09/07/2009

Qu'il est difficile de récolter des signatures...

référendum.jpg

Je me disais que nous étions nuls de chez nul.

Le PDC avait lancé un référendum à Carouge et nous avions récolté que 950 signatures alors qu’il en fallait 1200.

Bref tout le monde se marrait et nous faisions triste mine. Manque d’entrain, manque de temps, manque d’énergie, la critique de l’exercice fut féroce.

En même temps les autres partis de l’entente avec un coup de main de notre part avaient toutes les peines à atteindre le Graal, pour pouvoir voter sur le budget.

Et puis dernièrement le référendum sur le PAV échouait.

Là je ne suis dit, il y a un problème.

Mon moral est un peu remonté et l’autodénigrement PDC a été mis aux rencards.

Ce matin le journal « Le Courrier » (www.lecourrier.ch) titre à la une : « Les communes ont mal à la démocratie directe ».

Et bing la révélation. Anouk ZBINDEN écrit qu’il faut la signature de 30 % des électeurs dans les communes de moins de 500 habitants, pour des communes de la taille de Carouge il en faut 10 % et pour « Big Mama » Genève seulement 3 %. Sacrée différence.

Si nous respections le même pourcentage de 3 %, nous aurions eu besoin de 400 paraphes. Super facile.

Si la ville de Genève devait s’aligner sur Carouge, il faudrait 13333 signatures (au lieu de 4000) pour aboutir. Pour mémoire au niveau Cantonal, il en faut 7000.

Voilà un travail pour la Constituante.

Un même pourcentage pour tous. Je propose 7 %. A vous de jouer …

11:45 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Il aurait été intéressant de savoir pourquoi le législateur de l'époque à introduit ces taux différents.

Si un expert du droit public genevois ou un parlementaire a bonne mémoire nous lit ...

Écrit par : Djinius | 09/07/2009

Pour répondre à Djinus, c'estparce que, à l'époque, il était bien plus facile de récolter des signatures.

La majeure partie des signatures étaient recueillies lors d'élections et de votations à la sortie des bureaux de vote, où se rendaient tous les électeurs.

Depuis l'introduction du vote par correspondance, il est bien plus difficile de récolter des signatures, car on ne trouve plus nulle part une telle concentration de personnes qu'on sait intéressées par les affaires publqiues...

Écrit par : j.nizard | 09/07/2009

... Et si ce n'était que parce que les citoyens en avaient réellement marre de se faire "relancer" à tout bout de champ par des quémandeurs de toutes sortes? Aussi bien dans la rue qu'au téléphone et pour toutes sortes de raisons. Partis politiques ou sectes de toutes sortes (c'est un peu la même chose), instituts de sondages, ventes à l'arraché, publicités mensongères... et que sais-je encore.

Écrit par : Père Siffleur | 09/07/2009

j.nizard,

Je ne vois pas en quoi votre explication explique la différence de taux selon le nombre d'habitant de la commune ?

La réponse doit se trouver dans les archives du parlement cantonal ... mais c'est un travail de spécialiste de :
- Trouver la date où a été introduite ces différents taux dans la loi
- Retrouver les minutes de débats parlementaires qui ont conduit à cette modification.

Écrit par : Djinius | 09/07/2009

OK Père Siffleur, mais il est diablement important de pouvoir exercer ses droits civiques.
Il n'est pas normal qu'un référendum aboutisse plus facilement en ville de genève qu'à Carouge.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 09/07/2009

Salutations,

Je soutiens votre proposition des 7% qui correspond, si je ne m'abuse, au quorum d'élection du Grand Conseil. Croyez-vous qu'il soit possible d'officialiser un site qui réunirait toutes les initiatives et référendums en cours en les classant d'après leur niveau?

Bien à vous,

Q.

Écrit par : Quentin ADLER | 09/07/2009

Cher monsieur Adler, j'espère que vous allez répercuter ma proposition de 7% à la constituante, dont vous êtes un élu, si je ne m'abuse.
Comme cela toutes les communes sewront à même enseigne.
Merci pour votre soutien.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 09/07/2009

Le nombre de signatures exigées n'a pas changé , alors que depuis la population a doublé et que les femmes votent.Donc il faudrait en théorie, pour respecter les paramètres initiaux, quatre fois plus de signatures...Etait-ce trop demander à l'époque?, faut-il trouver un juste milieu?La question mérite d'être débattue.

Écrit par : memoriter | 09/07/2009

@Bertrand BUCHS
Malheureusement je ne suis qu'un candidat déçu pour ma part. :-)
Mais adressez-vous à ma contrepèterie Murat Alder qui, j'en suis sûr, abondera dans votre sens. ;-)
Quoiqu'il en soit, vous aurez le soutien, du moins sur le plan cantonal, du groupe G(e)avance car un total requis en pourcentage (+- 7%)plutôt qu'en chiffre absolu pour référendum/initiative faisait partie de nos engagements de campagne.

Bonne soirée à vous,

Q.

Écrit par : Quentin ADLER | 09/07/2009

Les commentaires sont fermés.