21/06/2009

Qui désire une baisse d'impôts ?

impots10.jpg

 

 

 

Et bien personne.

Vous savez ce doute lorsque quelqu’un que vous ne connaissez pas désire vous faire un petit cadeau.

Vous vous dites tiens pourquoi il pense à moi.

C’est suspect.

Pas confiance…

Et la crise n’aide pas.

Que va-t-il se passer si les caisses sont vides.

Alors le Suisse est le seul être dans le monde qui est capable de refuser en votation une baisse des impôts.

On doit nous regarder comme des extra-terrestres.

Carouge vient de refuser ce jour cette proposition.

Que va-t-il se passer lorsque nous irons dans l’isoloir pour accepter ou refuser l’offre du canton.

411 millions de remise.

Que veut-on ?

Alléger la charge des familles ?

Diminuer le ménage des communes ou de l’état ?

Ou bien continuer à dépenser à tout va, même si l’argent manque.

Mais en temps de crise, l’Etat devient pourvoyeur de la Providence.

Il est là pour nous défendre.

Le problème est qu’une grande majorité de la population ne paye pas ou peu d’impôts et que la classe moyenne est en train de devoir assumer une charge qui devient trop lourde.

Alors faisons gaffe.

Les Genevois payent trop d’impôts. La preuve, ceux qui le peuvent partent s’établir dans le canton de Vaud ou en France voisine.

17:17 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Docteur,

une baisse d'impôt communal d'un centime...

Vous n'y pensez pas ?

Nous sommes le seul pays capable de voter pour un impôt nouveau TVA... son augmentation... la vignette autoroutière... et j'en passe... alors une baisse ?... vous n'y pensez pas ?

Non mais, sérieusement, vous n'y pensez pas ?

Un Suisse lambda se demande toujours comment il peut contribuer pour payer deux fois, voir trois fois le même service :o)

A se demander si nous ne sommes pas simplement un peu, mais un peu seulement : "neuneu" ?

Bien essayé quand même...

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/06/2009

Cher Dr Buchs,

- Pour mémoire le refus de baisse d'impôt de la commune de carouge ne porte que sur une année. Chaque année les communes fixent le centime additionnel pour l'année à venir et chaque année la délibération communale est soumise au réferendum facultatif. Le paquet fiscal cantonal est adopté pour une durée indéterminée, soit jusqu'à modification de la Loi cantonale, modification soumise au référendum obligatoire.


- Vous alléguez que la classe moyenne est en train d'assumer une charge trop lourde. Mais qu'entendez-vous par classe moyenne ? J'ai souvenir d'une émission de la TSR intitulée "La classe moyenne n'a plus les moyens". Les blogeurs de la TSR ont largement fait valoir que la fourchette retenue par la TSR n'englobait pas la classe moyenne mais les riches. D'ailleurs il n'y a plus que les riches, les très riches, les hyperriches et les "moyens", il n'y a plus de pauvre...ou à tout le moins la notion de classe pauvre n'est pas politiquement correcte.

Au demeurant, la classe moyenne ne se définit pas uniquement par le revenu ou la fortune mais bien plutot par ce que Bourdieu nommait l'Habitus.

Je suggère donc de définir une classe moyenne au sens fiscal du terme.

Cantons et communes dépensent environ 19000 francs par année et par habitant, si l'on ne tient pas compte des personnes exonérées au vu du droit international.

Environ la moitié des ressources de l'Etat proviennent de l'impôt sur la fortune et le revenu. La moitié de 19000 c'est 9500 francs. Mais ceux qui paient 9500 francs et moins payent rarement toute une série d'impôt que seuls les plus riches ou aisés payent. Retenons donc que la classe moyenne fiscale est celle qui paye 10000/12000 francs d'impôts moyens par année et personne (non par foyer fiscal). Donc 10000 à 12000 francs pour un célibataire et 40'000 à 48'000 pour un couple avec deux enfants.

Qu'est-ce que ces chiffres signifient ? Tout simplement que ceux qui payent moins d'impôt ne payent pas à l'Etat leur quote-part des dépenses de celui-ci. En d'autre terme qu'il sont bénéficiaire de l'Etat qui est entretenu par ceux qui payent plus.

Écrit par : De passage | 21/06/2009

L'état ne fait jamais de cadeaux...Donc une réduction d'impôts signifie une baisse des rentes-des assurances chômage et des aides aux familles.
C'est sans compter que cette baisse ne concernera pas les plus démunis d'entre nous.
Alors lorsque les mieux payés de notre canton nous poussent à accepter cette baisse d'impôts... vaut mieux dire NON...

Écrit par : mur | 21/06/2009

@De Passage

"il n'y a plus de pauvre...ou à tout le moins la notion de classe pauvre n'est pas politiquement correcte."

Vous riguolez j'espère?
Chauque jour un nombre incalculable de citoyen tomce dans la pauvreté.
Il va bien falloir créer une classe pour les plus précaires, sans quoi on risque de se sentir rejeté.
Je comprend mieux pourquoi l'état se refais sur le dos des pauvres maintenant.
Il est tant que nous formions un lobby, sinon on finira dans le caniveau...

Écrit par : mur | 21/06/2009

@MUR

Je crois que je me suis mal exprimé et n'ait pas affirmé qu'il n'y avait plus de pauvre à Genève, ce que j'ai affirmé c'est que le concept "classe pauvre" est devenu un concept politiquement incorrect et qu'ainsi la classe moyenne avait absorbé la "classe pauvre" et que, d'ailleurs ,la majorité des pauvres ne veulent pas se reconnaitre comme tels et affirment appartenir à la classe moyenne.

Je serai curieux de savoir comment vous définissez la pauvreté. Je pense qu'il s'agit pour vous de pauvreté monétaire.

Y-a-t'il a genève un pauvre petit vieux ? Ma réponse est non sauf s'il me fait pas valoir ses droits. Je rapelle qu'il a droit à AVS + Prestations complémentaires fédérales + Prestations complémentaires cantonales + prestations complémentaires communales + Prime d'assurance maladie et franchise et participation + Frais dentaire + Abonnement TPG annuel à 50 francs + Exonération fiscale cantonale (sauf la taye personnelle). Sa situation financière est meilleure que de nombreux travailleurs et travailleuses de l'hotellerie restauration ou de la vente de détail.

Votez contre la baisse des impôts est-il vraiment profitable aux plus démunis ?

Trop d'impôt tue l'impôt.

Le gentil Federer et l'affreux Ospel on compris puisqu'ils sont domiciliés à Wollereau dans le canton de Schwitz et payent un impôt cantonal et communal inférieur à l'impôt fédéral, soit sans doute plus de 3 fois moins d'impôt qu'à Genève.

Les retraités suisse du privé partent depuis de nombreuses années de Genève pour s'installer en France et y toucher le 2eme pilier en capital, exonéré d'impôt.

Vous pouvez aussi être domicilié à Londre et n'y payer aucun impôt pendant 7 ans tout en ganant de l'argent dans vos activités lucratives à l'étranger ou tout simplement en y touchant votre rente AVS.

Tout retraité peut allers s'établir dans certains pays du sud ou il ne paiera aucun impôt. Cela s'applique d'ailleurs à toute personne assez riche (1500 USD par mois).

Alors si le paquet fiscal cantonal oeut paraître injuste, il convient de se poser la question si son refus ne faira pas partir, ou dissuadera de venir, ceux qui payent plus de 10000/12000 d'impôt cantonal et communal par personne et par an, avec pour résultat un appauvrissement de l'Etat.

Il y a une pesée à faire et chacun la fera.

Écrit par : depassage | 22/06/2009

fiscalite trop lourde surtout si on ne veut pas tenir compte de la personne adulte qui a a charge 1fille adulte en étude (-de 25 ans à temps plein,et a sa charge.Preuve, si on calcul ce que nous demande les impots;sur montant(mensuel)en comparaison au salaire net+le mimimum vital total il dépasse le montant net du salaire,que faire! soit nous empruntons soit on s'endette.=fiscalite excesivement lourde pour le salarieignorant la reforme fédérale. le salarie devient alors non 1 contribuable mais une alors vache a lait/ alin

Écrit par : huet | 23/04/2010

"Les Genevois payent trop d’impôts. La preuve, ceux qui le peuvent partent s’établir dans le canton de Vaud ou en France voisine."

Alors que tout le monde s'accorde à dire que le problème principal qui pousse les genevois à s'expatrier est l'accès à des logements corrects à prix décents, notre Dr PDC lui à une analyse bien à lui ...

Et quand je vois les définitions de "classes moyennes" ci-dessus qui s'appuie sur des moyennes, les bras m'en tombent !

Un peu comme ce ministre UMP français qui prétendait que le salaire moyen est de 6000 €, alors que la moitié des ménages francais gagnent à peine plus que le SMIC !

Écrit par : Djinus | 30/11/2012

Je rejoins cependant l'analyse de "depassage" : évidemment, les revenus bas obtiennent plus de prestations de l'Etat que le montant de leurs impôts (merci d'enfoncer les portes ouvertes d'ailleurs).

Et c'est bien là d'ailleurs que joue le discours dégueulasse des partis bourgeois : amener les gens de conditions modeste à penser qu'en baissant le taux d'impôts qu'ils s'y retrouveront économiquement ... alors que le seuls qui s'y retrouvent sont les revenus supérieurs, étant donné la progressivité de l'impôt.

Mais évidemment, pour cela, il faut enlever les oeillères, pour par exemple analyser qui financent les partis de droites ... qui gardent bien cela caché en jouant fallacieusement la carte de la protection de la sphère privée que de leur associations que sont les partis politiques.

Fire !

Écrit par : Djinus | 30/11/2012

@Djinus ,moins vous obéirez aux écolos moins vous aurez de risque de voir augmenter les impots.c'était finement joué de leur part et tout le monde sauf les moins naifs y a cru.
Mais quand l'enfant est Roi faut bien lui obéir et satisfaire à ses caprices en obligeant le peuple à ramer tout en lui faisant miroiter des baisses d'impots qui malheureusement grâce à son propre dévouement auront vite fait de reprendre l'ascenseur sitot le froid revenu.Biocarburants super polluant,des personnes âgées qui ne peuvent sortir grâce aux coups de froid obligées de garder leurs poubelles chez elles et le prix de l'essence qui joue au yo-yo .Alors faites comme d'autres quand on vous dit,déveoppement durable il en existe un seul celui de la déconnologie qui elle va permettre de grossir les rangs UDC et les asticots qui tiendront compagnies aux isolés pendant les fêtes de fin d'année
On peut bien critiquer Nestlé et d'autres mais il fut un temps ou en -Suisse on savait réfléchir avant d'agir et bien des politiciens feraient bien de s'en souvenir et d'utiliser leurs méninges sur le long terme pour que leurs enfants à eux ne soient pas obliger d'aller mendier comme les Roms ou autres conditionnés par des siècles de communisme

Écrit par : lovsmeralda | 30/11/2012

ON NE DEMANDE PAS UNE BAISSE DES IMPOTS MAIS DES IMPOTS EQUITABLE EN FONCTION DE LA SITUATION,ET NON UN IMPOTS CONFISCATOIRE COMME C'EST LE CAS DANS LE CANTON DE VD.
Oui il y a d'autre part dle cas de personne qui ne travaille pas, a charge de l'état, certaine situation se justifie, d'autre pas du tout , ou qui travaille mais ne déclare ,pas tout un programme tout ça .....................

Écrit par : HAALIMHAYA | 09/12/2012

Les commentaires sont fermés.