25/05/2010

Les réseaux de soins.

choix.jpg

 

 

Nouvelle pierre philosophale.

Enfin la solution à tous nos maux.

LA SOLUTION aux coûts de la santé.

Tout le monde politique est pour, rare convergence d’opinion.

La FMH appuie. Que demande le peuple, la messe est dite.

Comme d’habitude, les genevois râlent. C’est génétique.

Ils se rappellent, qu’il y a peu de temps le peuple avait refusé, à 90 %, de perdre le libre choix du médecin.

Ils se demandent avec le système proposé, si cette décision populaire n’est pas tout simplement remise en question.

20 %, à la place de 10%, de participation si vous ne voulez pas être membre d’un réseau.

Avec le prix des primes qui aura le choix de refuser ?

A-t-on l’assurance que les patients qui coûtent le plus auront leur place dans ces réseaux ?

Ne va-t-on pas faire une sélection des bons risques ?

Pourquoi exclure d’office certains types d’organisation ouverte sans coresponsabilité budgétaire ou capitation ?

A Genève, il existe depuis plus de 14 ans, un réseau de 230 médecins qui, selon le Groupe Mutuel, permet d’économiser 10 % des coûts.

Actuellement tous les médecins travaillent avec un réseau informel. Vous ne pouvez plus être seul dans votre coin. Tous les médecins doivent suivre une formation continue obligatoire.

La solution proposée ne va rien changer dans leur pratique.

Sauf une chose, ils vont être obligés à soigner en low cost pour ne pas devoir mettre la main à leur poche en fin d’année.

Ils devront suivre les indicateurs économiques.

Ils vont perdre leur autonomie et leur liberté.

06:48 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

People have more common sense than many of us might like to think. thesis help

Écrit par : Pola | 25/05/2010

You say you like to read, so read. thesis help I think somehow you prefer talking

Écrit par : Pola | 25/05/2010

Si il est communément admis que les réseaux feront baisser les coûts en induisant une rationalisation de la prise en charge des patients, il est également possible qu'à terme ils aboutissent à une augmentation des coûts tel que cela a été observé aux USA où ce modèle est désormais fort répandu.
Selon la libre concurrence voulue par nos politiciens, la rémunération des prestataires (à l'acte ou au forfait) fera l'objet d'une négociation entre réseaux et assureurs qui sera assujettie aux rapports de force qui la régissent. Or la dynamique d'un tel marché conduira inévitablement à une concentration des réseaux et donc à une augmentation de leur pouvoir dans cette négociation. Il n'est donc pas exclu de voir à terme les réseaux dicter leur loi matière tarifaire comme c'est le cas aux USA où le revenu moyen des médecins est, sauf erreur, le plus élevé du monde.

Écrit par : F. Salina | 25/05/2010

Les commentaires sont fermés.