02/02/2010

Les communes sont-elles utiles ?

réflexion.jpg

 

 

 

Demain, je vais aller à Bernex pour répondre à l’invitation de la Constituante.

Initiative intéressante : confronter les élus municipaux à une série de pistes, de possibilités de réforme.

Quid des communes.

Les supprimer, les garder, les fusionner, diminuer les nombres des élus, allonger la législature à 5 ans…

Ma réponse est toute simple. Si vous ne donnez pas plus de responsabilités aux communes, vous pouvez les supprimer.

Le constat : 16 conseillers municipaux sur 31 ont démissionné en 3 ans à Carouge.

La relève est très difficile à trouver. Tous les partis se font déjà du souci pour trouver des candidats pour 2011. Beaucoup de travail, peu d’informations et des décisions sans grande portée.

La circulation, c’est l’Etat.

L’urbanisme, le développement des quartiers, en fin de compte c’est l’Etat.

Le budget c’est le commune, mais sous surveillance stricte de l’Etat.

Alors à quoi bon donner de son temps, passer ses soirées en commission, imaginer des solutions.

Résultats, les élus partent. Ils ont mieux à faire.

07:09 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

ET SI LES COMMUNES ETAIENT DES INTERLOCUTEURS DIRECTS DES ASSOCIATIONS ? ET QU'ELLES AVAIENT POUR MISSION DE FAIRE REMONTER LES DOSSIERS ? APRES TOUT LES ASSOCIATIONS OEUVRENT SUR LE TERRAIN, ELLES ONT LE SENS DE LA PROXIMITE... LA DIFFICULTE EST DE RENDRE COMPTE DE CE SENS CONCRET AUX INSTANCES LA HAUT PERCHEES...LES COMMUNES POURRAIENT RELATER DE MANIERE ASSEZ NEUTRE LES BESOINS DES ASSOCIATIONS, NON? BONNE JOURNEE ! MJA

Écrit par : Marie-Jeanne | 02/02/2010

@Bertrand: Je ne suis pas entièrement d'accord avec ce constat pessimiste et défaitiste: les élus communaux ont, de par leur appartenance à un groupe politique, accès aux magistrats cantonaux et à leur cercle rapproché, aux comités directeurs et aux assemblées des délégués de leurs partis respectifs: ce sont des leviers à utiliser à bon escient et qui ne sont pas négligeables pour se faire conseiller quant aux moyens de faire avancer des dossiers sur des sujets de compétence cantonale. Bien sûr il faut avoir au départ un projet, une vision, une volonté, et ça, personne ne peut nous en empêcher: pour le reste, notre travail consiste essentiellement à chercher à convaincre, mais lorsqu'on est convaincu soi-même et motivé, rien n'est jamais absolument impossible. Patience, cohérence et détermination peuvent être payantes; c'est par contre vrai que ça demande beaucoup de temps et d'énergie.
@Marie-Jeanne: les associations sont en effet un complément utile de la vie politique, mais rien n'empêche les élus municipaux d'en faire partie et d'être eux-mêmes sur le terrain!

Écrit par : Ashwani Singh | 02/02/2010

Et oui, les compétences des communes sont très réduites dans le Canton de Genève, rien à voir avec les cantons des Grisons ou de Berne par exemple ...

S'engager en politique au niveau communal tient de la vocation ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/02/2010

@Singh : Souvent les partis cantonaux ne s'intéressent que peu à la politique communale, à part la ville de Genève.
Je me bats depuis 3 ans pour créer des relais et avoir du soutien de la part de mon parti.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 02/02/2010

Les commentaires sont fermés.