10/02/2010

Combines !

Secrets d'Etat.jpg

 

 

 

Des séances du Conseil Fédéral non protocolées.

Des notes prises par le porte parole du gouvernement, rien de plus.

L’affaire UBS sent de moins en moins bon.

Le citoyen gardera l’impression d’une arnaque, d’une vaste combine.

Nos 7 sages (hum…) n’arrêtent pas de nous dire que tout est sous contrôle, que les décisions prises étaient obligatoires, qu’il fallait sauver la maison UBS, sinon la Suisse sombrait.

Nickel, bleu ciel.

Et pourtant…

Alors pourquoi se taire.

Pourquoi ne pas retranscrire les minutes des séances.

Secret d’Etat ou petits arrangements entre copains ?

Il est maintenant nécessaire que le parlement nomme une commission d’enquête.

Nous devons savoir, car nous avons payé de nos deniers le sauvetage de cette banque.

Je n’ai plus confiance.

06:53 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bravo très bon point de vue. Malheureusement il y a de fortes chances que "l'excellente" UBS touche le fond d'ici quelques mois. Cette banque et ses dirigeants n'est plus crédible (nos autorités fédérales non plus). La situation est dramatique à l'échelon mondial, nous allons droit dans le mur mais personne n'est disposé à le reconnaitre et à essayer d'y apporter des modifications afin de freiner cette spirale infernale. Dommage

Écrit par : ChrisPike | 10/02/2010

Personne ne s'inquiète de savoir si nos amis européens n'ont pas mis la main sur les comptes des Conseillers fédéraux, qui pourraient bien receller des trésors, voir des preuves de trahisons. Pourtant à voir le cafouillage, on ne peut pas s'empêcher de penser qu'il s'agit là d'un faisceau de présomptions.

Écrit par : sebastien | 10/02/2010

La mondialisation est malhonnête, et induit l'appauvrissement juridique et argentier des gouvernements. C'est une vrai autocratie, contre nos démocraties, menottées et prises en otages par les lois favorables aux entreprises multinationales, clamées au nom de la liberté du marché. Belle utopie. Cela est identique pour nos lois comme la Lamal, et la LPP, qui favorise l'inefficacité des assurances, sans réelle action sociale comme le veut la loi. Cette dernière modifiée à souhait dans la Berne fédérale infestées de lobbies, payés par nos cotisations. Nos cantons soutiennent cette inefficacité en suppléant les personnes incapables de pourvoir leur cotisation, mis en défaut par l'ineptie des assurances! SVP, stop!!!

Écrit par : lehcatte | 11/02/2010

Les commentaires sont fermés.