14/07/2010

Une drôle d'impression...

déontologie.jpg

 

 

Doit-on respecter ce qu’on appelle les directives anticipées ?

Peut-on choisir sa mort ?

Demander de ne pas être réanimé ?

Apparemment oui, mais pas pour tout le monde.

Vous laissez mourir en choisissant de ne plus manger, décider d’aller jusqu’au bout de sa grève de la faim, possible à Genève, pas possible à Berne.

Pourtant les toubibs sont les mêmes et doivent respecter le codes de déontologie de la Fédération des Médecins Suisses.

Monsieur Rappaz est en prison, ok, mais il a clairement le droit de décider de sa fin. Il l’a écrit, il en a parlé. Un psychiatre a attesté qu’il avait toute sa conscience. Pourquoi, contre sa volonté, décider qu’une fois dans le coma, il fallait le réanimer et le nourrir.

Contre son gré.

Difficile d’accepter le mort.

Laisser quelqu’un s’en aller, pas simple.

Et pourtant a-t-on le droit de bafouer une liberté fondamentale qui est celle de décider du passage, du grand saut dans l’ailleurs.

Non, non et non.

Mes confrères bernois sont dans l’erreur.

Ils ne doivent pas accepter de se laisser dicter leur décision par les politiques ou la justice.

Ils ne sont pas aux ordres.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Je ne crois plus DU TOUT à la déontologie en médecine. J'aimerais que l'on m'explique comment les médecins aux Etats-Unis et ailleurs peuvent en toute légalité administrer des électrochocs à des dépressifs chroniques. C'est arrivé à une personne dans ma famille et j'en suis horrifiée, écoeurée. Cette personne s'est réveillée confuse et ne savait pas pourquoi elle se trouvait à l'hôpital. Son médecin lui explique qu'il a cru bon d'administrer des électrochocs parce qu'elle disait ne plus ressentir de l'amour. Alors on lui abime son cerveau? HONTE à LA MEDECINE!

Écrit par : K. | 14/07/2010

C'est pourquoi il faut se battre pour l'application du code de déontologie et dénoncer toutes les dérives.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 14/07/2010

Mon cher Bertrand, vous avez parfaitement raison sur le fond, chosir sa mort est un droit qui devrait être fondamental mais il est difficile à appliquer dans la pratique et ouvert à de nombreux abus. Sans vouloir offenser la corporation qui est la vôtre, cette problématique dépasse la question de l'éthique médicale ou du rôle des médecins. Elle par essence sociétale et philosophique. Un aspect qui n'est jamais abordé est la question des séquelles. passé la barre des 30-40 jours, les dégâts physiques d'une grêve de la faim peuvent être irreversibles. Rappaz en a-t-il été informé?

Je suis néanmoins étonné qu'un catholique fervent et pratiquant comme vous tienne un tel discours, le suicide et l'auto-mutilation de la création divine sont-elles désormais valeurs canoniques? J'en doute. je vous conseille vivement d'aller prestement à confesse dimanche avant l'apéro sinon vous serez obligé d'aller au cabinet à genoux sur des petits cailloux pointus. je vous rappelle que selon précepts de votre secte, l'individu est prié de faire la grêve de la fin avant que Dieu ne lui dise le contraire.

Écrit par : Anastase | 14/07/2010

Anastase,

aujourd^hui et je ne parle pas du passé la secte de m Buchs est bien plus relax , ouverte et libre que la votre de secte

Écrit par : rene blanc | 14/07/2010

Dis-moi Anastase, il paraît que dans ta petite secte rouge on pratique le suicide forcé (et fermement assisté) comme résolution aux problèmes politiques, voire personnels. Seulement chez vous le processus décisionnel est beaucoup plus efficace. Pas besoin de remonter jusqu'à Dieu. Une simple mot ou notule du Premier Secrétaire griffonnée sur une serviette de papier suffit, et pfffuitt ! fini les problèmes. Ah ça, avec vous la vie était bien plus simple.

Écrit par : F. Salina | 14/07/2010

Que le sujet grave pour un jour d'anniversaire, cher Dr. Buchs !!! Pour l'heure, c'est la vie qui prend le dessus, non !?

Écrit par : Micheline | 14/07/2010

@rené Blanc.

Vous avez raison, ma secte comme vous dites n'aime pas autant les enfants que la votre et nous n'avons pas encore canonisé l'aumonier des forces franquistes, c'et vrai que l'église catholique est super relax ces temps, il n'y a que les évêques pour être ...tendus?

Écrit par : Anastase | 14/07/2010

Les commentaires sont fermés.