31/03/2010

Enfin, des nouvelles ...

facteur.jpg

Je commençais à me faire du souci.

Les assureurs maladies ne faisaient plus parler d’eux. Rien à se mettre sous la dent.

Enervant.

Même, l’annonce du lancement de notre initiative sur la séparation de l’assurance de base et de l’assurance privée, les avait laissés sans voix.

Mais hier, enfin, des nouvelles.

Le Groupe Mutuel lance un concours.

Des voitures, des voyages de rêve.

Non, pas pour vous, mais pour ses employés.

Il faut simplement faire le plus grand chiffre d’affaire sur les assurances privées.

Tout simplement en essayant de vendre le plus de contrats privés à tous les jeunes qui désirent souscrire une assurance de base.

En plus cela permet de savoir exactement l’état de santé des postulants. Et oui, si vous voulez une assurance privée, vous devez remplir un questionnaire de santé et attention aux menteurs.

Les pas trop nets, les un peu cabossés, les battant de l’aile, passez votre chemin.

Pour les autres, à nous les picaillons.

La loi du marché, rien de bien répréhensible, quoi que …

07:08 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/03/2010

A votre bon coeur...

gabelle3.jpg

 

 

 

Taxes en tous genres, gabelle, prélèvement direct, indirecte, TVA…  

Difficile d’imaginer un système d’impôt qui satisfasse la majorité.

Le début est simple puis tout se complique à mesure que le ménage de l’Etat se complexifie et que les appétits politiques enflent.

Les Mérovingiens avaient excluent les ecclésiastiques et leur citoyens du rôle de l’impôt. Ils taxaient les étrangers, les marchandises et lorsque l’argent venait à manquer, ils allaient piller leur voisins. Sympa…

Alors, il faut faire preuve d’imagination.

Il est donc rare que nos édiles nous proposent de supprimer un impôt.

Alors, il faut se féliciter de l’idée d’enlever la taxe professionnelle.

Une petite rapine sans autre signification que d’énerver le bon citoyen qui passe à la caisse pour la troisième fois.

Mais voilà, les communes comptent sur cette taxe. Elle fait partie du budget et la perte sera lourde pour certaine.

Le gouvernement français a fait la même proposition et le vent de révolte communal a soufflé.

Mais d’un autre côté, moins d’impôts obligent nos dirigeants à ne pas dépenser à tort et à travers et à se concentrer sur l’essentiel.

Pas si mauvais en fin de compte.

Le débat va être chaud et les fronts étonnants.

La proposition vient d’un homme de gauche.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/03/2010

Les maladies délaissées...

maladies délaissées.gif

 

 

 

Leishmaniose viscérale (deuxième parasitose mortelle après le paludisme), maladie du sommeil, maladie de Chagas (8 millions de personnes infectées en Amérique latine par ce parasite),.ulcère de Buruli…

Sur 1556 nouveaux médicaments mis sur le marché entre 1975 et 2004, seuls 21 (1.3 %) ont été mis au point pour des maladies tropicales et la tuberculose, alors qu’elles représentent 11.4 % des maladies dans le monde.

Chiffres qui font peur, qui donnent à réfléchir. Chiffres qui ont été rappelés dans un article du Monde (www.lemonde.fr) d’Agathe Duparc, daté du 27 mars 2010.

Le problème, c’est que l’OMS ne fait pas grand chose.

Il semble les grands laboratoires pharmaceutiques font le maximum pour retarder la publication d’un rapport consacré à ces maladies.

Que voulez-vous, cela ne rapporte rien ce genre d’affection. Aucun profit en perspective, aucune rentabilisation possible de la recherche.

Les pauvres, ben ils sont pauvres, donc pas intéressant.

La communauté internationale devait donc faire des propositions pour que des médicaments puissent être mis sur le marché.

L ‘OMS a réuni un groupe d’experts, qui a proposé la création d’une taxe sur les bénéfices des industries pharmaceutiques et des propositions de modification de la notion de propriété intellectuelle (par exemple « une communauté de brevets »).

Et au final, le rapport, remis au Conseil exécutif de l’OMS, ne contient plus ces recommandations.

Et oui, il avait été soumis en priorité à l’industrie pharmaceutique, qui a proposé de « petites modifications ».

Depuis cela grogne sec dans les bureaux des OMG et de certaines délégations gouvernementales.

Après les critiques sur la gestion de l’épidémie de grippe par l’OMS, ce nouveau problème tombe mal pour l’ONU Les pathologies délaissées…

06:53 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/03/2010

Le suisse-allemand . polémique ...

victor.gif

 

 

 

Monsieur Hodgers s’en est allé vivre à Berne. 1 année pour mieux comprendre le suisse allemand. Super bonne initiative.

Le problème ; c’est qu’il beaucoup de peine à simplement comprendre le bernois moyen et que malgré toute sa bonne volonté, il se retrouve un peu, comment le dire, énervé par son échec.

Alors il prend sa plume et s’épanche, Mais pourquoi diable on ne parle pas le bon allemand de l’autre côté de la Sarine.

Par retour du courrier, monsieur Auer (le père spirituel de la révision de notre constitution) lui répond vertement que son propos c’est du « foutage de gueule ».

Et de nous expliquer que le suisse-allemand est la mère de toutes les langues. Que sa poésie est incroyable et qu’il n’arrive pas à comprendre son voisin, ce que extraordinaire.

Cela me rappelle un copain bernois du service militaire que m’avait expliqué, avec des trémolos dans la voix, que dans l’Oberland il y avait dix façons de dire pommes de terre.

Génial.

Mais encore…

Malgré toute ma meilleure volonté, je ne pige rien de rien lorsqu’un de mes compatriotes me parle. Je n’accroche pas, mon cerveau fait un court circuit et je me mets en surrégime.

A l’opposé, un allemand m’adresse la parole et je le comprends dans l’instant.

Lorsque je m’adresse à un Bâlois, je ne parle pas le savoyard, l’argot de Carouge ou l’anniviard.

La logique aurait été d’instituer le Romanche (l’espéranto de la Suisse) comme langue officiel de la Suisse.

On peut encore rêver.

06:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/03/2010

Dégoût, révolte...

bonus-banque.jpg

Je suis fâché, très fâché, très très fâché, ulcéré, révolté…(vous pouvez rajouter toutes les pires insultes qui vous passent par la tête).

Que vaut l’argent. Que signifie ces bonus. Quelle est la responsabilité des grands manitous de la banque. De toutes les façons en cas de pépins, ils se tirent se bronzer les orteils au soleil.

Fini les bonus. Interdit. Condamné. Verboten.

Indécent, obscène, j’ai des envies de coups de pieds au derrière, de goudron et de plumes.

Je ne peux pas l’accepter. C’est viscéral. Absolument pas objectif. Mais c’est comme cela.

Je ressens un profond sentiment d’injustice.

Est-ce cela le capitalisme ?

Je suis vraiment trop naïf.

bonus_banque2.jpg

13:19 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/03/2010

Avant, c'étais tellement plus simple...

Armee-suisse.jpg

 

 

 

Vous vous rappelez les belles années de la guerre froide. L’ennemi était connu. Notre armée pouvait se battre contre les rouges venant de l’est. Sur les cartes d’état-major, cela avait de la gueule. Nous pouvions pointer nos canons dans une direction précise, toujours la même, ce qui simplifiais l’exercice.

Nos entrées en mobilisation générale étaient sérieuses et patriotiques. La Patrie pouvait compter sur nous.

Bref du vrai et du bon suisse.

Et puis patatras, plus d’ennemi, à part quelques terroristes barbus, difficile à combattre avec des régiments d’infanterie et de chars.

Que faire de nos troufions, big question, grave question.

Il semble que les grecs sont instables, que les portugais vont suivre, que le petit peuple va peut-être se révolter. Maintien de l’ordre et serrage de vis en perspective.

Ah si « Al Quaida » avait une vraie armée, quel plaisir, quel chance, notre conseiller fédéral Maurer serait moins dépressif. Nous aurions une mission, un but.

Et si nous changions de point de vue. Simplement en se disant que le service militaire est utile pour nous connaître entre suisses, pour apprendre certaines valeurs, tout bêtement.

Faut-il toute cette technologie ?

Une armée ancrée dans le terrain, se déplaçant rapidement, souple.

Une armée de guérilla, voilà ce qu’il nous faut.

06:45 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/03/2010

Sniff...

printemps.jpg

 

 

 

Réjouissez- vous, c’est le printemps.

Et cette année, bombe atomique assurée pour les allergiques… et aussi les autres.

Pas de raisons que cela soit seulement certains qui en profitent.

Allez, joie dans les cœurs, tous les pollens en même temps dans un joyeux méli-mélo.

Eternuements, raclements de gorge, souffle court, nez qui coule, larmoiement.

Je n’ai pas encore vu une petite fleur, que je commence à me gratter les yeux et mon joli appendice nasal.

Caramba, il va falloir sortir la pharmacopée et aligner les petites pilules miracles.

Les pharmas se frottent les mains.

C’est peut-être eux qui ont concocté ce réveil tonitruant du printemps.

Bon alors, décidons-nous…

On reste entre nos quatre murs jusqu’à l’été ! On met notre masque de protection pour sortir ! Ou simplement on brave le danger !

Bigre difficile.

Atchoum …

06:55 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

22/03/2010

Alors, la Politique va mal ?

politique2.jpg

 

 

 

Question lancinante depuis plusieurs mois aussi bien en Suisse, qu’en France.

Les partis politiques ne représentent plus personne.

Les partis politiques ne sont qu’un club de copains et de coquins.

Les partis politiques n’écoutent plus la base, la population.

Bon d’accord.

Mais encore.

Un peu court.

Y-a-t’il une solution ?

Faut-il adopter la façon de penser des partis populistes, MSG et UDC en Suisse et FN en France.

S’engouffrer dans l’anti tout primaire, le « y a qu’à » à la bouche et le rejet de l’autre à la bandoulière.

Un parti, c’est un programme avec des femmes et des hommes qui le défendent et l’appliquent.

Un parti, c’est des messages visibles et lisibles.

Un parti, c’est un endroit ouvert qui accueille.

Un parti, c’est une structure qui doit permettre à des indépendants de s’exprimer.

Un parti, c’est être à l’écoute de la base et le respect de la différence d’opinion.

Les partis devront se réformer par en bas.

Simple et compliqué.

06:51 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/03/2010

Faut-il aimer sa graisse ?

graisse.jpg

 

 

 

Peut-être, sûrement, car elle nous protège.

En fin de compte tout est dans la mesure, un peu beaucoup, passionnément, juste ce qu’il faut.

Trop maigre ou trop gros même combat.

Des chercheurs, Roger Unger et Philipp Scherer de l’université du Texas à Dallas, se sont intéressé au syndrome métabolique. Ce syndrome est un ensemble d’atteintes intéressant le cœur et lié à la présence d’un diabète.

Ils se sont rendu compte que ce problème était lié à une forte réaction inflammatoire.

Cette réaction découle d’une absorption massive de mauvaises graisses.

Ils ont remarqué que les produits inflammatoires étaient absorbés par les cellules graisseuses.

En conséquence la graisse nous protège, mais…

A un certain moment, il n’existe plus de place et les cellules graisseuses vont massivement relâcher les produits inflammatoires dans la circulation sanguine.

Et là patatras, le syndrome métabolique s’installe.

Vous suivez…

Donc vous pouvez de temps en temps régresser et vous ruez sur un bon hamburger bien dégeu et boire un litre de soda bien doux.

Mais par contre en faire votre nourriture de chevet, jamais.

Les américains sont en train de tester des médicaments anti-inflammatoires.

Et ils songent à une taxe calorie.

Tiens cela me fait penser que je dois prendre mon comprimé protecteur avant de déjeuner, comme chaque jour, au snack du coin…

07:04 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/03/2010

Ma bonne "Julie"

watergate.jpg

 

 

 

Tu voilà dans une position difficile. L’Etat t’a laissé tomber, comme une vieille chaussette toute pleine de jolis trous.

Publier les photos du fils Kadhafi n’était pas très « fute fute ».

Une erreur ou une faute.

La réponse est tombée hier de la part du Conseil d’Etat, une faute.

Cela va te coûter probablement bonbon.

Je sais, la justice n’a pas tranché et tu as toujours la présomption d’innocence.

Mais, allez entre nous, même en tordant au maximum les concepts, avais-tu le droit de faire cela ?

As-tu déjà publié en première page les photos d’identification judiciaire de prévenus célèbres non encore jugés et condamnés ?

J’ai peut-être la mémoire dans le coltar, mais je n’en ai pas l’impression.

Si tu l’as fait, c’est que probablement tu te sentais protégée par quelqu’un.

Puisqu’on te laisse choir, avec peu d’élégance, je le conçois, allez vide ton sac.

Une bombe éditoriale, un peu d’indépendance par rapport au pouvoir.

Un vrai journalisme teigneux et indépendant.

Courage…

06:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/03/2010

Billag. gag...

billag2.jpg

 

 

 

L’autre jour, je reçois un courrier de Billag concernant les entreprises.

Il faut déclarer, ne rien oublier, ouvrir les tiroirs et les armoires pour débusquer une radio ou une télé.

Bref les jetons, bigre si un inspecteur débarque dans mon cabinet, j’en tremble.

Il faut être moderne et aller sur internet pour faire amende honorable.

Et là, le gag, le grand fou rire, le questionnaire le plus drôle depuis les dernières déclarations de Domenech.

« Est-ce que vous employés regardent la télévision pendant leurs heures de travail ? »

Mais bien entendu.

N’essayez pas de nous joindre pendant la diffusion des « Feux de l’amour », on ne répond pas.

« Est-ce que vos patients sont scotchés devant le poste à la salle d’attente »

Ben oui, normal, j’attends la fin du film avant de les voir.

« Écoutez-vous la radios pendant votre travail »

Evidemment, mon hémisphère droit est branché sur mon émission préférée et mon hémisphère gauche écoute le patient. A moins que cela soit le contraire.

J’adore Billag.

SantéSuisse devrait les soutenir et rembourser leur « gag thérapie »

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/03/2010

Alors, vous l'avez trouvé !

detective.gif

 

 

 

Depuis des semaines, nous attendons le résultat de l’ENQUÊTE.

Nous sommes au bord de l’apoplexie.

Nous retenons notre souffle.

Nous imaginons le travail des plus fins limiers de notre République.

Alors, vous l’avez trouvé le génie des alpages qui a transmis les photos du fils Kadhafi !

Quoi pas encore…

Difficile comme travail.

J’imagine avec le nombre de personnes qui peuvent avoir accès à ce genre de données…

Une œuvre de Bénédictin.

Mais bon, à la télé, ils arrivent toujours en 45 minutes à nous donner la solution.

Peut-être que vous connaissez la réponse, mais que c’est hyper secret, sous embargo, secret défense.

Nous allons finir par penser que vous ne faites aucun effort, que vous couvrez votre source et que c’est encore un plan de génie qui a foiré.

Juste pour votre information, un de nos concitoyens est en train de payer pour toutes vos c…

06:38 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

15/03/2010

Comique troupier...

puce.jpg

 

 

 

Ah les technologies modernes. Simplification, gain de temps.

Moderne, il faut être moderne.

Notre vie dans une puce.

Notre mémoire sur une carte.

Notre santé fichée et codifiée.

Vous avez tous reçu votre nouvelle carte d’assurance maladie.

Très bien.

De mon côté, j’ai obtenu ma super nouvelle carte de médecin.

Les deux ont une puce. Génial.

Et grâce à un petit terminal, je peux mettre sur votre carte, quelques renseignements médicaux. Uniquement ceux que vous voulez.

Donc vous venez chez moi. Vous enfilez votre carte dans le machin, moi je fais de même et bing nous sommes connectés.

Bien le bonjour et patati patata.

Idéal, non !

D’accord je n’ai pas encore le terminal, mais j’ai la carte. Et pas tous les médecins ont ce sésame. Je suis un privilégié.

Tout à mon bonheur, je suis tombé hier sur un article du « Matin dimanche » qui m’annonce que les puces ne sont pas compatibles.

Impossible de lire les deux cartes en même temps.

Horreur, tragédie.

Ma carte ne serte à rien.

Notre association a dépensé bonbons pour rien.

Franchement vraiment n’importe quoi.

Mais enfin de compte, est-ce bien utile tout cela ?

Je ne suis pas du tout catastrophé, j’ai plutôt tendance à rire.

07:09 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/03/2010

Un gros problème...

pedophilie_4.jpg

 

 

 

Franchement nauséabondes ces révélations de pédophilie au sein de l’église catholique.

Scandaleux, honteux.

Il faut que la justice de l’homme soit faite et non la justice divine.

La réaction de la hiérarchie de l’Eglise est comme d’habitude inaudible pour le commun des mortels.

Nous avons l’impression que rien ne presse, que le temps n’est pas le même.

Terminé le couplet : « Faites nous confiance ».

Ras le pompon de ces vieux croutons de la Curie.

Je suis catholique pratiquant et je vous dis franchement que j’en ai marre de ces cardiaux et papes qui ne pensent qu’à préserver les convenances et l’Institution vaticane.

Depuis quelques jours, on essaie d’allumer un contre-feu en parlant à mi-mots de mariage des prêtres.

La pédophilie n’a rien à voir avec le mariage.

Se marier ne résout pas ce grave problème.

Il faut faire le ménage et surtout que l’Etat devienne le garant du bon fonctionnement des écoles, des séminaires ou des autres structures de l’église catholique.

07:19 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/03/2010

Mais, où sont-ils ?

taxi.jpg

 

 

 

Hier au soir, j’étais un peu patraque. Je rassure mon immense fan club, rien de grave. Je me suis dit, à moi même et en aparté : « Et si j’appelais un taxi ? »

Bigre quel culot.

Je bigophone à Taxi phone et je poireaute. Une dame inconnu me susurre dans l’oreille, toutes les 4 secondes, que l’on va s’occuper de moi. Après un certain temps, une voix mâle et réelle me renseigne. Surcharge de trafic, bouchon autour de la gare, neige sur la route, chiens écrasés, embargo libyen, bref pas de taxi.

Bon, vite un autre numéro. Cette fois, après avoir patienté en écoutant massacrer Mozart, une dame me déclare : « Un taxi, vous n’y pensez pas, rappelez dans 30 minutes ».

Salon de l’automobile, bise glaciale, glace sur la route, manifestation du Conseil d’Etat contre l’incompréhension du public, troupeau de brebis traversant la ville.

Que faire ?

Je décide de me rendre à la gare, distante de 300 mètres de mon cabinet.

Et là, 20 taxis attendant sagement le badaud baguenaudant.

Et voilà le travail…

06:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/03/2010

Faut-il respecter les lois !

loi.jpg

La réponse semble simple.

Sûr que oui.

Mais le débat sur la possibilité pour les jeunes sans papiers de faire un apprentissage a permis d’ouvrir un espace de discussion.

Les opposants parlent de non respect des lois et menacent de prendre des sanctions.

Les initiants disent respecter le cadre légal et déclarent qu’ils désirent uniquement changer les règles.

Donc tout le monde est d’accord !  Pas si simple.

Dans cette affaire, il y a le symbolique. Imaginer que l’on puisse un jour, sciemment enfreindre une loi.

Oui c’est important cette petite marge de liberté, mais uniquement dans des cas exceptionnels.

Lorsque que les structures démocratiques ne fonctionnent plus, lorsque la vie d’autrui est en danger.

Dans les autres cas, la loi est faite pour être modifiée, adaptée, changée.

Parler des sans-papiers est essentiel.

Permettre l’accès à toutes les formations évident.

Battons nous au niveau des conseils municipaux, des parlements cantonaux et des chambres fédérales.

Le PDC déposera donc une résolution demandant que les jeunes sans papier puissent faire un apprentissage, le  jeudi 18 mars, devant le CM de Carouge.

07:04 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

09/03/2010

La douloureuse...

restau.jpg

 

 

 

Si vous avez l’attention d’avoir une famille nombreuses, alors faites gaffe.

Parce que les repas au restaurant, avec la smala, risquent de faire pleurer votre porte-oseille.

C’est simple, il faut être riche pour se permettre d’aller se sustenter dans une gargote.

A midi, les proprios font attention, plat du jour obligé.

Mais dès l’angélus, boum cela commence à chiffrer.

Pas de problème, si le repas est excellent.

Mais la plupart du temps, esbroufe et médiocrité sont au rendez-vous.

Vous avez l’intérêt d’amener votre bouteille de gros rouge qui tache.

Le plus petit cru est au prix des grandes bouteilles.

Et le vin ouvert atteint des sommes de collection.

Le pompon, c’est lorsque les tables sont tellement proche les unes des autres que vous pouvez, non je devrais dire, vous devez écouter la conversation de vos voisins.

Edifiant certaine fois.

OK, je suis un râleur, mais je me soigne…

07:05 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/03/2010

Ele est "belle", la démocratie !

PAV.jpg

 

 

 

Un peu furax. Mais à quoi peut-on servir nous les élus municipaux, nous les citoyens !

Une minorité dicte à la majorité sa façon de penser.

Et l’Etat baste.

Et les CA de trois grandes communes se soumettent.

Aucune discussion.

Allez circulez, il n’y a rien à voir.

Je parle du PAV, bien sûr.

Je parle du référendum lancé par la gauche en ville de Genève et je parle de la convention signée la semaine dernière entre les référendaires, l’Etat et les communes de Carouge, Genève et Lancy.

Carouge, Lancy et Genève ont voté favorablement au déclassement des terrains du PAV. Un référendum a été tenté à Carouge mais n’a pas abouti.

Je considère donc, peut-être à tort, que dans ma commune, le peuple s’est prononcé clairement et qu’il n’y a pas lieu de modifier la loi.

Un référendum a été déposé en ville de Genève, alors faisons voter le peuple.

A Carouge, les élus municipaux n’ont pas été tenus au courant de la signature de la convention.

On n’arrête pas de nous réunir en commission plénière pour parler de broutilles, mais lorsque le sujet est important, rien de rien.

Et pourtant une commission ad hoc PAV existe.

Je connais la réponse que l’on va me donner.

C’est simplement une convention, le CM va se prononcer et donner son préavis sur la nouvelle loi.

OK, alors je vais voter contre, le PDC va probablement voter contre et un référendum est possible.

Je vais proposer, au prochain comité du PDC carougeois, de déposer une résolution, lors du CM du 18 mars, pour protester contre cette façon de faire.

Nous ne sommes pas dans une république bananière…

Marre des petits arrangements entre copains…

07:34 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/03/2010

ça marche !

homeopathie.jpg

 

 

 

Question qui revient régulièrement, question sans réponse ; « l’homéopathie c’est comment, utile, inutile, à rembourser par l’assurance de base, à exclure, de la foutaise, une méthode géniale, etc, etc »

Le système de santé britannique a intégré l’homéopathie dans son arsenal de traitement de base. Tout est pris en charge, Tout va le mieux dans le monde de sa gracieuse majesté.

Pas tout à fait. Premièrement personne ne sait combien le « National Health Service » dépense par année pour ce genre de traitements.

Deuxièmement, la commission, chargée d’étudier l’effet des médecines complémentaires, a conclu à l’absence de preuves scientifiques.

Mais que, quand même, dans certains cas, lorsque tout à été essayé, l’homéopathie peut être prescrite.

Donc rien de nouveau sous le ciel médical.

Même constat en Suisse.

L’effet de ce traitement n’a jamais été prouvé scientifiquement. Aucune étude sérieuse n’existe.

Cela est-il suffisant pour permettre son remboursement ?

Monsieur Burkalter réfléchit à sa réintroduction dans le catalogue des prestations.

Si la loi est suivie, c’est non.

Si la loi est interprétée et le sens politique prime, c’est oui.

Mon avis : un vrai médecin homéopathe est utile car il consacre un temps énorme à comprendre son patient. C’est ce temps et cette longue relation de confiance qui permet au médicament de fonctionner. Il faut une longue pratique et une grande expérience.

Ceux qui se disent homéopathes, en ayant acheté un livre de recette, sont des fumistes.

07:15 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/03/2010

Je te donne le PAV, tu me donnes des LUP...

indecision.jpg

 

 

 

J’adore ces acronymes. Cela fait sérieux, cela pose un homme. C’est smart dans une conversation mondaine.

Par contre politiquement, attention problème.

Le nouveau quartier Praille-Acacias-Vernet semble mal né.

Les responsables de projet ont tous démissionné les uns après les autres.

Il n’existe aucun projet valable et cohérent permettant aux élus de savoir de quoi on parle et surtout de visualiser l’urbanisme de ce futur quartier.

Et parce que l’extrême gauche fait de la surenchère, le Conseil d’Etat décide un taux de logements sociaux à 66%.

Pourquoi ?

Quel type de logement social ?

Pour qui ?

Est-ce que la classe moyenne est concernée ?

Va-t-on permettre une vraie mixité sociale ou allons-nous construire des barres d’immeubles bon-marchés ?

Je rappelle que la loi oblige, pour toute nouvelle construction, un taux obligatoire de LUP (minimum 15 %).

Pourquoi être plus royaliste que le roi ?

La politique ne doit pas céder à la démagogie.

Juste pour mémoire, ce sont la classe moyenne qui quitte Genève pour s’établir en France voisine et dans le canton de Vaud.

Et c’est elle qui paye en proportion le plus d’impôt…

Pourquoi n’a-t-on pas donné le projet à un grand bureau d’architecte et d’urbaniste. Lyon l’a bien fait avec Herzog et Meuron.

Franchement, je ne le sens pas ce PAV.

07:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |