16/08/2009

Monsieur Schwaller, vous venez de faire une bourde...

Ce matin je me lève tout rose et guilleret. Je me prépare ma tartine avec une super de chez super confi aux abricots  et je m’étrangle en lisant le « Matin Dimanche ».

Monsieur SCHWALLER  parle de la Romandie, de son amour pour nous autres minoritaires et non dit de ne pas nous faire de mourons. C’est décidé autour de lui il y aura que du 100 % pur sucre romand, estampillé nourri au lait maternel de la Venoge, du Rhône, de la Fée verte et de la Damassine.

schwaller.jpg

Bien excellent, et puis au détour d’une ligne ; bing l’erreur de goût, le détail qui tue, il déclare qu’il  va parler en allemand lors des séances du Conseil Fédéral.

Monsieur SCHWALLER vous allez nous représenter.  Nous sommes quelques à parler le Français, oui là dans un petit coin de la Suisse.

Et bien vous avez l’obligation de parler notre langue lors des séances officielles. C’est comme cela, un point c’est tout.

Dans ma vie de médecin, j’ai participé à de multiples séances à Berne, Zürich ou Bâle. J’ai connu des professeurs de la faculté de médecine de Genève qui étaient suisse-alémaniques et bien ils s’exprimaient toujours en français. Par respect.

Je vous l’avoue, vous m’avez vexé.

10:53 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Heureusement qu'il y a le parler du coeur et, celui-là, n'appartient pas à une langue.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 16/08/2009

Les commentaires sont fermés.