16/06/2009

La chaise musicale

chaise musicale.jpg

 

 

 

Merci monsieur Couchepin, grâce à votre démission, les journaux vont pouvoir, sans problème, tenir le coup pendant la trêve estivale, ce désert de l’information et du papier percutant.

Nous allons pouvoir jouer au jeu de la chaise musicale.

Je ne vais pas vous faire l’injure de vous en expliquer les règles.

Depuis qu’un certain Blocher a mis le petchi dans la composition immuable de notre bon Conseil Fédéral, il existe un siège où deux augustes fessiers peuvent s’asseoir.

Le 16 septembre, lorsque la musique s’arrêtera qui va rater son atterrissage popotesque ?

Attention aux coups de coudes, aux croche-pattes, aux alliances improbables, aux manœuvres florentines, au « je t’aime, moi non plus », au régionalisme, au particularisme.

Alors deux mois de chaleur pour décrypter l’improbable, ce n’est pas grand chose.

Tout cela pour de toute façon retomber sur les deux mêmes, soit à ma gauche Darbellay et à ma droite Pelli.

Pour le savoir, facile, vous demandez à un élu s’il est candidat. Celui qui répond oui ou peut-être, alors vous le biffez. Par contre celui qui mordicus, sur la tombe de sa grand-mère, déclare son désintérêt le plus grand, alors vous le retenez.

Donc Darbellay contre Pelli avec à la fin la victoire de Darbellay parce que c’est le plus beau, le plus jeune et le plus « beau-fils idéal ». Et le plus sportif, parce que pour gagner au jeu de la chaise musical, il faut de grandes jambes et une condition physique irréprochable.

06:29 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

En définitive -qui que ce soit qui "prendra" ce siège- la première chose qui s'y posera sera un gros cul. Et malgré tout, bizarrement, la position de celui ou de celle qui s'y "collera" restera très probablement sans fondement réel!

Écrit par : Père Siffleur | 16/06/2009

Les commentaires sont fermés.