21/09/2009

Les nouveaux supermarchés de la médecine.

 

J’ai de la peine à suivre.

J’entends tous les jours le mot, économie. Place du médecin de premier recours. Limitation de l’accès aux spécialistes. Bref la panacée universelle.

Et puis je constate que la médecine devient de plus en plus pointue. Les investissements se multiplient dans des équipements de pointes. Des groupes de forment, les cliniques augmentent la palette de leurs prestations. Bref la médecine est un SUPER marché.

Nous savons que l’augmentation de l’offre entraîne automatiquement une multiplication des actes.

Alors pourquoi ces deux discours.

Il existe un problème des urgences. Trop de consultations inutiles engorgent ces structures.

urgences6.jpg

Les solutions, en tout cas pas ces nouveaux centres d’urgence, branché, luxueux, dernier cri, de vrais hypermarchés de la santé.

Venez et servez-vous.

Comment dans ces conditions nous allons pouvoir faire entendre le discours de la modération.

Filtre par un médecin chevronné à l’entrée des urgences. Tout ce qui peut attendre est renvoyé aux médecins traitants.

Obligation de passer par une centrale téléphonique gérée par les associations de médecins, avec des médecins qui répondent.

Vrai service de garde couplé avec le 144 et la centrale téléphonique.

Une modération des coûts de la santé passe par une diminution de l’offre.

L’Etat doit jouer le jeu de la planification sanitaire en passant un contrat de prestation clair et précis avec les associations de médecins.

Pourquoi nous, simplement parce que nous sommes soumis à des règles très strictes de fonctionnement et que nous ne sommes pas des sociétés à but lucratif.

07:26 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Si le patient se connaissait mieux, il gérerait aussi mieux sa santé et ne consulterait pas pour des pécadilles. La présence à soi, à ses organes et à ses mécanismes est sous-développée actuellement dans le monde public.
Dans notre culture, on développe à fond la formation professionnelle en vue d'une efficacité économique mais très peu la formation de l'individu que nous sommes , l'observation de notre relation avec l'environnement tant humain que naturel, et la connaissance de soi.
Ceux qui sont attentifs à tous ces paramètres comprennent les signaux que leur donne leur corps et peuvent en corriger d'eux-mêmes une bonne partie.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 21/09/2009

J'ai une maladie chronique et j'évite les médecins le plus possible. Je ne veux plus entendre parler de l'escroquerie qu'est la médecine. J'ai tellement perdu espoir de trouver un médecin capable de me prendre au sérieux et de m'aider réellement.. j'ai une maladie qu'ils ne connaissent pas alors ça doit être tout dans ma tête n'est-ce pas? j'en suis à ESPERER mourir de la grippe ashanana.

Écrit par : K. | 21/09/2009

Les commentaires sont fermés.