30/10/2009

Petits cachotiers...

armes1.jpg

 

 

 

Alors comme cela la Suisse vend des armes à des pays pas très jolis jolis.

Déjà que les banques…hum

Mais c’est de la mécanique suisse, tip top en ordre. Jamais en panne, précision d’un coucou, pan dans le mille à coup sûr.

Déjà que le Guillaume, dans le temps, faisait des démonstrations en tirant dans une pomme.

Et puis nous avons tous notre petit joujou à la maison, bien planqué, au cas où.

Alors pas touche…

C’est quoi ces jeunes qui veulent interdire l’exportation de tels bijoux.

Frapadingue ou quoi.

Depuis quand on leur permet de faire de la politique !

Et peut-être qu’ils vont aller voter.

Alors là panique à bord, serrons les boulons, sortons les arguments mégasuper costauds. L’industrie Suisse est en danger, SOS, Federer à l’aide. C’est quoi cette histoire de faire de la pub pour du chocolat, hop Swiss Army.

Bon on n’exporte que dans des pays propres en ordre.

Le Pakistan, l’Arabie Saoudite, pas de problème, ils ne sont pas en guerre et comme cela on participe aussi aux combats contre les très méchants.

Il faudrait plutôt revoir nos ventes à l’Italie et à l’Allemagne, parce que franchement ils deviennent lourds ceux-là. Ils maltraitent nos banques. Quasiment une agression de notre territoire.

De toutes les façons, si ce n’est pas nous, c’est les autres qui s’en mettront plein des poches.

Nous sommes des mercenaires, ne l’oubliez pas.

Quoi on pourrait faire autre chose, par exemple une production en masse de cercueils, non c’est déjà prévu dans le service après vente.

07:03 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/10/2009

La fin de la démocratie ?

 

Papier passionnant hier, dans le Revue Médicale Suisse, de mon confrère Bertrand KIEFER.

La démocratie est-elle en train de mourir ? Ou la forme de démocratie que nous connaissons actuellement n’est-elle pas caduque ?

D’aucun avait prévu la fin de l’Histoire, faut-il en faire de même pour la démocratie.

Le constat ; tout ce qui avait été promis a été réalisé.

Il n’y a plus d’idéologie, d’idées novatrices, de débat, de dialectique au fond des tiroirs de nos partis.

Etat dépressif, manque de projets, tristesse.

idées2.jpg

Repli sur soi-même, famine philosophique et conceptuelle. Alors on recycle les rogatons. On se bat pour récupérer des lambeaux de pensées, on copie.

La Constituante saura peut-être amener le changement, le souffle, l’air du large.

Retournons à la base, donnons des responsabilités à des structures souples dans les quartiers, clarifions les niveaux de décision, apprenons à nous connaître et à connaître les autres, dynamitons le concept de pays.

La Politique doit être romantique, échevelée. Elle doit nous faire rêver.

Des idées, s’il vous plaît…

idées3.jpg

07:07 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/10/2009

Les mains sales...

mains sales.jpg

 

 

 

Non promis, aujourd’hui pas de politique.

J’en ai un peu marre. J’ai l’impression de tourner un peu en rond.

Ce matin, je parle de mes mains.

Instrument indispensable dans mon métier.

Cela a l’air un peu bête, mais nous avons tendance, nous les toubibs, a oublié de les utiliser.

C’est vrai la technique nous a affublé de prothèses et autres appareils permettant de TOUT voir.

Mais le toucher, la palpation, la percussion…

Essentiel, il faut ce contact pour comprendre, défaire les nœuds, sentir le stress, rompre les défenses.

Et puis à chaque fois que je les utilise, je pense au bon docteur Semmelweis. Cet obstétricien hongrois eu l’idée saugrenue, pour l’époque, de se laver les mains. Et brusquement dans sa clinique, le nombre d’infections diminua.

Depuis nous râlons et à chaque consultation nous nous nettoyons, récurons et désinfectons les mains.

Le liquide rose, le liquide blanc, entre les doigts, la paume, le dos, et c’est parti.

Alors comme la grippe chochonesque arrive, des mathématiciens ont développés des algorithmes pour savoir combien de temps le personnel médical doit rester au lit du malade après s’être lavé les maninettes.

Je multiple par 2, je retiens 4 plus la racine carrée de 12 et bing, le moins de temps possible.

Bigre. Passage en coup de vent. Consultation à la vitesse du son.

Bonjour, en revoir. Comme cela pas de transmission du virus.

Je m’entraîne en développant le message subliminal.

Tiens et si nous demandions à des robots auto-nettoyant de faire notre boulot !

06:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

27/10/2009

Tiens. on se réveille...

 

2.400.000 morts en 2004. Les guerres, les maladies infectieuses, la malnutrition, non simplement l’alcool.

Impressionnant…

Fini l’image de l’alcoolo sympa.

Fini la conception de l’alcool sans risque.

Fini l’idée de la sociabilité grâce aux bitures.

alcool2.jpg

L’OMS se réveille. Vous me direz, attention les dégâts parce que les fonctionnaires de cette organisation sont aussi bon que pour la grippe H1N1 cela promet.

Le concept ; faire comme pour la cigarette.

Stop à la pub glamour.

Avertir des dangers.

Ne pas associer sport et consommation d’alcool.

 alccol4.jpg

Augmentation des prix. 10 % de plus c’est 5 à 7% de baisse des ventes.

0% d’alcoolémie au volant.

La Suisse est probablement en retard d’une guerre. Nous, nous reculons en permettant la pub à la télé.

L’industrie du « biboronage » a le même comportement que les producteurs de cigarettes, quelquefois c’est les mêmes.

Banaliser, cacher les dangers, enlever le goût de l’alcool, créer des boissons qui conduisent rapidement à un certain état euphorique.

Stop.

Je ne suis pas une « Mère la vertu », ni membre de la Croix Bleue, mais je suis stupéfait par l’augmentation de l’usage de l’alcool chez les adolescents et les jeunes adultes.

Les cafetiers vont râler…

alcool3.jpg

 

 

06:51 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/10/2009

Il est grand temps de se réveiller...

ras_le_bol.jpg

Allez debout, on se réveille, une bonne douche froide pour reprendre ses esprits.

On saute dans son pantalon et on fonce dans la rue pour faire acte de présence civique.

L’effet Stauffer n’est pas de la gnognotte. Ce type existe, ce n’est pas un spectre, ce n’est pas un mauvais rêve.

Où êtes-vous preux candidats et candidates du politiquement correcte.

Vous avez intérêt à changer votre discours, à montrer ce que vous valez. A défendre mordicus votre bilan. A avoir un vrai langage compréhensible par le commun des mortelles.

Le combat contre le populisme et la mauvaise foi doit immédiatement débuter.

Tiens un exemple, ce matin au Molard, le sieur Stauffer entouré d’une meute de cameramen et journalistes.

Vous étiez où ? Il ne suffit plus de se boucher le nez et de détourner la tête.

Ce type n’est pas de votre monde, c’est certain, mais vous ; vous représentez qui !

Il va falloir que l’on serre les boulons. Que l’on vote super compact.

Mais surtout que nous commencions par écouter.

Tous les jours, depuis des mois, j’entends dans mon cabinet un ras-le-bol général, Je constate une déprime, une paupérisation de la classe moyenne. Je constate une perte des repères, une pauvreté sociale et un manque complet d’identification avec nos élus.

Tous les jours en venant au travail, vers 5h30, je vois ma ville se dégrader, devenir sale. Je peux vous dire exactement où sont les dealers du quartier de Saint-Gervais, où ils planquent leurs drogues. L’insécurité je la ressens au fond  mes tripes et pourtant je ne suis pas un peureux. A cette heure là je ne prends jamais le 12 parce que Bel-Air le matin tôt, ça craint.

J’ai du me claquemurer dans mon cabinet à force d’en avoir marre de faire sortir de pauvres êtres qui se piquaient dans les escaliers. Le dernier avait à peine 16 ans et gisant sans connaissance dans, excusez-moi, sa pisse et son sang.

Bon sang vous êtiez où, trop dans les pinces-fesses et pas assez avec le petit peuple des travailleurs et des employés.

La politique c’est dans la rue, sur l’Agora, pas ailleurs.

17:05 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/10/2009

La grande muette...

armée suisse.jpg

Tiens l’armée suisse va mal. La chute du mur de Berlin lui a foutu un sacré coup dans l’aile. Fin de la guerre froide, nos stratèges en herbe ne savaient plus quoi inventer. Les méchants rouges avaient disparu, aucune attaque venant de l’Est, fin des grandes manœuvres.

Que faire du matériel, combien d’hommes, armée de milice ou armée de métier.

En fin de compte faut-il une armée ?

Je vais vous révéler un secret défense, mais chut, vous promettez de ne pas en parler.

Je suis le plus vieux et le seul sous-officier encore en fonction dans notre noble armada. Le caporal sanitaire BUCHS, âgé de 52 ans, est encore en fonction.

Mon barda est prêt. Je ne sais pas si je peux encore entrer dans mon pantalon ou ma veste, mais je suis d’attaque.

Dites moi où est l’ennemi et j’interviens tout de suite avec mon masque à gaz et mon pistolet.

A 42 ans, je n’ai pas pu rendre mon matériel, car j’étais indispensable à la Nation. Pourquoi mystère. Depuis j’ai du disparaître au fond d’un tiroir administratif. Pl us de nouvelles, bonnes nouvelles. Je suis peut-être un agent dormant. Je tremble, mais à quoi je suis sensé servir.

Jolie histoire qui montre un peu l’état de notre grande muette.

Je mérite une grosse médaille, une vraie, pas en chocolat, avec les honneurs militaires. J’aime les fanfares. Ah « Aux armes Genève » ou la « marche du général Guisan », ça c’est du viril, du poilu, du mâle 100 % helvétique. Sur le place fédérale avec une bise de Maurer, en tout bien tout honneur cela va sans dire.

14:12 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

22/10/2009

500ème

gateau.jpg

 

 

 

Et oui aujourd’hui ma 500ème chroniques.

J’ai maintenant pris mes aises dans l’univers du blog.

Je vous casse les pieds quasiment tous les matins. Bien fait pour vous. Et je pense continuer à venir vous hanter.

Ah moins que la « Julie » disparaisse.

Que Genève devienne une République populiste et bananière.

Que la semaine de 4 jeudis soit votée et que les promesses électorales soient tenues.

Que les riches deviennent pauvre et les pauvres deviennent riches.

Que je gagne à l’Euromilion.

Que monsieur Mabut devienne Chancelier de la République.

Que les otages soient libérés.

Que monsieur Couchepin soit nommé Président à vie.

Dans le cas contraire, je ne bouge plus.

Je continue à radoter.

A me dire tous les matins : « mais qu’est-ce que je vais encore inventer, ils n’en ont pas marre ».

Vous êtes chouettes de me lire.

Cela me tourniboule les sentiments, me fait une brusque montée de chaleur humaine.

Alors une grosse bise aux dames et une super poignée de mains aux messieurs.

Et puis vive Carouge, le centre du monde, et zut à Genève.

12:40 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/10/2009

On ferme...

hôpital.jpg

 

 

 

Monsieur Couchepin s’en va. Il éteint les lumières et ferme la porte avec fracas.

Après moi le déluge et le suivant devra bien se tenir.

« Je lui savonne un petit peu la pente parce que c’est moi qui est le super big chef et boss. »

Allez 200 hôpitaux de moins, méthode miracle pour faire baiser les coûts de l’assurance et rendre les boni encore plus confortables pour nos assurances.  Par contre les régions et cantons apprécieront.

J’aime bien ces méthodes à l’emporte pièce. Nettoyage de printemps, aucune subtilité, la santé n’étant qu’une entreprise économique comme une autre.

On restructure, on licencie, on maximalise les profits, par contre on ne parle toujours pas de mettre de l’ordre dans la gestion des caisses maladies.

Les règles d’une économie de marché, c’est pour les autres.

Bon sur le fond, a-t-on besoin de tant d’hôpitaux ? Dans la configuration actuelle non.

Le besoin en lit diminue car nous hospitalisons de moins en moins.

Un regroupement des compétences est nécessaire. Un centre de transplantation hépatique serait suffisant pour la Suisse. Un seul hôpital universitaire serait tout à fait envisageable à l’échelle de la Suisse Romande. Des collaborations intercantonales sont indispensables.

Mais faut-il sabrer dans le tissu économique d’une région.

Imaginons une autre façon de faire vivre un hôpital, intégrons les médecins de la région, centralisons les équipements, réfléchissons à d’autres façons de faire les gardes et de traiter les urgences. Les petites structures marchent mieux que les grosses.

N’oublions pas que la médecine n’est pas une structure économique classique.

La santé nous appartient, réinventons notre avenir.  

07:03 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/10/2009

J'hésite...

doute2.jpg

 

 

 

Pas bon d’être dans le bleu, le vague, l’inconsistant.

Bon je vaccine ou je ne vaccine pas contre cette sacrée grippe osée (car cochonne).

Le doute devient de plus en plus important.

L’attente crée l’incertitude.

Actuellement pas de problème pour la vaccination annuelle. Mes patients demandent à la faire et je n’ai pas à convaincre.

Pour l’autre, et bien toujours la même réponse : « Je n’en veux pas ».

Clair et net.

J’essaye d’argumenter, mais je ne suis pas bon car je ne crois pas à ce que je dis.

Pour être crédible, je dois me décider : Je me vaccine ou pas.

Et c’est là que se situe le problème.

Je ne le sens pas ce vaccin, j’ai comme un doute.

Bon ce n’est pas du tout scientifique, mais la médecine c’est avant tout un art. On la fait avec ses tripes.

Quels sont les risques ? Pas de réponse déterminante.

Lorsque l’on sait que les laboratoires américains ont fait signer par l’Etat un texte les dégageant de toutes responsabilités en cas d’effets secondaires, on commence à se dire que …

A-t-on fait tous les contrôles nécessaires ?

Et puis cette grippe, c’est quoi.

3 jours à la maison, un peu de fièvre et basta…

Faut-il en faire un pataquès ?

Help, j’ai besoin d’aide, et le pire c’est que dans les grandes revues médicales (Lancet, New England), l’hésitation prédomine.

07:06 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/10/2009

Grave question ...

Beurre.jpg

 

 

 

On a assez de soucis comme cela. Les primes d’assurances maladies, le MCG, la crise économique, la Lybie, le Servette FC, Maradona. Alors stop il ne faut pas en rajouter.

Mais bon sang, quel est l’olibrius qui a mis le beurre dans le micro-onde ?

Qui est le prix Nobel qui a eu l’idée de le réchauffer.

Comme d’habitude personne.

A croire que des lutins ou autres elfes se nourrissent la nuit de bonne tartines beurrées et confiturées.

Voilà mon petit déjeuner est gâché.

Je n’ai plus envie de regarder la bonne brioche, un poil encore chaude, qui attend langoureusement d’être revêtue d’une petite couche, enfin normale, de super confiture de ma maman.

Bref, les élections c’était le pompon, mais alors rien à voir avec le récurage du micro-onde.

C’est décidé, j’installe une caméra de surveillance.

07:02 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/10/2009

Miettes d'automne...

automne.jpg

La réalité c’est quoi papa, ou plutôt la vérité vraie. Mensonges, mensonges ou tout bêtement incompétence ou ignorance.

On ferme sa gueule et on avance. Surtout ne pas regarder les bas côtés ou l’envers du décor.

Obama est prix Nobel, moi pas.

Couchepin se rend brusquement compte que les caisses maladies sont des menteuses et pourtant il ne fait rien.

La crise est finie, euh quelle crise, ah oui celle qui s’appelle prend l’oseille et tire toi. Rien ne change, on va se réveiller avec une sacrée migraine.

Mais celui qui bosse, qui trime, qui se fait du souci à la fin du mois, ben il ne trouve pas que la crise est finie.

Tous les partis ont gagné les élections de dimanche dernier. En fin de compte toutes les élections sont toujours gagnées. Par politesse je ne dévoile pas les écrits surréalistes qui se sont échoués dans ma boîte aux lettres électronique.

Ne vous en faites pas, rien ne change et c’est tranquille comme cela. Pourvu que nous ayons notre moment de triomphe et de gloire.

Les soutiers de la politique sont retournés dans leur sous-sol.

Les abstentionnistes se marrent, ils ont la majorité.

La réalité, c’est quoi déjà…

18:55 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/10/2009

Allo Houston, nous avons un problème de conscience...

 

Cette sacrée affiche anti-minarets, alors qu’est-ce qu’on en fait.

minarets.jpg

Poubelle ?

Affichage dans les lieux publics ?

Caviardage ?

De toute façon ce n’est pas ce message qui fait problème, mais bien le fait que nos élus n’ont pas oser rejeter le texte de l’initiative en le déclarant anticonstitutionnel.

Ce texte est clairement une atteinte à la liberté religieuse, à la liberté de conscience.

C’est une stigmatisation d’un courant de pensée.

Après le juifs, les musulmans.

Bon ce qui est fait est fait, alors on se bouge où on reste à regarder ailleurs.

Frank Bodin, un publiciste zürichois, a créé une affiche magnifique pour dire une vérité. Le ciel appartient à tous.

minarets2.jpg

La beauté contre la laideur.

Mais pas d’argent pour l’afficher.

Je propose donc que toutes les villes de Suisse permettent qu’elle soit présente sur les espaces municipaux prévus pour cela.

Je vais immédiatement en faire la demande à Carouge.

06:59 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

15/10/2009

Avec ces élections, on oublie tout ...

 

A force de se regarder le nombril, d’ergoter sur le nombre des voix, de supputer sur l’avenir, de promettre Morgarten et Austerlitz avec en prime de la poigne et de la rigueur, nous oublions la vraie vie.

La récréation est terminée, les jeux sont rangés.

Les 60 % d’abstentionnistes vont attendent.

Et en plus cette damnée grippe H1N1 qui ne vient pas.

epidemie.jpg

On ne peut même pas utiliser l’excuse du délire fébrile pour expliquer la casquette que nous avons pris.

La Justice n’existe pas.

Bon on récapitule, environ 120 cas à Genève depuis le début de la pandémie, 2 hospitalisations, une vaccination en devenir.

Cela devait être bon pour la rentrée des classes, nada.

Cela va être bon à l’arrivée du froid.

Avec cette sacrée bise, c’est du tout cuit.

Alors à vos thermomètres, vos plaids, vos grogs, c’est parti mon coco…

Bien, j’espère que cette H1N1 va attendre sagement l’arrivée de Super Vaccin.

On ne pourrait pas arrêter cette foutue bise et lui dire de revenir fin novembre.

Mais nous allons vacciner qui ?

La liste se réduit chaque jour de plus en plus.

Le doute s’installe, et ça ce n’est pas bon pour le commerce.

Bien, je récapitule, la grippe se cache, le virus MCG est arrivé sans prévenir.

On se retrouve avec une fièvre tierce anti saisonnière sans aucun moyen de l’enrayer.

Fermer les frontières ? Rester chez soi ? Soigner le mal par le mal en élisant Stauffer au Conseil d’Etat ?

Donnez moi une marche à suivre, je suis complètement perdu…

06:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/10/2009

Exclusion...

exclusion2.jpg

 

 

 

C’est l’époque.

La recette miracle, la faute aux autres, la crise expliquée par les méchants voisins qui vient piquer ton job. Le repli identitaire, enfin de compte sur quelle identité.

Vous me direz c’est du genevois tout craché. Point de cela chez moi !

A voir.

Par exemple la 6ème révision de l’Assurance Invalidité.

Pour exclure, bravo, c’est même le but.

On catégorise, dans la santé c’est le must le trend. Mettre en boîte, estampiller bon malade ou à jeter.

Le choc, le fracas entre la maladie et l’économie.

Tout coûte, tout est trop cher, vite des ciseaux.

Alors certaines maladies psy ne sauront plus reconnues comme invalidantes.

Circulez vous n’avez rien, donc vous mentez, vous êtes des profiteurs, exclusion, suspicion.

Les troubles somatoformes douloureux. Ce terme bien commode. Vous avez mal, le docteur ne sait pas pourquoi, mais vous avez vraiment mal. Et bien puisque je n’ai pas d’explication médicale, vous n’aurez pas de rente.

Et en plus, je vais automatiquement supprimés les rentes qui auraient été données les années précédentes pour ce même diagnostic.

L’avis de médecin traitant. On s’en fout…

De toute façon, il n’est pas objectif et c’est peut-être un petit menteur.

Suspicion, exclusion.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/10/2009

Un petit coup de mou...

deprime.jpg

 

 

 

Les lendemains qui déchantent, la gueule de bois du populisme, la brusque baisse des endorphines.

Bref boooooouuuu personne ne m’aime…

Un vrai dépit amoureux.

C’est toujours les visages carrés, les têtes de cinéma, les premiers rôles ténébreux, le bon qui a un côté force obscure, ou le méchant qui se fait passer pour un gentil, qui ont le plus de voix.

Punaise que faire…

Dame Genève a préféré les beaux yeux de monsieur Stauffer à ma bonne bouille rondouillarde.

Je dois m’entraîner, exercer mon regard noir, apprendre les postures qui tuent, et purger mon langage des mots doux, des expressions consensuelles.

Dire que je n’ai pas pensé à être le premier à utiliser le verbe purger.

Vraiment trop nul le mec.

Je suis toubib et c’est ma pratique de drainer les humeurs.

Un vrai amateur.

Bon sang quel terme médical employer dans ma prochaine campagne ?

Extirper, abcès, empyème, phlegmon, phlyctène, crétinoïde, craniopage, apériodique, protomastigote, psammome…

« Dans 45 jours, je vous promets que je vais purger Genève de tous ces apériodiques crétinoïdes. »

Cela a de la gueule, non !

06:59 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/10/2009

Pronostics pour demain...

Alors, j’ajoute 4, je retiens 5, je multiplie par 3, zut je suis à 102. Je retranche l’âge du benjamin, je glisse le nombre de minarets sur l’affiche UDC (chut on ne doit pas en parler, elle n’existe pas, c’est un mirage, compris…) j’élimine la racaille d’Annemasse.

Bien je crois que c’est bon. Une offrande à la pythie ou à la Julie, je ne sais plus.

medium.jpg

Mon horoscope, les bons numéros pour l’Euromillion.

Cela donne de droite à gauche

MCG :10

UDC : 9

Libéraux : 19

Radicaux : 10

PDC : 13

Ecologistes : 19

Socialistes : 13

Alliance de gauche : 7

Et un raton laveur…

14:41 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

09/10/2009

Un débat nécessaire...

 

Dernière ligne droite avant les élections et l’éclosion des hannetons.

Un peu fatigué.

Une campagne qui n’a pas été très captivante, les partis ayant tous tiré le frein à main pour ne pas trop mettre en péril leurs élus.

Ce qui malheureusement à laisser la place aux extrêmes et les dérapages n’ont pas manqués.

Bref allons brûler un cierge pour espérer que le nouveau parlement ne soit pas imprévisible et ingérable.

Pas terrible la participation.

Arrêtons de nous lamenter sur le manque d’intérêt de nos concitoyens.

Franchement avec ce qui a été dit et surtout pas dit, éludé, caché, calculé, comment se décider.

La Parole doit être clarté. La Parole doit être dialectique.

Il faut débattre devant tous et toutes. La démocratie sur l’Agora.

Hier soir durant le Conseil Municipal de Carouge nous avons utilisé ce moyen, pour savoir si oui ou non il fallait interdire l’affiche de l’UDC parlant de l’interdiction des minarets.

minarets.jpg

Ce débat n’a pas pu être préparé car la résolution du PDC demandant l’interdiction déposée à la dernière minute.

Le résultat 12 non, 8 oui et 8 abstentions.

Question éternelle, faut-il tout permettre ou une communauté peut-elle dire qu’il existe des limites.

Pour répondre à cette interrogation je renverse le problème. Je me dis est-ce que les extrémistes de droite me permettront, s’ils étaient au pouvoir, d’avoir ce même genre d’échange.

L’Histoire a déjà répondu, c’est non.

La liberté d’expression ne doit pas être utilisée pour stigmatiser les minorités.

La liberté d’expression ne doit pas être utilisée pour attaquer une religion.

07:10 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/10/2009

Je suis un frontalier...

 

Tous les jours, je quitte Carouge en passant la frontière au milieu de l’Arve.

Je me fais gaffe pour pas être repérer. Habits neutres, journal « Le Temps » ouvert pour bien montrer mon attachement aux valeurs du capitalisme protestant.

Je ne parle pas, pour ne pas être dénoncé par mon accent.

Et le soir, je pousse un ouf de soulagement une fois rentré à la maison.

Cela fait 40 ans que je passe clandestinement la ligne de partage.

Tout se passait bien et patatras l’autre jour voilà un parti qui réveille les mauvais souvenirs et nous traite de racailles.

frontalier.jpg

Depuis, je n’ose plus regagner mes pénates. Je me suis décidé de dormir à Genève, sur mon lieu de travail.

Je pense proposer ce soir, au Conseil Municipal de Carouge, de demander la médiation de l’ONU pour régler ce litige.

C’est vrai que j’ai peur d’une invasion militaire. La caserne de Vieux-Grenadier est à moins de 200 mètres à vol d’oiseau de chez nous. Et notre armée de gardes municipaux n’est pas terrible terrible.

Et surtout qu’une fois on leur avait demandé de s’essuyer les pieds avant de franchir le « Rubicon ».

Bigre mais que fait Berne. C’est vrai ils sont tous partis en Lybie.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/10/2009

Blocages...

blocage2.jpg

 

 

 

Ça coince, on sombre, l’immobilisme, le particularisme genevois, notre grande gueule, notre syndrome ONU et organisations internationales qui nous fait enfler la courge.

Alors on fait quoi ?

Qui a la solution de la fluidité politique ?

On se met à rêver d’un leader maximo bon et omnipotent, capable de faire entre notre République dans le XXIème siècle.

Vite trouvez nous la femme ou l’homme miracle !

Cela sent un peu l’impuissance ou le manque d’imagination.

Il faut simplement se rappeler que notre société politique est que la copie conforme de notre mode de fonctionnement.

La famille n’existe plus, le pouvoir est à l’individualisme.

JE..

JE sais tout, JE suis le meilleur, JE n’écoute plus les autres, CE qui est bon pour moi est obligatoirement bon pour les autres.

Notre Politique doit se reconstruire.

Elle doit être à l’écoute du groupe, de la communauté, du quartier.

Cette campagne m’a appris une chose, les gens sont bons, ils ne sont pas égoïstes, rétrogrades, nulles.

Parler de bonté, cela fait naphtaline et sermon du dimanche.

Et alors, c’est peut-être la plus belle des vertus.

Et en plus le peuple électeur n’est pas c…

En urgence, le dialogue doit être rétabli.

Une idée de grand projet, excellent, on prend son beau bâton de marche et on va sur le terrain et on écoute.

Mon maître me disait : « Tu sais le patient a toujours raison, il suffit de l’écouter ». Cela à l’air simple, mais entendre n’est pas donné à tout le monde.

06:55 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/10/2009

Au secours, Monsieur Mabut...

 

Faut-il que la « Julie » soit bien en manque d’argent pour avoir accepté de publier cette campagne nauséabonde de l’UDC ?

independance.jpg

Avez-vous un code déontologique ?

Discutez-vous de ce genre d’annonce ?

Qui prend la décision ?

Je suis très déçu.

Pourquoi toujours mettre en avant le sensationnel, le factuel, de faire mousser les extrêmes.

Je ne parle pas pour vous, C’est pourquoi je m’adresse à votre bonne « pomme ».

Vos blogs sont remarquables et nous obligent, souvent, à nous remettre en question.

Mais le reste du journal.

Pas terrible.

MCG par là, UDC par ici. Le vrai furet des bois.

Ce n’est pas la Tribune de Genève, mais la Tribune de Poggia, Staufer et Pardo.

Il ne faudra pas pleurer, lundi 12 octobre, lorsque les résultats seront définitifs.

Il ne faudra pas se plaindre de la montée des extrêmes, du particularisme genevois.

Il y a des limites à ne pas franchir.

Je me demande si j’ai bien fait de me présenter.

06:55 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook |  Imprimer | | | |