25/01/2010

Une porte qui se ferme...

faculté.jpg

 

 

 

Difficile d’entrer en faculté de médecine.

Trop d’inscrits, pas assez de place de formation, alors un numerus clausus, qui ne dit pas son nom, en fin de 1ère année.

Et pourtant, il va nous manquer de médecins.

Et pourtant les services hospitaliers recrutent à l’étranger.

Et pourtant les hôpitaux périphériques ne trouvent plus de médecins suisses à engager.

Genève a franchi un palier supplémentaire en faisant passer un test d’aptitude.

Le futur étudiant pourra savoir s’il a les compétences nécessaires pour devenir un médecin.

Terrible, un QCM, un nombre de points et vous voilà catalogué.

Pas bon, pas terrible, excellent.

J’ai connu beaucoup d’étudiants brillants, qui une fois le diplôme obtenu n’ont pas fait de bien terribles toubibs.

La composante relation avec autrui, empathie, écoute, ne peut pas se juger dans un choix de questions multiples.

La médecine n’est pas seulement une accumulation de connaissances, c’est aussi un art. Il faut pouvoir s’adapter à chaque situation, connaître ses limites, savoir passer la main, être humble.

La médecine ne s’acquière jamais. Toute notre vie nous continuerons à apprendre.

Que voulons-nous à l’avenir ? De rares médecins, spécialisés à l’extrême, déléguant à d’autres soignants la totalité de leurs tâches, n’ayant qu’un devoir de surveillance et de décision, n’examinant plus les patients, peut-être ne les voyant plus.

La médecine se déshumanise et continuera à se déshumaniser.

07:17 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Le médecins à Genève n'apprennent pas lors de leurs études l'écoute, la compassion, la relation avec le patient n'est-ce pas? Ne dites pas que ça va encore se déshumaniser! J'ai déjà tellement de peine à m'entendre avec eux. Distant ou prétentieux, susceptibles, peu d'écoute, jugements rapides, traitements nocifs.... Il faudrait des cours pour les patients pour apprendre à gérer leur relation avec les médecins.

Écrit par : K. | 25/01/2010

A K
L'écoute ne s'apprend pas ni la compassion ni la relation. Pas de cours en 10 leçons pas de recettes toutes faites .Heureusement !
La relation la compassion l'écoute sont des biens des vertus.
Cher K savez vous écouter,avoir de la compassion pour votre prochain?
Savez vous voir dans votre médecin autre chose qu'un être distant prétentieux et susceptible avec un jugement rapide ?

Écrit par : CHR. | 25/01/2010

Ah mon pauvre chéri Bertrand alors comme ça va falloir passer un examen pour entrer en fac de Médecine maintenant? oulala mais quelle horreur...Vous vous rendez compte? il faudra désormais être compétent pour être médecin, Je comprends que certains s'en inquiètent mais vous pouvez les rassurer, l'examen ne concerne pas les praticiens en exercice, seulement leurs futurs collègues. Personne ne veut vider les hôpitaux et les cabinets. Ah oui la médecine fout le camps, le temps des fils à papa qui reprenaient le cabinet familial comme des notaires leur charge est désormais révolu. C'est une page qui se tourne. C'est bien triste tout ça. Mais dites-moi ils n'ont pas ajouté des questions de comptabilité à cet examen car ça c'est un art qui s'apprend sur le tas, finesse, astuce,imagination.

Écrit par : Anastase | 25/01/2010

Ah mon cher Anastase ! Te voilà enfin de retour, les babines encore luisantes du confit d'oie aux truffes dont, semble-t-il, tu as largement fait bombance durant les fêtes. A te lire, on constate à quel point les lendemains de biture peuvent être difficiles. La corps engourdi, l'esprit plus confus qu'à l'ordinaire et cette maudite migraine qui te triture des méninges déjà laminées par des années passées à compter les gènes.
Comment ne pas souscrire à ton constat clairvoyant, empreint de la pondération et du courage que l'on te connaît. Anastase, comme toujours bien droit dans ses charentaises et bien à l'abri derrière son écran.
Oui mon cher Anastase, tu as raison, l'université ne sert qu'à produire d'avides jean-foutres. Et tu en sais quelque chose.
Tu as raison de dénoncer cette institution minée par la complaisance, dont le corps professoral grassement rémunéré sur nos impôts n'a d'autre activité concrète que de signer les travaux rédigés par une armée d'assistants sous-payés et dont ils ignorent jusqu'au contenu, ou de lustrer un ego boursouflé en publiant des livres superflus destinés au pilon. Le tout saucissonné par de longues périodes de "recherches" sur internet. N'est pas Albert Jacquard qui veut...
Nous tous, camarades de l'Amicale trotskyste de Vandoeuvres, sommes avec toi dans cette nouvelle croisade. Nous suivront ton panache rouge jusqu'à la victoire finale, nous frémirons au son de ton clairon et attendrons patiemment que tu nous reviennes en brandissant la tête de cette maléfique Méduse.

Écrit par : F. Salina | 25/01/2010

Mon Cher Salina,

Je constate que les fêtes ont été difficiles pour vous. Il est vrai que le passage au buffet nordique d'IKEA dans votre rutilante Opel Corsa moutarde a été le point d'orgue de plusieurs jours d'agapes mémorables au camping de la pointe à la bise. Il est vrai que vous aviez fiere allure dans votre training rouge tout neuf et votre bonnet de laine écrue vert émeraude. Maman,, enfin je veux dire votre épouse avait enfin terminé le coussin brodé avec le numéro de plaque de la voiture et son liseré violet. Eh oui, cela se passe comme ça chez les Salina, on mange à la bonne franquiste en chantant de vieilles chansons de la guerre d'Espagne en sirotant du rioja dans des verres en plastique colorés et des chips à l'arôme chorizo.

Salina, vous êtes un peu notre Jean-Marc Richard, un apôtre du comique de répétition, un vieux disque rayé comme vos lunettes de myopes et qui vous tombent sur le nez. amenez une réflexion de fond, cela nous changera de votre humour de garçon de bain.

Écrit par : Anastase | 25/01/2010

Cher CHR vous devez être médecin pour écrire un message pareil! Bien sûr que des cours sur l'écoute, la compassion, l'importance de la relation patient-soignant existent! Demandez aux psychologues, aux infirmières... D'accord que la compassion est une leçon spirituelle mais un cours peut inciter les futurs médecins à trouver de telles ressources en eux.

Écrit par : K. | 25/01/2010

Ah mon bon Anastase ! C'est à toi que je dois d'avoir découvert ce monde bas de plafond. Tel un Virgile au rabais trépignant et bileux, tu as été pour moi un guide vers un bas-fond pavé de rancoeurs fielleuses et de petites jalousies. A en juger par la variété de tes interventions sur ce blog, il est vrai que j'ai encore beaucoup à apprendre. Quant au fond, on peut dire que tu l'as touché voilà bien longtemps et qu'il y a peu d'espoir de te voir t'élever à nouveau.
Mon brave Anastase, tu es à la pensée humaine ce que le hot-dog à 1 franc d'Ikea est à la haute gatronomie. C'est pour cela que nous sommes tous fiers de toi au Parti. Mais le bruit court que tu ferais rédiger tes billets d'humeur par tes esclaves... pardon assistants. Ce serait fâcheux et compromettrait certainement ta candidature à une bourse de la Fondation Elena Ceaucescu.
Surtout ne t'arrête pas, mon brave Anastase. C'est pas tout les jours qu'on peut se payer de la tête de veau. Et puis il faut bien faire suite à tes billets: la nature a horreur du vide.

Écrit par : F. Salina | 25/01/2010

CHR à écrit: "Cher K savez vous écouter,avoir de la compassion pour votre prochain? Savez vous voir dans votre médecin autre chose qu'un être distant prétentieux et susceptible avec un jugement rapide ?"

Bien sûr que je peux comprendre que le médecin a ses propres problèmes psychologiques et ses limites. S'il a souvent peur de dire "Je ne sais pas." c'est parfois parce que l'on attend trop de lui. Mais si je me trouve chez lui, c'est que j'ai un problème de santé et j'ai besoin de lui comme allié. Vu que c'est moi qui paie, on ne va quand même pas parler de ses problèmes à lui! Mais s'il ne me regarde même pas dans les yeux. S'il est expéditif avec ses idées à mon sujet, s'il m'impose un traitement qui m'inspire des doutes, ciao! je cherche un autre.

Écrit par : K. | 25/01/2010

Les commentaires sont fermés.