17/09/2009

Pauvre madame Widmer-Schlumpf...

 

Hier, avec l’élection de monsieur Burkhalter, tout est tranquillement rentré dans l’ordre.

L ‘UDC a joué le jeu de parti gouvernemental en faisant bloc derrière le neuchâtelois.

Le parti Radical Libéral saura s’en rappeler lors de la réélection de la conseillère fédérale grisonne.

A la trappe.

La messe est dite.

Les partis de gauche n’ont pas osé penser différemment la Suisse.

Le PDC a perdu car il n’a pas osé modifier la majorité politique du conseil fédéral.

La Suisse ne peut plus être gouvernée de cette façon.

La concordance molle n’est plus acceptable.

Il nous faut une vision pour la Suisse de demain.

Il nous faut pouvoir prendre des décisions courageuses, sur la santé, le social, la sécurité, la formation, l’écologie.

Le parti Radical Libéral a montré qu’il désire gouverner avec l’UDC.

C’est légitime.

Mais que veut le PDC, rejoindre cette alliance ou plutôt créer une majorité de centre-gauche.

Un peu de clarté, s’il-vous plaît ?

Nous ne sommes pas dans une cour de récréation. Tu m’as piqué mon petit pain au chocolat, attention je vais me venger.

En politique on doit définir avec qui nous voulons gouverner. Et puis on assume.

L’indécision est le malheur du PDC.

06:58 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Blog comportant des vérités, merci Bertrand. A ce sujet, tes blogs sont toujours surper intéressants. Je subodore que Monsieur Darbellay emmène gentiment mais sûrement le PDC vers un centre gauche. La droite de droite est devenue trop copine sans les DC. Dans le parc jouent les radi-libéraux et l'UDC, le reste s'ébat aux jeux plus sociaux. L'aile droite du PDC ne doit plus s'y retrouver. C'est comme à Carouge autant fonder une "action villageoise" pour barrer la route à tous ces écoliers !!! ^Je crois que cette sitution nous la devons au Président Suisse qui veut absolument placer son beau monde. Et bien hier, ses calculs méritent la note 0. Il joue avec le feu et va faire perdre des plumes. On verra les répercussions à Genève le 11 octobre prochain. Tout de bon
Osons dire les choses !

Écrit par : velen | 17/09/2009

et bien le 11 octobre à Genève...c'est jour de vengeance ...
Mais il faudra pas oublier de faire payer les gauchos à deux balles du PS et les Verts...car si Schwaller n'est pas passé, c'est surtout grace à eux...les traitres calculateurs...

Écrit par : MUR | 17/09/2009

"Le parti Radical Libéral saura s’en rappeler lors de la réélection de la conseillère fédérale grisonne. A la trappe." = c'est à espérer !!!

ça ne serait que justice!

Écrit par : Jupiter | 17/09/2009

Les commentaires sont fermés.