17/06/2009

Faut-il baisser les impôts ?

Gabelle.jpg
La gabelle

 

La question qui fait mouche. L’interrogation légitime du vulgaire citoyen devant sa feuille de taxation. Vous savez cette magnifique journée où après un dur labeur vous recevez ce petit « poulet » contenu dans une magnifique enveloppe grise. Vous avez intérêt à avoir fait votre contrôle cardiologique avant ce moment fatidique. Et là vous mesurez la fragilité de la vie. Vous pensiez à avoir mis quelques petits picaillons de côté. Que nenni. C’est comme dans la pub de certain magasin : « tout doit disparaître ».

Bon alors quand je peux lire dans mon journal favori que les impôts vont baisser en 2011, je suis diablement content.

J’ai lu consulté hier tous les tableaux disponibles, je n’ai rien compris, mais je fais confiance. Enfin un petit peu, parce que j’ai souvent l’impression que les baisses c’est jamais pour moi.

Mais cette fois, je suis sûr, c’est la bonne.

Mais puisqu’il faudra voter, j’ai un doute.

La Suisse est un étrange pays où les citoyens réussissent à refuser une baisse de leur « gabelle ».

C’est arrivé, je vous le jure.

Et cela va peut-être se produire à Carouge, cette fin de semaine.

Un boni de 21 millions sur un budget de 70, le Pérou. La gauche ne veut pas de baisse sur le fallacieux prétexte que la diminution sera trop faible pour les petits revenus. Elle n’a toujours pas compris que la santé fiscale d’une commune repose dans la mixité des revenus et la présence d’emplois. Que les « riches » sont diablement utiles et que sans eux, fini les investissements publics.

Vous voulez des crèches, des écoles, des terrains de sport, alors faites tout ce qui est en votre pouvoir pour que des personnes aisées viennent s’établir chez vous. Et de temps en temps proposez une petite participation aux bénéfices, ce n’est que justice.

06:57 | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonjour,

Je lis souvent et avec plaisir vos billets, je me permets donc de réagir à vos propos.

Une baisse d'impôts ciblée est toujours agréable pour tous, c'est sûr.

Seulement le problème est de savoir ce qu'on y gagne et ce qu'on y perd. L'article de hier de la Tribune a omis ce petit détail.

Toutes les prestations communales ne sont pas gratuites et si l'argent venait à manquer c'est le portemonnaie de la personne qui devra payer.

Le Parascolaire, les crèches, le sport, les manifestations culturelles et j'en passe, les prestations cantonales, en bref une baisse c'est bien, mais si on doit en payer les conséquences c'est moins bien.

Et votre commentaire sur les riches est erroné, leur apport n’est souvent pas le pilier sur lequel une commune établi son budget.

Une bonne journée

Écrit par : Michel Tedeschi | 17/06/2009

Mr Tedeschi oublie de preciser qu'entre les revenus fiscaux et les services fournit a la population il y un intermediaire:

Un état obèse et dispendieux avec une bureaucratie redondante qui a chaque niveau autojustifie son existance par des reglements chicaniers au detriment du citoyen contribuable. Et c'est dans ce gras là qu'il faudra couper en 1er lieu.

Pour illustrer ce phenomème on peut aussi rappeler que depuis les années septantes, la charge fiscale par habitant a augmenté d'environ 30%. Comme resultat visible, il ne me semble pas que les ecoles, crèches, transports et autres se soient ameliorés de 30%, bien au contraire !

Ceci dit Mr Tedeschi se reclame du PS. Rappeleons que jeudi dernier au grand conseil c'est le SEUL parti qui s'est opposé a la reduction d'impots (75 voix contre 12) car sa priorité est ouvertement de proteger la prosperité des fonctionnaires avant celle de la classe moyenne.

Écrit par : Eastwood | 17/06/2009

Eastwood oublie d'ajouter dans son commentaire constitué des clichés les plus éculées : "[...]Etat obèse qui nourrit une armée de fonctionnaires fénéants et tire-au-cul"

Bref, derrière avancer des arguments si bas de gamme permet de mieux éluder le débat de fond : à savoir qui dit réduction d'impôt, dit réduction de prestation au bout d'un certains moment ...

Mais évidemment notre bon Eastwood n'a pas besoin de crêche, d'infirmière, de pompier, de Tribunal, d'école, de policier ... ah non, ça les policiers il aime bien ... il se paluche sur les photos des motards de "Chip".

Écrit par : Djinius | 17/06/2009

Tiens l'incontournable troll Dji est deja debout et deforme grossièrement mes propos en usant de clichés encore plus eculés que les miens:

Donc specialement pour Dji, repetons:

Je reclame des services publiques de qualités ( crêche, santé, pompier, justice etc) or il se trouve que malgré la constante augmentation du revenus fiscal par habitant, la qualité de ces services baisse.

Cherche l'erreur Dji.

On connait le coupable: L'inneficience d'un état obèse qui vit pour lui même plutot que pour le service a la population. Un regime ne peut que lui faire du bien.

Écrit par : Eastwood | 17/06/2009

Eastwood,

Peux-tu sourcer/expliquer ton histoire de charge fiscale et "augmentation du revenu fiscal" qui aurait pris l'ascensceur depuis les années 70 ?

Et selon toi, la qualité des services public s'est dégradée depuis les années 70 ?

A part un vague sentiment la autour, tu as évidement des chiffres pour appuyer ceci ?

Je pense que non.

En ce qui me concerne, je trouve les services publics de qualités, mais quand je vois la dégradation des conditions de travail au sein de l'hopital par exemple, je me demande réèllement si ceux qui propose des coupes d'impôt on vraiment bien conscience de ce qu'il font.

Concernant les crêches, je trouve le niveau de qualité EXCELLENT .. le hic, c'est que si tu veux une place, il faut 2 ans d'attente dans certains cas ... normal cela ? Bien sur que non.

Bref, tu vis dans un monde de fantasme ou l'Etat est un gros méchant, doté de fonctionnaire qui évite de dormir la nuit sinon il ne savent pas quoi faire la journée et où la différence entre le père noël et dieu, c'est que le père noël c'est vrai.

Descend de ton petit nuage d'attardé réactionnaire, et sort un peu, discute avec les gens.

Écrit par : Djinius | 17/06/2009

Djinius, les chiffres, on leur fait dire ce que l'on veut. Il n'y a qu'à voir ceux de cet andouille de censeur Tedeschi qui ose prétendre que la criminalité, les délinquences et les incivilités sont en baisse à Genève selon les chiffres du PS ! Tedeschi ne doit pas avoir les mêmes informations que tous les responsables de la sécurité à Genève ! Ou il est aveugle !

Écrit par : Octave Vairgebel | 17/06/2009

Dji, tes insultes comme ta recherche hysterique d'affrontement sont vaines. Et les chiffres tu peux les chercher toi même, je ne donnes pas de cours gratuit a des cancres irrecuperables. Tu sais parfaitement que la quote part de l'état est en constante augmentation (t'as deja vu la tva diminuer par exemple).

Alors revenons sur un detail important, les crèches:

La penurie de crèches est en grande partie due au fait que pour certain c'est UNIQUEMENT concevable comme un service publique sur-reglementé, avec des normes tellements contraignantes que malgré l'enorme demande ça degoute n'importe quel entrepreneur d'y repondre. Le resultat est là.

Et le fait qu'il faille attendre deux ans (faudrait s'inscrire avant la naissance ?) denote bien de l'efficience des services publiques

Écrit par : Eastwood | 17/06/2009

Eastwood, pour ce qui est des crèches, il y a une solution simple : Responsabiliser les parents ! Ceux-ci désirent des enfants et, une fois qu'ils sont nés, ils les mettent à la pouponnière, à la crèche, aux para-scolaires, aux restaurants scolaires, à la garderie d'enfants, aux classes gardiennes puis, les récupèrent en fin de journée, les couchent car les parents sont fatigués, les réveillent le matin, les ramènent dans les diverses institutions déjà mentionnées et viennent prétendre qu'ils élèvent leurs moutards ! Si l'on désire des enfants, ils faut assumer, sinon n'en faites pas !

Écrit par : Octave Vairgebel | 17/06/2009

@Eastwood. Alléger les charges de l'Etat serait un bon début car le fonctionnement actuel de la Ville et du Canton de Genève coûte très cher aux contribuables. Par contre, développons une e-administration efficiente et moderne et en phase avec Internet.
Baisser les impôts des classes moyennes est une bonne chose car elles s'appauvrissent et parfois s'endettent, ce n'est à long terme pas soutenable.On a bien vu aux USA que la paupérisation des classes moyennes depuis 10 ans a mené à la catastrophe. Par contre, si 30 % de la population ne paie plus d'impôts, un report devra forcément s'effectuer sur les autres. C'est pourquoi les initiatives contre les paquets fiscaux ne sont actuellement pas judicieuses.

Écrit par : demain | 17/06/2009

@Demain

Sans compter que ne plus payer du tout d'impots est une forme de deresponsabilisation et d'exclusion par rapport a la chose publique.

Mais le paquet fiscale parfait pour tout le monde n'existant pas, il vaut mieux dire oui a celui-ci comme etant un compromis acceptable.

Écrit par : Eastwood | 17/06/2009

On rêve d'un visionnaire comme vous Octave... Pas de crèches mais pas d'étrangers non plus si l'on suit vos positions habituelles...et qui payera l'AVS que vous touchez aujourd'hui même?

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

Ma pauvre Audrey, que ce soit des helvètes ou des étrangers, le problème est le même. Il faut assumer ! Quand on n'est pas capable de s'occuper de ses chiards, on en fait pas ! L'Etat n'est pas là pour assumer les charges de celles et ceux qui ne sont pas capables de prendre leurs responsabilités. Les personnes qui touchent l'AVS ont cotisé et, hélas, les jeunes qui cotisent actuellement, ne sont pas certains de toucher lorsqu'ils seront à l'âge de la retraite. Concernant les étrangers, le problème extrème pourrait être le suivant : Un musulman, avec 5 femmes (ça existe)et 20 gamins (c'est normal) place ces enfants dans les divers services et vous trouvez que c'est normal ? Certains, toujours les mêmes, abusent de la correction des citoyens !

Écrit par : Octave Vairgebel | 17/06/2009

Oui, parce que l'AVS ne pousse pas sur les arbres, s'il y a moins de monde pour côtiser, moins de "cerveaux" pour développer de l'activité, on se retrouve forcément dans une économie qui ne produit plus rien et surtout pas d'AVS: i.e. exactement ce que vous préconisez. En Suisse Octave on est déjà tombé à 1,4 ou 1,6 (petit doute) enfant par femme, même pas de quoi remplacer les générations. A ce rythme il faudra bientôt procéder à l'euthanasie des petits vieux (second degré évidemment). Profitez du temps qu'il vous reste;-)

J'ose espérer Octave que vous n'avez jamais eu d'enfants ou que vous avez toujours soigneusement refusé les allocations familiales ainsi que l'instruction publique. Le tout n'est pas de le dire, encore faut-il le faire.

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

L'AVS est, actuellement, payée par un grand nombre de personnes qui ont bossés toute leur vie. Pour les prochaines générations, le problème est différent car, pour une certaine partie, il ne faut surtout pas travailler et les cotisations, ils ne les payent pas. Ils deviendront dépendants de la société, gueuleront contre les injustices car une partie aura cotisé et recevra un peu de pognon et les autres, les gueulards gauchos comme de coutume, crieront à l'injustice ! Je répète, ceux qui ne sont pas capable d'élever et d'éduquer leurs chiards et qui comptent sur l'Etat pour subvenir à leurs besoins n'ont qu'une solution : Ne pas faire de descendance !

Écrit par : Octave Vairgebel | 17/06/2009

Faudrait vous renseigner Octave. A partir de 18 ans l'AVS c'est minimum 450.- par année, boulot ou pas, actif ou non, donc ne pas la payer vous rêvez totalement. En gros Octave, après vous le déluge c'est cela? Non parce qu'il faudrait encore m'expliquer, même si tout le monde cotise, ce qui est le cas pour pouvoir la toucher (d'ailleurs il faut même la réclamer), comment on fait pour payer l'AVS à deux personnes avec 1,4 personnes, et certainement encore moins dans les années à venir? A part augmenter l'AVS à 8% et élever l'âge de la retraite vers les 70-75 ans je ne vois pas, ce qui oblige de fait les gens à travailler plus pour gagner la même chose, et laisse encore moins de possibilités de s'occuper d'un chérubin pendant 3ans h24 et pour les 7 années suivantes à partir de 16h de l'après-midi, d'où le cercle vicieux. Belle génération de privilégiés (les babyboomers) que la vôtre. La moindre des choses serait donc de ne pas aller faire la morale à ceux qui vont manifestement beaucoup plus "en chier" comme on dit.

Mais vous ne m'avez pas répondu Octave, vos chiards ça a été école privée (ou instruction à domicile) et refus des allocations familiales?

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

@Audrey

Je m'en voudrais de vous contrarier, mais l'A.V.S. c'est à partir de 21 ans révolu que la Caisse vous la réclame. En tout cas si vous êtes étudiant !

Écrit par : loredana | 17/06/2009

Bon, vous avez fini de vous chamailler !
Ce débat quelque fois trop vif montre bien que le sujet a de l'importance.
Il faut donc diminuer les charges des familles. Je ne pense pas qu'un papa ou une maman, mais on peut tout voir dans ce bas monde, mette un gamin à la crèche de gaïté de coeur. Souvent deux salaires sont nécessaires pour simplement survivre. Et c'est la spirale des coûts. Plus de crèche, plus d'aides, plus, plus et tout cela a un prix.
Il faudrait peut-être simplement savoir si le jeu en faut la chandelle.
Diminuer les impôts c'est aussi dimnuer la ménage de l'état. Peut-être qu'avec moins d'argent nous pourrions sortir de ce débat stérile gauche-droite et parler de qualité de vie.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 17/06/2009

Vous êtes sûre Loredana? Parce que je suis étudiante et il me semble que cela fait plus de deux ans que je cotise il me semble, quoique peut-être que non. Vous devez avoir raison. Mea culpa;-)

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

D'après ce que je sais, à savoir un fils étudiant qui n'a rien jamais rien reçu de la part de l'A.V.S, et le fils d'une amie qui vient de recevoir un bulletin de versement, je suis à peu près sûre. A moins qu'il n'y ait eu "erreur" ou "oubli" dans l'envoi dudit bulletin de versement !!

Écrit par : loredana | 17/06/2009

Bonsoir Doc,

Je ne pense pas que le rappel à l'ordre me soit adressé. Cependant si je suis d'accord qu'il faut diminuer les charges pour les "familles", j'ai des doutes quant au fait que les parents ne mettent pas "de gaités de coeur" leur progéniture à la créche .... vu tout ce qui est mis à leur disposition dans une crèche actuellement ! Horaires à la carte pour les bambins, encadrement hyper professionnalisé, jeux éducatifs et d'éveils à la pelle. Chose que je trouve super, mais qui n'existait pas il y a moins de vingt ans en arrière .... et à cette époque là le recours à la créche c'était vraiment celui auquel on pensait si on ne pouvait pas faire autrement.

(o_o)

Écrit par : loredana | 17/06/2009

Mais non pas de chamailleries! Octave et moi-même nous apprécions, d'où le langage parfois un peu trop libre je vous l'accorde. Qui aime bien châtie bien comme on dit ;-)

Sauf que, et je vais rajouter le grain de sel "féministe", dans l'absence de crèches ou de nouvelles crèches c'est souvent (pour ne pas dire quasiment toujours)traditionnellement Maman qui s'y colle, d'où retard de "carrière" (et le salaire qui va avec), arrêts temporaires qui peuvent être très préjudiciables en terme de réinsertion, ou stagnation au niveau temps partiel, tout cela devant évidemment être couplé à la durée moyenne des mariages, et vous vous retrouvez avec des mères célibataires dans des situations parfois très précaires. Combien de femmes qui vont pointer au chômage après dix ans d'arrêt de travail, à un âge auquel on hésite déjà parfois à les engager?

Il faut donc rajouter un autre niveau à celui de la qualité de vie en la pensant sur le long terme. Et puis les crèches créent de l'emploi, si on veut elles font donc augmenter les impôts, mais réinjectent finalement cet argent dans la consommation, donc dans les emplois de ce secteur, qui souffrent un peu depuis le début de la crise, paroles d'étudiante qui a vu les petits boulots fortement diminuer.

Il faut rajouter qu'il y a vingt ans il était aussi plus aisé d'avoir recours aux grands-parents qu'aujourd'hui et que les crèches ce n'est pas toujours la panacée (enfants malades, horaires de la vente y compris nocturnes donc boulot jusqu'à 21h30, etc.). Un casse-tête en somme :-)

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

Audrey,

Retard de carrière ? arrêts préjudiciables ? stagnation du temps partiel ?
Et durée moyenne des mariages ?
Comme le dit Doc, faut voir si le jeu en vaut la chandelle et quelle qualité de vie l'on veut, pour soi et sa famille !! C'est un choix qui doit être discuté et pris, assumé à deux ... et si la femme se retrouve à devoir demander de l'aide suite à une séparation/divorce .... bin c'est la vie ! Mais il ne faut pas avoir de regrets ou culpabiliser la personne avec laquelle on avait fait ses choix.

Écrit par : loredana | 17/06/2009

Ah non tout à fait. Ma plaidoyerie était en fait en faveur des crèches: puisque sans crèches, sans recours possible à une garde d'enfants externe, et en présumant que les enfants sont une nécessité pour la société et bien évidemment ces retards et arrêts préjudiciables ne sont pas des "choix".

C'était tout :-)

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

Sorry, mauvaise lecture de ma part !

Écrit par : loredana | 17/06/2009

Y a pas de mal, dans le genre cela m'arrive souvent aussi! Il faudrait vraiment une fonction delete sur ces blogs;-)

Bonne nuit

Écrit par : Audrey | 17/06/2009

@ Ioredana et Audrey

Ce n'est pas la légende urbaine qui fixe âge et montant des cotisations AVS, mais la législation.

LAVS

Art. 3 Personnes tenues de payer des cotisations
1 Les assurés sont tenus de payer des cotisations tant qu’ils exercent une activité lucrative. Les personnes sans activité lucrative sont tenues de payer des cotisations à compter du 1er janvier de l’année qui suit la date à laquelle elles ont eu 20 ans; cette obligation cesse à la fin du mois où les femmes atteignent l’âge de 64 ans, les hommes l’âge de 65 ans

2 Ne sont pas tenus de payer des cotisations:

a.
les enfants qui exercent une activité lucrative, jusqu’au 31 décembre de l’année où ils ont accompli leur 17e année;

d.
les membres de la famille travaillant dans l’entreprise familiale, s’ils ne touchent aucun salaire en espèces, jusqu’au 31 décembre de l’année au cours de laquelle ils ont accompli leur 20e année;


Ordonnance 09
sur les adaptations à l’évolution des salaires et des prix
dans le régime de l’AVS, de l’AI et des APG


Art. 2 Cotisation minimum des assurés exerçant une activité lucrative indépendante et des assurés n’exerçant aucune activité lucrative

2 La cotisation minimum des personnes exerçant une activité lucrative indépendante, prévue à l’art. 8, al. 2, LAVS, et celle des assurés n’exerçant aucune activité lucrative, prévue à l’art. 10, al. 1, LAVS, sont fixées à 382 francs par an


A cela s'ajoute les cotisations AI et APG.

Écrit par : De passage | 20/06/2009

Les commentaires sont fermés.