02/07/2010

Pourquoi s'en faire ...

bonheur.jpg

 

 

Tout va bien.

La vie est belle.

Vos primes d’assurances maladies vont continuer à grimper.

Sans aucune relation avec les coûts de la santé.

Allez un petit 10 %, pourquoi pas 15, ne soyons pas radins, la générosité est une qualité.

Vous ne pouvez plus payer, pas de soucis, puisque les médecins ne servent à rien, sont dangereux et prescrivent des poisons, vous avez en fin de compte du bol.

Du temps de Molière, c’était autre chose. Du solide, du scientifiquement prouvé, de l’Evidence Base Medecine, clystères et saignées à volonté.

Purgare et saignare, bene respondere…

Economies.

Rendement.

Ce qui peut être fait par un non médecin sera fait.

Pourquoi un toubib pour une colonoscopie, une échographie cardiaque, une anamnèse, un examen clinique…

Trop cher, toujours et encore trop cher.

Et vous savez quoi, même après cette révolution culturelle et la disparition du médecin et bien, vos primes continueront à grimper.

Vous croyez quoi… Cela coûte bonbon une Ferrari.

06:43 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mieux vaut être beau, riche et en bonne santé que moche, pauvre et malade...

Écrit par : DP | 02/07/2010

Cher monsieur le docteur bertrand buchs

si les citoyens avaient encore, après leurs 8h ou + de boulot quotidien, le temps de penser,

si les contribuables avaient encore l'énergie de réfléchir après leurs semaines consacrées à leurs patrons, à leurs recherche de boulot, à leur survie,
ne doutez-vous qu'ils rétorquent:

- tiens donc, ben oui! on sait qu'on va subir ces hausses de primes d'ass mal: qu'y pouvons nous?

comme subir la hausses des primes d'ass habitat, pour cause de catastrophes naturelles en cas d'inondations, coulées de boues etc, dont chacun se rend compte qu'elles sont dues en majeure partie

- aux constructions tous azimuts faisant fi des lois
- aux responsables tous azimuts faisant fi de la précision des lois à organiser

comme subir la hausse du gaz et des énergies
comme, etc.

Être docteur n'est-il pas de poser un diagnostic clair et proposer une solution concrète?

Écrit par : na...ya | 02/07/2010

Aahhh Va falloir différer l'achat du pare-buffle pour la Cayenne hein Bertrand? Cela dit je ne sais pas si la médecine libérale compte ses heures mais une chose est certaine elle compte ses sous. C'est bon de savoir que des philanthropes se préoccupent de notre petite santé. une petite précision encore, vous nous aviez confié il y a peu que vous estimiez que les médecins étaient à droite, Et bien la droite, c'est le rendement, la concurrence effrénée, le soucis du profit, et le plus beau c'est qu'après avoir usé et abusé du système, vous vous faites plumer par plus rapaces que vous au nom des mêmes règles que vous avez défendues et dont vous pensiez qu'elles vous étaient favorables... Quelle ironie quand on y pense.Purgare comme vous dites!

Écrit par : Anastase | 04/07/2010

Mais dis-moi mon brave petit Anastase, on raconte tu sais aussi très bien compter les sous. Enfin, surtout ceux du contribuable qui ont financé ta formation et ton activité à l'université de Genève, et qui subventionne tes petits privilièges désormais honoraires. Pour quel résultat ? 95% de la communauté scientifique ignore ton nom et le 5% restant pense que Langaney est une marque de cassoulet en boîte. Même la publication de ton apologie du voyeurisme zoophile n'est pas venue à bout d'un anonymat qui te colle à la peau comme une poisse.
Ainsi donc s'explique cette jalousie couarde que tu voues à ces copains d'université qui préféraient réviser leurs examens de médecine pendant que tu théorisais la révolution marxiste sur les terrasses de cafés. Affront supplémentaire, le plus moyen d'entre eux accomplit en une journée davantage pour l'utilité publique que toi durant toute ta carrière. Et en plus il peut continuer à exercer sa vocation alors qu'on t'a remisé dans un placard sentant la naphtaline.
Que veux-tu mon petit Dédé. Malgré 80ans de commnunisme, la vie est ainsi faite que l'on récolte ce que l'on a semé.
Comme le disait ton cher camarade Joseph Djougachvili:"Il faut balayer devant sa datcha avant de brûler celle du voisin".

Écrit par : F. Salina | 04/07/2010

La Lamal est une taxe publique obligatoire pour financer des fonds privés et leur donner le pouvoir financier de discréditer tout citoyen, en stipulant que 99% de la population sont des profiteurs du système,
et de soudoyer le gouvernement central.

Ainsi avec notre argent, ils achètent leur légitimité pour faire ce qu'ils veulent: du profit! Sous la bannière de la concurrence, (peut-on faire de la concurrence dans la santé?), les assurances instituent la mercantilisme de la santé, ainsi advient la perte des libertés individuelles et de la démocratie.

Les dernières modifications (HMO ou Managed Care) ne sont que des dérivations pour contrecarrer, sans demi-mesure, le secret médical (sphère privée: en signant un bon de délégation mon médecin renseigne de mon état de santé à l'assurance) et l'obligation de contracter (contourner les lois démocratiques et la liberté individuelle a recherché le mieux pour sa santé: http://www.admin.ch/ch/f/rs/101/a10.html),

"Ne fais pas, ce que je te fais subir!"

Écrit par : lehcatte | 06/07/2010

@lehcatte
Vous avez tout compris.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 06/07/2010

Les commentaires sont fermés.