21/12/2009

Honteux ...

honte2.jpg

 

 

 

Franchement ils ont reçu grillé une durite nos bons dirigeants du partit Libéral-Radical.

Leurs propositions, pour diminuer les coûts de la santé, sont époustouflantes.

J’en suis baba (au rhum).

Faire payer moins les biens portants. Génial il fallait y penser.

Les gros, honte à vous, maigrissez.

Les fumeurs et les picoleurs c’est bien connu, vous n’êtes que des personnes sans volonté. Cachez-vous et payez.

Et la solidarité, et l’injustice devant l’handicap et la maladie.

La gloire aux beaux, la honte aux moches.

Cela me rappel un certain régime des années 1930.

Sachez qu’être obèse est une maladie.

Sachez que boire n’est pas un plaisir.

Vous mélanger de nouveau les coûts de la santé avec les charges (les primes).

Si vous voulez diminuer les primes alors il vous faudra vous armer de courage politique. Il vous faudra d’abord mettre de l’ordre dans la gestion de nos caisses maladies.

Si vous voulez diminuer les coûts, alors il vous faudra sabrer dans le catalogue des prestations remboursées.

Suicidaire pour un politicien…

Et je ne parle pas de votre ultime proposition. La fixation du remboursement des prestations médicales sans négociation avec les médecins.

Le fait du Prince. Je croyais que vous étiez Libéraux.

Au secours, ils ne savent plus qui ils sont…

06:56 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

"Sachez que boire n’est pas un plaisir"
Qui dira le calvaire de ces malheureux attablés devant une belle bière bien fraîche, avec de la buée sur le verre, sur une terrasse donnant sur les Alpes avec le lac en premier plan ? Ou de ces pauvres martyrs obligés de boire je ne sais quel nectar des meilleurs domaines de France ou d'Italie ? Et ce malheureux PS qu'un sort funeste pousse à se délecter le soir d'un magnifique whisky issu il y a 18 ans des terres de bruyère d'Ecosse ou d'Irlande ???
Qui dira enfin la damnation de ce pauvre Rabbit coincé dans ses terres du Sichuan et qui se console au saké ?
Et je ne parle pas de moi, réduit à l'eau et aux infâmes breuvages sans alcool qui voudraient ressembler à de la bière, mais là je m'égare...
Merci de nous faire rire, Buchs, les distractions sont rares en ces contrées.

Écrit par : Géo | 21/12/2009

Je suis d'accord avec ce que vous dites. En revanche, je déplore la formalution de votre note. Est-ce trop demander à un médecin conseiller municipal de Carouge (puisque c'est ainsi que vous vous présentez)de nous épargner cette grossière accumulation de fautes d'orthographe?

Écrit par : Edouard | 21/12/2009

Toutes mes excuses, la brume du matin émousse l'attention.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 21/12/2009

En plus, cela pose le problème du contrôle. Est-ce qu'il va falloir imposer une visite médicale annuelle pour vérifier le poids, le taux d'alcoolémie et de nicotine dans le sang ? Avec donc analyse en laboratoire ? Dans ce cas, il va falloir ouvrir de nouveaux labos et les financer... Au final, gageons que les coûts de la santé auront explosé ! A part peut-être pour les mieux portants qui payerons la même chose...

Écrit par : Kad | 21/12/2009

On ne paie pas déjà assez cher?

Écrit par : Riro | 21/12/2009

L'obésité peut être une maladie, elle ne l'est pas dans tous les cas. Je vais faire du sport 3 fois par semaine, je peux vous garantir qu'il n'y a pas beaucoup de candidats qui courrent sur les quais de notre belle ville, et ce à toutes les saisons! Mais c'est vrai, cela implique un effort, il faut se lever, il faut souffler, transpirer, avoir mal aux pieds, voir au dos, puis il y a les courbatures, le coût du matériel de sport, etc.
Donc je me fais souffrir pour me sentir mieux médicalement parlant. Je ne fume pas, je ne bois pas, je tâche de manger équilibrer, etc. Je vous rassure, ça serait beaucoup plus simple de ne rien faire, rester poser sur mon canapé puis geindre sur tout et rien.
Même si cette proposition a clairement un aspect inégalitaire qu'il faut éviter, j'estime qu'elle le mérite de reconnaître les efforts qu'un petit nombre de personnes font pour s'entretenir, qu'elles soient en bonne ET en mauvaise santé, et ce à n'importe quel âge!

Écrit par : Bob | 21/12/2009

C'est à croire que le PLR a perdu le nord, qui nous propose ni plus ni moins qu'un véritable flicage des assurés, une scrutation attentive de nos comportements.
On imagine le spectacle. Tout le monde en file indienne devant des médecins-fonctionnaires assis à des petites tables de bois et munis de deux tampons. "Obèse" et on est dirigé sans ménagements vers le groupe Malus, condamné à payer davantage pour expier une condition que l'on a souvent pas choisie, et désigné à l'opprobre publique comme coupable de la hausse des coûts.
"Normal" et l'on est gentiment invité à rejoindre le groupe Bonus sous les hourras de la foule pour prendre connaissance d'une offre d'assurance complémentaire fort avantageuse car taillée sur mesure, à tel point que l'on aura la certitude de ne jamais devoir y recourir.
Il n'y manque que les garde-chiourmes et les bergers allemands.

Plus intéressé par l'économie, le PLR vient une fois de faire la démonstration de l'absence de compétences en matière de santé de ses cadres, d'ailleurs trop empêtrés dans les conflits d'intérêts pour prendre un recul suffisant.

Il est démontré que nous ne sommes pas tous égaux devant les comportements à risques. Le niveau d'éducation et les conditions sociales exercent une grande influence et font que les comportements dits risqués sont largement plus répandus dans couches socialement défavorisées.
Vouloir pénaliser l'obésité revient non seulement à accroître la charge financière d'une catégorie sociale déjà durement touchée dans ses revenus par les dépenses de santé, mais ferait payer injustement les personnes dont l'obésité n'est pas la conséquence d'une gourmandise conjuguée à une paresse invétérée.
La responsabilisation de l'individu invoquée ici ne sert donc que de cache-sexe à des raccourcis hasardeux et à une indigence de réflexion.
Cette responsabilité ne peut être considérée comme pré-existante en chaque individu, elle doit s'édifier et se stimuler par l'éducation et la prévention, et doit pouvoir s'épanouir dans une société qui sait lui ménager les espaces nécessaires.
Le recours à la sinistre et primitive obsession du bonus-malus n'est donc rien d'autre qu'une capitulation supplémentaire.

Écrit par : F. Salina | 21/12/2009

Ah ah ah je ris de l'indignation de notre cher Salina sur les délires du PLR, un peu comme dans ces dessins animés oû le héros pose ses fesses sur ce qu'il doit être une bûche et se révèle un crocodile. C'est vraiment touchant de naïveté, je commence à comprendre pourquoi vous avez rejoint la secte des adorateurs du bobologue carougeois. Mais revenons aux choses sérieuses voulez-vous? le PLR ne fait qu'appliquer l'idéologie qu'il s'est faite sienne. liberté et responsabilité. si vous êtes malade c'est un peu de votre faute et si vous êtes assez stupide pour ne pas appliquer les règles de prévention alimentaires et d'hygiène de vie et bien il vous reste deux possibilités. Soit vous êtes assez riche pur vous payer votre infarctus et les 15000 balles de traitement soit vous êtes prêt affronter les conséquences de votre inconséquence. Cela vous choque ? Etonnant parce que le PLR applique la même philosophie à d'autres sujets de société sans que vous ne bronchiez. Si vous êtes pauvre c'est un peu de votre faute car chacun peut réussir ayant reçu les mêmes dons et les mêmes chances au départ.Il suffit de vouloir et de travailler dur. L'Etat ne fait que brouiller les cartes. Seulement ce discours là il vous dérange moins car vous êtes persuadés que vos ne devez votre position qu'à la seule force du poignet. Cette soudaine indignaion du corps médical me fait vraiment hurler de rire sachant que la maladie est avant tout un business, la santé coûte chère parce que'elle rapporte beaucoup.Les médecins qui militent pour la médecine préventive seraient un peu comme des marchands d'armes qui se feraient les avocats du réglement pacifique des conflits. La médecine préventive est une foutaise dont on agite les grelots et les marottes pour finir ses phrases mais fait rire tous les médecins-entrepreneurs de la place. l'indignation éthique du corps médical est surtout motivée par le fait que potentiellement une grosse part de fromage pourrait leur échapper, et ça c'est pas bien ah ben non alors c'est vraiment pas bien. Même l'ami Buchs qui donnait l'impression d'avoir avalé une canne de golf au TJ en bafouillait plus que de coutume.

Alors Salina ce régime on s'y met ? J'ai l'impression qu'une telle verve sur l'obésité relève du vécu intime. Fini a longeole au cumin, le gratin de cardon double-crème et l'aligoté de Pessy. La compagnie 1602 va se mettre ax carottes vichy et à la moutarde allégée.je trouve aussi que notre ami Bertrand a l'air de filer du mauvais cholestérol, va falloir lever le pied sur les tournées de charcuterie au café de la bourse, le menu spécial dégustation chez Wenger et les profiteroles à la fée verte. Bougez-moi tout ça bande de ramollis! Aux galères, il n'y avait pas d'obèses.

Écrit par : Anastase | 21/12/2009

Ciel je suis découvert : comment, Anastase. connais-tu mon faible pour les profitroles ?

Écrit par : Bertrand BUCHS | 22/12/2009

C'est déjà assez injuste que pour être mince comme mon amie qui mange plats de pâtes, raclettes et autres currys sans se faire de soucis, moi je dois manger 3 carottes et une feuille de salade. Je crois que l'on peut être gros et en bonne santé, surtout parce que notre physique est héréditaire. On peut manger équilibré, faire de l'exercice et ne pas fumer ni boire et être quand même gros. Tout jugement, toute condamnation sur l'aspect physique de quelqu'un ça s'appelle le racisme.

Écrit par : K. | 22/12/2009

@ Anastase : vous avez la chance d'être filiforme ... où est le mérite? Quels que soient les efforts des uns ou des autres, il est un fait : on n'est pas tous passés par le même moule. Là aussi, il y en de plus égaux que d'autres ...

Profitez-en donc pour vous gaver pendant les fêtes de la nativité!

Écrit par : Roxane | 22/12/2009

@K

Et une incapacité à distinguer les propos sérieux de l'humour, le second degré du premier vous appelez cela comment vous ? c'est aussi héréditaire ?

Écrit par : Anastase | 22/12/2009

je ne vous ai rien dit Anastase. Vous ne m'intéressez pas.

Écrit par : K. | 22/12/2009

Ah mon brave Anastase ! Tu es le petit Père Noël des peuples. Tel un Roi Mage de retour de Moscou, tu nous reviens enfin, tes bras noueux chargés de perles que tu enfiles avec la générosité qui te caractérise. La morosité ambiante, la prédation consumériste de cette fin d'année, rien ne semble pouvoir entamer ton intrépide entrain.
On imagine sans peine la joie qui a dû t'emplir lorsque tu as découvert le dernier papier de positionnement du PLR devant ton bol de chicorée matinal. L'enthousiasme fut tel que, comme un enfant découvrant son cadeau de Noël, tu te mis à battre des mains (avec des moufles pour ne pas réveiller ta vieille mère qui somnole à l'étage), une larme de béatitude dévalant ta joue encore en friche.
Enfin la consécration après des années d'obscurité ! Oubliées les années d'opprobre qui suivirent la publication de ton pamphlet "Médecins: tous des aigrefins" paru dans le mensuel "Jardinage et révolution prolétarienne" (no. 441, mars 1982). Pardonné le scandale provoqué par ton article "Malades: tous coupables !" publié par le prestigieux JAAMG (Journal of the American Association of Marxist Genetics, vol. 937, pp. 1127-1385), et qui se concluait d'ailleurs par ces paroles: "la maladie est un choix qui se doit d'être puni en conséquence". Quelle pensée à la fois humaniste et visionnaire ! Le prix Pierre Poujade (ou Palmade, je ne m'en souviens plus...) qu'on te décerna à cette occasion fut un peu de baume sur ton coeur desséché et meurtri.
Te voilà enfin réhabilité par la grâce de quelques lignes cyniques et creuses pondues par les neuneus d'un parti gouvernemental à la dérive. Ton oeuvre va pouvoir aller de l'avant. Bientôt nous pourrons voir s'ouvrir les camps de rectification pour obèses à la Brévine. Tu en avais jadis toi-même dessiné et signé les plans sur le modèle de ceux imaginés par Nicolae Ceacescu. Malheureusement le projet dut être suspendu, faute d'autorisation pour installer une clotûre électrique. Ce n'est pas demain qu'on nous fera voter pour l'interdiction des miradors, l'espoir reste donc de mise.

Mon brave, mon bon Anastase, au nom des camarades, je te souhaite de bonnes Fêtes. N'abuse pas trop du foie gras d'Ukraine, il paraît que ça procure des renvois aigres...
Surtout reviens-nous bien vite afin que nous puissions continuer à nous offrir de temps à autre une tranche de ta bonne grosse tête.

Écrit par : F. Salina | 23/12/2009

Les commentaires sont fermés.