27/01/2010

Le principe d'incertitude...

incertitude.jpg

 

 

 

On parle toujours en encore du principe de précaution. Certain voudrait l’inscrire dans la constitution. Rien en doit être laissé au hasard, tout doit être prévu. Mis en équation, calibré, calculé.

Et l’incertitude, ce petit rien, cette poussière dans le système.

Un reste de liberté.

Un peu de libre arbitre.

L’Etat de Genève veut savoir qu’elles sont nos personnes âgées, qui peuvent bénéficier de soins à domicile ou doivent être placées dans un EMS. Commission, palabres, questionnaire, verdict, équation.

Nombre de points, pression, placement.

A quoi cela peut-il bien servir, à part de payer des postes parfaitement inutiles.

De nouveau, un citoyen parce qu’il est vieux et qu’il coûte cher à la société se retrouve au centre de pressions inacceptables.

Perte d’autonomie rime souvent avec perte de certains droits fondamentaux.

La liberté de choisir son lieu de vie, diable c’est essentiel.

L’Etat doit accepter ce choix et le défendre, même si nous devons mettre en œuvre des aides et un encadrement à domicile.

Il m’arrive quelquefois de penser qu’un de mes patients doit accepter d’entrer dans un EMS. C’est mon avis. Je l’explique, je le défends, mais je respecte la décision de mon interlocuteur.

Nous travaillons tous les jours dans l’incertitude. Demain que va-t-il se passer ?

Tout et rien, la vie est comme cela.

Inscrivons plutôt le principe d’incertitude dans la constitution.

07:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Les commentaires sont fermés.