23/06/2010

De minot à chenu...

coup de vieux.jpg

 

 

Age de la retraite, âge des articulations, âge de mes trous de mémoire.

On se croit jeune, on se voit jeune et puis un jour, nous passons brusquement de minot à chenu.

Tremblement de terre, orgueil en berne, séduction aux vestiaires.

Pour moi, ce jour fatidique est arrivé hier.

Vaillant, content je m’en allais cheminant vers mon doux nid.

Grimpant à la force de mes mollets de vieux suisses, la montée de Saint-Gervais, je me dirigeais vers l’arrêt du tram.

Piquant un petit sprint, je réussi à le prendre.

Et là, un jeune inconscient, sans aucune psychologie, se leva et me dit avec une grande urbanité : « Monsieur, veuillez prendre ma place ».

J’essayais de parlementer, de trouver une solution équitable.

Echec complet, je m’assis sous le regard goguenard des passagers.

 

La prochaine fois, je rentre à pied.

06:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

C'est vrai, c'est choquant la première fois que ça arrive. Mais réjouissez-vous. C'est tellement rare que quelqu'un offre sa place dans les transports publics!Ca fait chaud au coeur.

Écrit par : K. | 23/06/2010

Prenez garde à la provocation ! Voilà un billet qui va encore mettre en fureur notre ami Anastase Langaney. Lui que la retraite a contraint de quitter les confortables prébendes de la recherche subventionnée se voit désormais réduit à occuper ses journées en fignolant des maquettes de goulags sibériens en allumettes alors que s'offrent à vous de belles années de pratique médicale.
A en juger par le niveau de vos interventions respectives, on peut affirmer que la société y gagne dans les deux cas.

Écrit par : F. Salina | 23/06/2010

Les commentaires sont fermés.