13/01/2010

Qui veut des prisonniers de Guantanamo ?

guantanamo.jpg

 

 

 

Oncle Sam fait le ménage et il a tout plein de gentils garçons à recommander.

Il les a trouvés dans des régions un peu sauvages et dangereuses et par gentillesse, il vient de leurs offrir quelques années de villégiature dans les caraïbes.

Bon juré promis ce ne sont pas des terroristes.

Ils sont sans risques.

A se demander pourquoi ils ont atterri là-bas.

Peut-être parce qu’ils portaient une barbe !

Bien la décision est prise, on ferme, pas intéressant comme job.

Mais que fait-on de ces non coupables.

Bon Oncle Sam n’est pas chaud de les prendre à la maison.

Aurait-il quelque chose à se reprocher ?

La Suisse était d’accord, puis pas trop, puis pas du tout, parce que les Chinois font les gros yeux.

Diable avec tous ces peuples un peu bizarres, pas trop chinois, musulmans, vivant aux confins des confins, nationalistes, faut faire gaffe.

Ils ne sont pas comme nous.

Et puis en fin de compte, s’ils n’étaient pas quand même un chouia terroriste !

Il n’y a pas de fumée sans feu, madame Michu...

Cela panique sec à Berne.

Il faut prendre une décision et là c’est la cata, parce que ce n’est pas dans leurs gênes de devoir trancher. Nos 7 sages ne sont pas formés pour cela.

Bon on résume pace que j’ai de la peine à suivre mon esprit tortueux.

Ils ne sont pas coupables, ils n’ont rien à se reprocher, ils doivent rendre le plus rapidement possible leur studio cubain, mais ils sont indésirables parce que…

Je reprends, ils sont non coupables, mais …

Alors quel pays d’accueil ?

Les Iles Malouines, Sainte-Hélène, les Orcades du Sud.

En fin de compte, peut-être que Fidel serait d’accord, parce que là ils n’ont qu’à traverser la route.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Je ne comprends pas très bien moi non plus, l'acharnement de la Suisse à vouloir à tout prix accueillir des détenus de Guantanamo et surtout d'en avoir fait un tel battage médiatique au point de fâcher les Chinois.

Personnellement, je me moque de ce que pense les Chinois de la future décision de la Suisse d'accueillir ou non ces deux frères Ouïgours. Cependant les maladresses à répétition de la Suisse sur le plan international ne me laissent pas indifférent.

Dès l'annonce de la fermeture du camp de Guantanamo, l'administration américaine avait manifesté son intention de trouver des pays d'accueil pour les détenus présumés innocents. On se demande bien pourquoi ce vaste pays que sont les Etats-Unis se refuse à assumer les conséquences de ce qu'il faut bien appeler une faute politique : celle d'avoir ouvert ce camp et d'y avoir interné des personnes, sans aucun chef d'inculpation, c'est-à-dire au mépris des règlements internationaux.

Une fois de plus la Suisse s'est mise dans l'embarras, alors qu'elle a actuellement bien d'autres chats à fouetter !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 13/01/2010

Les commentaires sont fermés.