01/02/2010

Chirurgie de guerre !

chirurgie de guerre.jpg

 

 

 

Article coup de poing, samedi 30 janvier, dans « Le Monde » (www.lemonde.fr). Annik COJEAN se pose la question des amputations suite au grand tremblement, comme le disent les Haïtiens.

Surtout du nombre de ce geste chirurgical.

Des exemples qui font froids dans le dos.

A la chaîne, dans l’urgence, sans réflexions, des patients renvoyés chez eux dans les deux heures suivant l’intervention.

Des moignons mal faits, qui devront être repris pour pouvoir appareiller le membre. Des nécroses post-op nécessitant de nouvelles amputations.

Des équipes chirurgicales, surtout américaines, semblent ne s’être pas trop posés de questions. On bosse vite et bien, on coupe, et on rentre à la maison, l’esprit serein du devoir accompli.

Vous me direz que c’est facile de juger, bien pépère, au chaud, sans stress.

Mais certains médecins, présents sur place, commence à réagir et à se révolter.

Le nombre d’équipes sur place, le manque de coordination, l’absence d’expérience, peut conduire à des erreurs d’appréciation.

Je me demande si les décisions thérapeutiques ont été les mêmes pour un Haïtien ou pour un français ou un américain.

Le doute existe. Deux poids, deux mesures.

De toutes façons, les pauvres…

07:33 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

chouette article, je viens de découvrir votre blog et l'ai complètement dévoré. Je vais avoir besoin d'un peu de temps pour bien assimiler le tout quand même.

Écrit par : chirurgie esthetique | 15/07/2010

je pense qu'ils ont été un peu dépassé par les événements, je plaint les patients.

Écrit par : Annonce moto | 02/08/2010

Les commentaires sont fermés.