26/06/2009

CEVA, quand tu nous tiens !

doute.jpg

J’ai déjà écrit plusieurs petits bouts d’écriture sur ce sujet.

J’annonçais, il y a une année, que la facture finale serait de 2 milliards de francs.

Pour le savoir, il suffisait de laisser trainer ses oreilles.

Nous sommes en plein dans une campagne électorale et il est difficile pour certains de reconnaître l’importance du surcoût.

Alors on vote de petits crédits supplémentaires en espérant que le gentil citoyen n’y voit que du feu.

Ce genre de combine ne marche plus.

Et dire que les travaux n’ont quasi pas commencé et que déjà de multiples voix discordantes s’élèvent.

Cet automne, quel sera la composition du Grand Conseil et du Conseil d’Etat.

Est-ce que monsieur Muller sera réélu ?

J’ai l’impression que le projet a du plomb dans l’aile.

Il s’installe une certaine lassitude, je dirais même une dépression réactionnelle chez les hommes et femmes politiques.

Nous sommes dans l’attente, dans le doute dans l’incertitude.

Pourtant sur une idée que personne ne critique. Il faut un nouveau moyen de transport à Genève. Il faut repenser la mobilité. Mais là nous parlons des genevois et non des frontaliers. Faire un CEVA pour permettre à d’hypothétiques résidents de Haute Savoie de venir travailler à Genève est un leurre et une mystification.

Si vous voulez mon soutien, vous devez me démontrer à moi citoyen lambda l’utilité de ce projet.

Sur un sujet de cette importance, l’avis du peuple est essentiel.

Si une majorité se dégage pour ce projet, alors il n’y aura plus rien à dire et on pourra foncer « à toute vapeur ».

Faire voter en urgences des crédits supplémentaires, en sachant que si référendum il y a, la récolte des signatures sera difficile durant l’été, n’est pas très gentleman.

Je doute, tu doutes, il doute, nous doutons, vous doutez…ils doutent…

07:05 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mais pourquoi donc une liaison transfrontalière, reliant Cornavin à Annecy, Nyon à Evian, Lausanne à Annemasse, Eaux-Vives à La Roche, Chêne-Bourg à l'aéroport, ne ferait que "permettre à d’hypothétiques résidents de Haute Savoie de venir travailler à Genève"?
Sortons un peu de ces clichés et voyons notre région comme un ensemble dans lequel les connexions sont multiples, où les Genevois, les Vaudois, les Hauts-Savoyards peuvent se déplacer rapidement d'un bout à l'autre d'une agglomération commune. Le RER FVG permettra aussi bien des Lausanne-Grenoble que des Sécheron-Hôpital, il sera la clé de liaisons urbaines, périurbaines et "grandes lignes".
Il n'y a à l'heure actuelle aucun autre projet à même de répondre à la question. Si le CEVA ne se fait pas, aucun autre projet ferroviaire ne prendra place dans le canton d'ici au moins 15 ans, et nous avons déjà 20 ans de retard sur la Suisse allemande... Le RER répond aux besoins des Genevois justement car il pénètre le tissu urbain, connecte entre eux de nombreux quartiers de la ville à la manière d'un métro (Sécheron-Cornavin-PAV-Centre ville-Eaux-Vives-Chêne, puis Meyrin-Satigny et demain peut-être St-Jean-Charmilles ou Veyrier), et permet une inter-connexion des centres névralgiques, français, genevois ou vaudois de notre région.
Certes, il y a un coût, mais le CE jour la carte de la transparence, et surtout, il y a une part fédérale de financement qu'il sera impossible de réunir pour un autre projet.
Nous voterons sûrement sur le référendum, et le peuple genevois suivra je pense la volonté du Grand Conseil d'avancer, de construire et de doter Genève d'une infrastructure dynamique, qui ne réglera certes pas tous les problèmes, mais qui aura le mérite de connecter une ville et une région aujourd'hui submergées par les voitures.

Cordialement

Écrit par : juan | 26/06/2009

Submergée par les voitures ? Alors il faut construire immédiatement la traversée de la rade ! Face à votre projet récent (150 ans !) Genève sera livré pieds et poings liés aux frontaliers qui, eux, n'en on rien à cirer de votre tortillard. Si l'on récapitule, nous avons déjà le chantier du tram de Meyrin qui est stoppé actuellement (serait-ce dû au non paiement des factures aux entrepreneurs ?), celui du tram de Bernex qui empoisonne toutes les personnes qui vont à leur boulot, la future reconstruction des ponts de l'Ile (pour la même raison), la transformation prochaine de la gare de Cornavin, et vous voulez encore, pour autant que l'interdiction soit levée, construire votre petit train ! Ce n'est plus "Genève ville internationale" mais "Genève ville-chantier" ou plus simplement dit "Beyrouth-sur-Léman"!!! Arrêtons de dépenser de l'argent que l'on a pas ! Si votre budget personnel est géré comme celui de l'Etat, vous devez être en faillite personnelle !

Écrit par : Octave Vairgebel | 26/06/2009

Cher Juan,
Mais oui un projet de transport régional est absolument nécessaire.
Mais...
les problèmes avec le CEVA :

Il n'y a eu aucun débat d'envergure digne de ce nom et ne me sortez pas benêtement que le tracé date de 1912...

Le train du CEVA va jusqu'à Annemasse. Mais au-delà ? Quelles sont les garanties du côté français que leur réseau sera transformé ou réalisé pour que le CEVA ait un sens ?

En l'état actuel de ce projet je ne vois pas comment la quantité de voitures va diminuer et donc la mobilité dans la ville s'améliorer.

Oui oui une véritable politique tranfrontalière et transcantonale est absolument nécessaire pour résoudre le problème du transport.
Le Ceva donne un peu l'impression qu'on fait quelque chose pour faire quelque chose mais qu'au fond on sait pas très bien ce qu'on fait et en plus ça coûte 2 Milliards...

Salutations

Écrit par : Gerard Malombré | 26/06/2009

Mais que proposez-vous d'autre?
Vous avez le choix entre un projet abouti, financé, étudié, qui n'est certes pas parfait, mais qui a l'avantage de proposer aussi bien des liaisons urbaines (métro), que périurbaines, que régionales et qui constitue un axe fort de transports publics auquel trams, bus, P+R et mobilité douce peuvent s'articuler... ou alors: rien du tout.
Le RER va de plus jusqu'à Annnemasse mais aussi bien au-delà: regardez seulement les plans du RER proposés par Transferis: liaisons vers Evian, Annecy, La Roche, St-Gervains depuis Coppet, Nyon, Lausanne, Bellegarde. Les garanties sont là, l'argent est d'ores-et-déjà débloqué.
Les déplacements dans la région vont exploser d'ici 2020, on ne verra peut-être pas le nombre de voitures chuter, mais au moins nous contiendront la hausse, et surtout, nous pourrons proposer aux gens une réelle offre de TP transfrontalière, efficace et fréquente comme c'est déjà le cas à Bêle depuis des années.

Cordialement.

Écrit par : Juan | 26/06/2009

Cher Juan,
Si les garanties côté français sont là je me demande ce qu'attendent nos élus pour convoquer immédiatement une conférence de presse afin d'exposer clairement et démontrer de manière incontestable comment le ceva s'inscrit dans un réseau régional. La polémique cesserait et les anti-ceva seraient à cours d'argument.
Mais peut-être que ces garanties ne sont pas vraiment là ...Dire le contraire serait peut-être un suicide politique...?
Concernant la mobilité dans Genève: si je veux aller à Cornavin je prends le bus mais pas un train lourd dont le prix du billet sera forcément plus que 3 francs.
AH ! Si seulement il y avait eu un vrai débat avant...

Salutations.

Écrit par : Gerard Malombré | 26/06/2009

...Rencontre qui a déjà eu lieu le 6 mai à la gare des Eaux-Vives et a qui réuni M.Muller, J-J.Queyranne, G.Bariller, E.Châtelain, le maire d'Annemasse, etc., bref les représentation des exécutifs et législatifs cantonaux, départementaux et régionaux.
A propos du prix, le RER sera inclus dans Unireso, quand vous prenez le bus pour l'aéroport: 3.- et quand vous prenez le train: 3.-
Cordialement

Écrit par : Juan | 26/06/2009

Cher Juan,
Soyons serieux, cette réunion cordiale aux sourires de circonstance était un "coup médiatique" triomphaliste. Beaucoup de promesses, des discours et des flonfons mais pas de démonstration concrète.
Le train pour aller à Carouge depuis Champel puis Cornavin et pour trois francs svp. Mais quel progrès !
Ah! A Genève on a des bonnes idées.On dirait un sketch de la revue!
Salutations.

Écrit par : Gerard Malombré | 26/06/2009

Cher Gérard, de Coppet à La Plaine c'est 3 bales, comme de Jonction à Moillesullaz
ou de Carouge au Bachet.
3 balles c'est pour tout UNIRESO
et payer 3.50 balles...c'est pas bcp plus...compare au réseau TL de Lausanne ou l'heure est a 4.20.- .....

Écrit par : pro_TC | 30/06/2009

Ce brave Juan (dont le nom complet n'est apparemment pas dévoilé) a l'enthousiasme léger faute d'éléments suffisants. Dire que "la soupe, bonne ou mauvaise, est cuite et qu'il ne reste qu'à la manger" n'est pas un argument déterminant.
Le soi-disant RER n'en n'est pas un: c'est un train lourd souterrain, traversant Genève avec 7 stations sur 16 km. fréquence:3o minutes, alors que le M2 de Lausanne (équivalent d'un vrai RER compte 14 stations sur 6 Km.avec une fréquence de 3 minutes !).Grâce à un référendum indispensable, le peuple genevois pourra choisir en toute connaissance de cause entre le gouffre CEVA et la version alternative moins onéreuse et plus efficace soutenue par le Comité pour une meilleure mobilité franco-genevoise.

Écrit par : Pierre R. Monney | 01/07/2009

Les commentaires sont fermés.