04/05/2010

DRG (Diagnosis Related Groups)

DRG.jpg

 

 

C’est quoi ce truc, ce machin.

Simplement la grande nouveauté des nos génies des alpages : les forfaits par cas.

Ce système sera introduit dans tous les hôpitaux de notre pays en 2012. Plusieurs établissements l’utilisent déjà, ce qui nous permet de nous faire une petite idée de cette nouvelle usine à gaz.

Vous souffrez d’une appendicite, l’hôpital recevra x francs, une pneumonie x francs, un « pet de travers » x francs.

Sans oublier les modérations, augmentations, multiplications en fonction des complications, des la difficulté opératoire et de l’âge du directeur.

Si vous êtes mathématicien ou informaticien, votre carrière est assurée.

Juristes également, car le contentieux avec les assurances risque d’être pas triste.

Pour faire simple, l’hôpital fait du bénéfice si vous restez un minimum de jours dans ses murs.

L’université de Berne a mené une enquête, dans les hôpitaux utilisant ce système, et elle a constaté un nombre nettement plus élevé de ré hospitalisations.

CQFD.

Mais puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien…

Je ris jaune, parce ce que cet OANI (Objet Administratif  Non Identifié) va probablement atterrir dans nos cabinets.

Ce jour là, je partirai en Patagonie écouter le chant du vent.

06:32 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Ce qui est désastreux avec un tel système, c'est que nous ne soignons plus des malades mais seulement des symptômes.
Une maladie est souvent l'aboutissement d'une série de déséquilibres et gommer les symptômes ne fait que refouler à l'intérieur de l'organisme les problèmes.
Ainsi donc apparaissent les maladies chroniques et l'on prétend que cela vient de la vieillesse alors que c'est la résultante de tout ce qui a été enfoui et qui remonte à la surface.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 04/05/2010

Selon un article paru récemment, la qualité des soins aurait même diminué suite à l'introduction des DRG qui induiraient un taux de ré-hospitalisation accru. Cela vient souligner la nécessité d'une recherche concomitante afin de prévenir les dérives observées dans les hôpitaux allemands.
Quant au secteur ambulatoire, l'arrivée des réseaux de soins rendra inévitable l'avènement d'une tarification par cas.
Alors que l'on parle d'une généralisation de l'offre des réseaux pour 2012, on n'en voit poindre aucun à l'horizon en Suisse romande (mis à part Genève).
On pourrait donc se retrouver dans la situation où des assurés pourraient être contraints d'opter pour une quote-part de 20% faute de réseau dans leur région.

Écrit par : F. Salina | 04/05/2010

Et oui fini les agapes et les diagnostic gonflés. Ahh madame Michu, va falloir l'enlever cette petite glande hein !!!? Des génériques ? ouhh C'est délicat vous savez, je connais beaucoup de patients qui ne les tolèrent pas, mais je peux vous faire une dizaine de bons pour le physio, si vous vous voulez. Mais revenez la semaine prochaine, j'aimerais contrôler deux ou trois choses.Mais si vous souffrez encore dans deux semaine, je peux vous recommander mon confrère Salina, il est orthopédiste et chaman de la rue des Etuves, il a un don unique de lire entre les lignes. Vous savez parfois la médecine est impuissante, les mystères de la nature sont infinis, insondables, INSONDABLES!

Écrit par : Anastase | 04/05/2010

Ah mon brave Anastase ! Il n'y a qu'une chose réellement insondable dans ce bas monde, et c'est ta bêtise. Par contre, le fait qu'un vieillard scrofuleux parvienne encore à allumer un PC à ton âge est un des miracles de la nature qui nous encourage à garder espoir en elle.

J'imaginais que tu te sentirais plus concerné par le sujet consacré à l'avortement. Pas parce que tu en es un survivant (classe 1912). Mais tu nous aurais raconté ceux auxquels tu as assisté à la frontière sénégalaise en sirotant un jus de manioc, ton casque colonial vissé sur la tête. Tu nous aurais soutenu, la larme à l'oeil, à quel point les avortements pratiqués par un sorcier à l'aide d'une vieille pompe à vélo (30% de mortalité) sont beaux, émouvants, proches de la nature. Tellement plus authentiques que le geste rapide et clinique pratiqué sous nos cieux par tes amis praticiens à Porsche Cayenne.
Vraiment, on raffole de tes pontifiants récits africains.

Maintenant que tout le monde sait qu'André Langaney se cache derrière toi, pourquoi n'ouvrirais-tu pas les commentaires de ton blog ? Tu aurais là l'occasion de faire preuve d'un peu de courage au moins une fois dans ta vie. Il n'est jamais trop tard !

Écrit par : F. Salina | 05/05/2010

Cher Cher Salina, savez-vous que j'ai été ému par vos commentaires para-médicaux, vous qui lisez en bougeant les lèvres, l'écriture de cette analyse a dû vous prendre toute la journée mais il faut savoir récompenser le mérite à défaut de la perspicacité. Dommage que vous ayez recopié par mégarde la phrase de Bertrand dans son billet mais vous êtes sans doute de ceux qui pensent que répéter les choses leur donne plus de poids. Bref rappelez-moi de vous acheter Petzi fait de la médecine, la prochaine fois que je passerai dans votre quartier. Je vous le déposerai à la Bretelle où vous avez vos habitudes.La patronne vous le gardera au chaud derrière le comptoir. Vous êtes décidément un génie et je comprends pourquoi Bertrand tient tant à vous compter parmi ses amis.

Écrit par : Anastase | 05/05/2010

Puisque tu te proposes si gentiment de m'offrir un livre à colorier, autant que ce soit un des tiens. Au moins il aura connu quelque utilité. Et en plus ça ne te coûtera rien: des tonnes d'invendus attendant de passer au pilon dans ta cave.

Une petite question: pourquoi te fais-tu appeler "Dédé la science" ? Le petit côté bête et attardé de Dédé s'impose à l'évidence, mais on voit mal le rapport, même lointain, que tu pourrais entretenir avec la science.

Écrit par : F. Salina | 05/05/2010

Vous nous donnez une idée de ce que deviennent les duels au XXIe siècle!
Je regrette que le problème actuel de la médecine ne vous fasse pas utiliser vos qualités et vos énergies pour une plus noble tâche.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 05/05/2010

Les commentaires sont fermés.