11/06/2009

Histoires à dormir debout

sommeil.jpg

 

 

 

Vous dormez comment ?

Bien, à peu près, par à-coup, comme une marmotte ou un loir ?

Sur le dos, sur le ventre ou en chien de fusil ?

La fenêtre grande ouverte, sous 12 édredons, comme « la princesse au petit pois », en pyjama, sans pyjama ?

Je veux tout savoir sur vous.

J’en ai le droit, me levant aux aurores pour vous écrire mes histoires à dormir debout.

Le sommeil c’est super important.

Le cerveau durant la nuit travaille plus que la journée, mais il bosse pour lui. Il faut donc le laisser en paix et dormir du sommeil du juste.

Un mauvais dodo et c’est la porte ouvertes aux dérèglements de toutes sortes : douleurs, chute de tension, intestins capricieux, perte de la concentration, mémoire mitée.

Tiens j’ai mauvaise conscience depuis que j’ai appris que monsieur Couchepin s’en allait à la couette dès l’angélus.

Punaise, il doit être en sacré forme. En plus, il marche et il boit. Un petit coup de valaisan et c’est parti mon coco.

Il raconte que sa grand-mère lui a enseigné que les heures avant minuit comptaient doubles. Là il s’approprie une marque de fabrique purement genevoise. Il s’arroge un patrimoine national. Albert COHEN en parle dans « Belle du Seigneur ». Donc c’est chez nous et cela ne marche pas du côté de Martigny. En aparté avez-vous assisté, une fois de votre vie, à la sortie du Grand-Théâtre lors d’un opéra de Wagner. C’est la cohue, la ruée vers le « sweet home ». Comme Cendrillon. Minuit va sonner, vite au lit sinon nous sommes foutus. Moi, je vous dis ce Wagner, cela se voit, il n’était pas genevois.

sommeil2.jpg

06:50 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonsoir Doc,

Vu qu'on est entre nous, et que vous êtes tenu au secret médical ...., je vous dirais que je dors :

-comme un loir
-en chien de fusil
-fenêtre entr'ouverte en hiver, avec duvet double
-grande ouverte les autres saisons avec un duvet léger
-comme à ma naîssance

C'est grave, Docteur ??

(=__o)

Écrit par : Loredana | 11/06/2009

Tu déconnes grave, Doc. Le coup des heures doubles est aussi genevois que la modestie, le goût du travail bien fait, l'honnêteté, les paroles mesurées le sont. Nos parents nous ont tous dit cela et il se peut que cela arrive jusqu'au bout du lac dans votre village de fonctionnaires véreux parce que malheureusement des gens de chez vous ont eu le droit de faire de l'armée en Suisse. Ce qui est très dommage.

Écrit par : Géo | 11/06/2009

C'est dans Albert COHEN donc c'est comme une parole d'évangile.
Tant pis pour vous Geo.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 11/06/2009

Les commentaires sont fermés.