12/08/2009

Le doute...

 

Alors comme cela, nous venons de nous faire remonter les brettelles par monsieur le Consul d’Arabie Saoudite.

Genève est devenue un lieu de perdition et de violence.

Résultat des courses, ce genre de remarque nous a tous vexés et je redoute les commentaires qui doivent fleurir dans les bons bistrots genevois.

Mais sur le fond, n’a-t-il pas raison ?

Je remarque, et je l’ai écrit à plusieurs reprises, une augmentation de la saleté.

Genève ville propre, nous pouvons oublier. Allez voir Berlin, Stockholm, pas un papier par terre, des poubelles ramassées plusieurs fois par jour et non pas une fois le matin.

saleté.jpg

Le laisser-aller engendre l’insécurité.

Ce sentiment, absolument pas objectif, mais qui existe et que je ressens tous les matins lorsque je prends mon tram à 5 heures.

Jeunes qui traînent dans la rue le plus souvent ivres.

Trafiquants de drogue opérant rue Rousseau ou rue de Coutance.

J’ai arrêté de prendre le tram 12, parce que les rues Basses à cette heure et bien c’est vide de chez vide et ça craint.

Je préfère prendre le 14 ou le 16 en compagnie des humbles travailleurs du petit matin.

Et je vous parle pas des mendiants qui la journée égaient nos rues et nos places.

L’autre jour, j’en ai compté 7 autour du magasin Manor.

Je vous l’avoue, cela me gêne et m’énerve.

En fin de compte toute vérité est bonne à dire.

Merci Monsieur le Consul d’avoir, helvétiquement, remis les pendules à l’heure.

07:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Les commentaires sont fermés.