur Maillard prévoit une augmentation de 30 % pour les caisses bon-marchées.

Monsieur Couchepin propose sa taxe de 30 francs.

La cacophonie absolue…

De qui se moque-t-on ?

Y a-t-il un pilote dans l’avion.

Les assurés en ont assez de constater l’incurie politique sur ce dossier.

Après les banques, les assurances maladies.

Et toujours la même andouille qui doit payer pour renflouer les caisses.

Le système LAMAL ne fonctionne plus.

Il est urgent d’en changer.

L’assuré ne peut plus supporter de payer plus de 75% du coût total de la santé.

La Confédération se doit de remettre de l’argent dans le système pour contenir la hausse des primes. Depuis des années, Berne s’est désengagée financièrement et a laissé aux caisses maladies le contrôle politique et financier de la santé. Une immense erreur.

A la décharge des caisses maladies, il faut comprendre qu’elles ont du prendre en charge une forte augmentation des coûts liés à l’ambulatoire. Pourquoi ? Simplement parce que les progrès de la médecine font que nous hospitalisons de moins en moins et que la plupart des pathologies peuvent être traitée à domicile.

Il faut donc revoir le catalogue des prestations et décider ce qui est du ressort de l’Etat et ce qui est du ressort des assurances.

Il faut un plus grand contrôle des caisses maladies et une stricte séparation entre la base et le privé.

Il faut exiger un audit pour chiffrer les pertes en bourse des caisses et leurs réelles répercussions sur la hausse annoncée.

Je propose comme première décision de Berne, et cela pourrait entrer dans le catalogue des mesures urgentes pour lutter contre la crise, de rendre gratuite la prise en charge des enfants, dès 2010. Ce qui permettra de soulager immédiatement les familles.

La situation est explosive.

Mesdames et messieurs les politiciens vous vous devez de réagir.

Si rien ne change alors les médecins n’auront plus que le choix de quitter le système en se déconventionant.

07:08 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

01/05/2009

Le 17 mai, vous reprendrez bien un peu de médecine complémentaire !

homeopathie.jpg

Les médecins sont un peu absents du débat sur la votation du 17 mai.

Bigre c’est qu’il y a autant d’avis que de toubib. Alors prendre position, impossible.

D’un côté pourquoi vouloir surcharger le bateau ! Monsieur Couchepin nous dit tous les jours qu’il faut faire des économies. Et là on augmente. Nous voulons des primes bon marché mais qui remboursent tout.  La quadrature du cercle…

Dans la loi, il est écrit qu’un traitement, pour être remboursé, doit être efficace. Cette efficacité devant être démontrée scientifiquement.

Honnêtement rien de percutant dans la littérature médicale sur l’homéopathie, l’acupuncture ou la médecine anthroposophique.

D’un autre côté, les tenants de ces médecines déclarent que leurs pratiques sont économiques et fiables. Ils évitent d’autres traitements, ils prennent du temps avec leurs patients.

Alors …

Prenons peut-être le problème pour un autre bout.

Sommes-nous meilleurs et plus économiques avec la médecine classique ?

Nos prescriptions sont-elles judicieuses à tous les coups ?

Je suis pour les médecines complémentaires quand elles s’intègrent à une réflexion médicale ouverte.

Je suis contre les médecines complémentaires lorsqu’elle enferme le malade dans une pensée sectaire et exclusive.

Alors…

Franchement je n’arrive pas encore à me décider, mais le oui semble l’emporter d’une courte tête.

14:40 | Lien permanent | Commentaires (28) | |  Facebook |  Imprimer | | | |