08/07/2009

Une décision qui fera date...

virus.jpg

Le Tribunal Fédéral vient de confirmer une décision de la justice genevoise. Il a rejeté le recours de deux femmes qui avait eu des relations non protégées avec un homme porteur du virus HIV. Cet homme était sous traitement et sa virémie était indétectable.

Les spécialistes du SIDA avait défendu l’avis que cette personne ne pouvait pas transmettre le virus et qu’elle était en droit de ne pas se protéger.

Les opposants pensait que c’était une décision qui allait banaliser le risque lié au SIDA et d’augmenter les risques de transmission de l’infection.

Question très intéressante.

Faut-il être hyper strict en sachant que le risque est nul ?

Faut-il laisser le droit à une personne de décider ce qu’elle veut dire à l’autre ?

Voulons-nous une société à risque zéro ? Ou devons-nous plutôt nous fier à notre propre responsabilité d’adulte ?

Cette décision est quand même un message d’espoir pour les porteurs du VIH.

Enfin le traitement est efficace. Sous traitement et si la virémie est indétectable, ils peuvent vivre une vie normale. Sacré changement.

Un petit sourire dans toute cette grisaille.

11:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Cette décision décrète simplement irrecevables les recours des plaignantes parce que leur avocat avait commis un vice de forme en oubliant de prendre des conclusions.

Elle ne tranche nullement le fond de la question.

Écrit par : j.nizard | 08/07/2009

En fin de compte c'est la décision genevoise qui fera date.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 08/07/2009

Exact. La justice fédérale ne s'est pas prononcée sur le fond de l'affaire et pourrait avoir, si les avocats d'autres plaignants ne commettent pas d'erreur de procédure, un avis différent de la justice genevoise sur le fond de la question.

Écrit par : j.nizard | 09/07/2009

Les commentaires sont fermés.