19/01/2010

35 frs 60

SantéSuisse.jpg

 

 

 

Il s’en passe des belles le jour de Noël. Certains disciples de Machiavel choisissent ce jour béni pour annoncer leurs mauvaises résolutions.

En plein réveillon, entre un toast et un petit bout de foie gras, la bouche en cœur ils vous susurrent les pires incongruités.

SantéSuisse est habitué à ce genre de lâcheté.

Fini la taxe de 35.60frs pour le déplacement à domicile.

Pourquoi l’avoir donnée ?

Pourquoi chanter sur la scène publique le grand air de l’importance des médecins de famille, pour en coulisse faire le contraire.

Depuis ce jour où le petit papa noël est descendu du ciel, je n’ai rien entendu. Nos politiques sont aphones.

Toutes ces belles promesses !

Fini la radiologie au cabinet.

Fini le laboratoire au cabinet.

Fini les visites à domicile ?

Nous en avons marre de nous faire …

Nous en avons assez d’entendre que le médecin de famille doit être la clé du système de santé, alors que chaque fois qu’une décision d’économie est prise, c’est Bibi qui s’y colle.

Le Conseil de l’Association de Médecins de Genève a décidé hier au soir, à l’unanimité, de continuer à facturer cette prestation.

Nous négocierons qu’avec nos élus, notre chef de département et le conseiller fédéral en charge du dossier.

Nous refusons de parler à SantéSuisse, d’autant plus qu’elle nous a proposé d’entrer en négociation sur le prix du point TARMED en nous proposant une baisse de 9 centimes. Ils ont de l’humour à Soleure…

Une petite anecdote pour la route. J’ai reçu un courrier d’Helsana, qui, pour un certificat médical de perte de gain, me proposait de me donner 110 frs, à la place de 60 frs, si je le renvoyais dans les 21 jours. Deux poids, deux mesures, deux systèmes.

Si cela continue, nous allons sortir du système. Notre patience a des limites.

06:58 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Il ne faut pas chercher très longtemps pour trouver l'origine de certaines aberrations. Un petit coup d'oeil sur l'organigramme de Santésuisse et le CV des cadres qui y trônent suffit à se rendre compte de la distance qui les sépare de la chose qu'ils entendent régenter à coups d'oukazes.
Le double langage n'est pas nouveau, et s'inscrit dans une stratégie établie depuis longtemps: segmenter le système de soins pour mieux le contrôler, le rendre le plus fastidieux possible pour l'usager, avec pour but de "limiter les volumes" en transformant une médecine de premier recours privée d'autonomie thérapeutique en une gigantesque gare de triage et de rationnement organisé. Mais pour endormir l'opinion publique on parle toujours de "valoriser la médecine de premier recours" alors que les actes trahissent des intentions contraires.
Les assurés en profiteront-ils ? Evidemment non. Une telle démarche se traduira par une déperdition de qualité et d'accessibilité qui servira à pousser les assurés vers les juteuses assurances complémentaires, garantes de passe-droits. La pratique nous montre que les économies ainsi réalisées dans l'assurance de base ne retrouvent presque jamais le chemin de nos primes mais vont grossir des réserves toujours plus importantes, véritables bénéfices latents des assureurs.

Écrit par : F. Salina | 19/01/2010

Puisque l'on parle de Noël, avez-vous remarqué l'annonce du départ de M.Indra, chef de la division surveillance de l'OFSP, pour prendre la direction de Swica ? Non ? Moi non plus, puisqu'on a choisi de la publier en catimini le 22 décembre...
Après Daniel Schmied, son prédécesseur à ce poste et transfuge vers Assura l'année passée, ça commence à faire désordre.

Écrit par : F. Salina | 19/01/2010

Y aurait-il des revolving doors entre l'Etat et le privé ??! Grand Dieu, non ! Dans ce pays ?! ça n'a jamais existé et n'existera jamais ! Pure science-[fric]tion ! ;)

Écrit par : Fufus | 19/01/2010

Bonjour les dégâts, tandis que les assurances s'enrichissent à souhait. Ainsi ils assurent la différence de 300x entre le salaire du directeur et celui de ses employés. Il faut arrêter la machine avant qu'elle nous sacrifie sur l'autel de la concurrence, pardon de la corruption légalisée.

Écrit par : lehcatte | 19/01/2010

Bonjour les dégâts, tandis que les assurances s'enrichissent à souhait. Ainsi ils assurent la différence de 300x entre le salaire du directeur et celui de ses employés. Il faut arrêter la machine avant qu'elle nous sacrifie sur l'autel de la concurrence, pardon de la corruption légalisée.

Écrit par : lehcatte | 19/01/2010

Dans un précédent billet je vous parlais de l'âpreté au gain des médecins, en voilà une illustration plus qu'édifiante. Intérêt du patient ? santé publique, que nenni ...Des vendeuses de la Migros à 3700 frs par mois mais notre bobologue carougeois couine parce qu'il ne eut pas amortir son joujou radiologique. Quelle honte!

Écrit par : Anastase | 25/01/2010

@F.Salina. Revoyez vos sources : il ne s'agit pas de D. Schmied mais de D. Wiedmer (à quelques lettres près, on y était presque...). Et ce dernier travaille aujourd'hui au sein du Groupe Mutuel (cela aussi cela vous avait échappé). En passant : Assura ne fait pas partie de Santésuisse (le saviez-vous ?)et s'oppose à la suppression du forfait pour les visites à domicile.

Écrit par : Liseval | 25/01/2010

@F.Salina/2. Quant au départ d'Indra, il a fait les choux gras de la presse suisse alémanique. Et le 24 Heures du 07.01.10 titrait "Le transfert qui fâche". C'est sûr que toute information publiée dans la presse du 15.12 au 15.01 l'est en catimini, étant donné que tout un chacun est censé être en vacances durant cette période.

Écrit par : Liseval | 25/01/2010

@Liseval: Merci pour la correction de ce petit lapsus nominatif. J'ignorais en effet le passage de M. Wiedmer vers le Groupe Mutuel qui aura à coeur d'exploiter ses connaissances en matière de surveillance des caisses maladies.
Je savais en effet qu'Assura avait quitté Santésuisse, se conformant ainsi à la posture de franc-tireur qui a toujours été celle de M. Diserens. Malheureusement, l'uniformité du catalogue de prestations voulue par la Lamal ne permettra sans doute pas à cet assureur de continuer à rembourser le forfait pour les visites à domicile.

Écrit par : F. Salina | 25/01/2010

17 frs 80

C'est le prix d'un certain médicament.

En Suisse.

Quel est son prix?

En France?












Vous ne voyez pas?






La réponse est plus bas ----)
































1 Euro 79

Commentaires?

Écrit par : Olivier | 25/01/2010

Les commentaires sont fermés.