31/08/2010

Les arrêts de travail.

Arrêt de travail.jpg

 

 

La peur du patron, la terreur des ressources humaines, le doute des assurances perte de gain.

Tout arrêt de travail est de trop.

Tout arrêt de travail est potentiellement de complaisance.

Alors on crée des structures avec des noms anglais (Disease management). On gère, on surveille, on remonte les brettelles, on fait pression, on panique l’assuré.

Dans ce contexte, il est intéressant de prendre connaissance de l’étude faite par l’Institut national de la santé en France et publiée dans l’ « American Journal of Epidemiology ».

Les chercheurs ont suivi 20 000 personnes travaillant  à Gaz de France et à Electricité de France.

Ils se sont focalisés sur les arrêts maladies d’ordre psychiatriques et ont démontré que, dans ces cas, le taux de décès par cancer du fumeur était de 60% plus grand et qu’il y avait 80 % de plus de maladies cardio-vasculaires.

L’arrêt maladie est donc un indicateur de santé.

Il est faux de banaliser les plaintes en imaginant trouver à chaque fois une simulation.

L’arrêt de travail de complaisance existe, mais il est exceptionnel.

Le simulateur existe, mais il est rare.

Le suivi des arrêts de travail est une tâche du médecin.

Cette tâche est complexe et demande de la rigueur.

Il est exclu que cette responsabilité soit laissée à d’autres.

06:41 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/08/2010

Désobéissance !

desobeissance.jpg

 

 

Que faire devant l’attitude des caisses maladies utilisant les réserves d’un canton pour boucher les trous dans un autre canton.

Que faire devant ce vol.

Plus de 5 ans que cela dure.

Des centaines de francs pris dans la poche des assurées genevois.

Qui va nous les rendre.

Personne.

Un scandale.

Un parlement fédéral qui dort ou plutôt est payé par SantéSuisse.

Nous laissons faire ou nous réagissons ?

Il faudra bien un jour nous révolter.

Pourquoi ne pas refusez l’augmentation des primes 2011 ?

Ne pas payer.

Attaquer les assurances devant les tribunaux !

Difficile, mais pas impossible.

Et si nous rêvions un peu et que les gouvernements cantonaux de Genève  et Vaud refusent cette hausse ?

06:50 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/08/2010

Grave question...

Non.jpg

 

 

Pas drôle, l’actualité de ces jours.

Le rôle du médecin, encore une fois, remis en cause.

Jusqu’où peut aller son indépendance ?

Je sais que nous embêtons tout le monde.

Nous réclamons haut et fort notre liberté.

Cette liberté n’est pas celle de faire tout et n’importe quoi.

De profiter et de s’en mettre plein les fouilles, comme le pense Anastase.

Non la liberté d’établir une relation de confiance avec son patient et de pouvoir décider dans son âme et conscience, en dialogue, ce qu’il faut faire.

Deux personnes, en dehors de tout.

Pas de règles, règlements ou article de loi.

C’est nécessaire.

Je ne peux pas travailler autrement.

Le Tribunal Fédéral dans sa décision, sur l’affaire Rappaz, prétend obliger les médecins à alimenter une personne en grève de la faim contre sa volonté.

Dangereuse décision, qu’il faut refuser.

Jamais je n’accepterais une obligation venant en contradiction de mon serment de Genève et de mon code de déontologie.

Quitte à aller en prison.

Je demande à tous mes collègues, à la Fédération des Médecins Suisse de signifier clairement leur désaccord.

Non, non et encore non.

14:48 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

27/08/2010

Surmenage...

Surmenage.jpg

 

 

Sujet tabou dans notre profession.

Un médecin ne peut pas et ne doit pas « pêter les plombs ».

Il est là pour…

Il se doit être d’une humeur égale du matin au soir.

C’est comme cela.

Nous ne sommes pas des héros. Le travail avant tout.

Une façon d’être, enseignée par nos maîtres, à la dure, mais avec beaucoup d’humanité.

Alors pourquoi cette brusque augmentation de « burn-out ».

Surcharge de travail administratif ?

Manque de reconnaissance ?

Obligation de performance ?

Augmentation de la technicité au détriment de l’écoute ?

Péjoration de l’état psychologique de la population ?

Je ne sais pas.

Mais je me rends compte que les cas sont de plus en plus lourds. Le temps comme faisant partie de la guérison n’existe plus. Les rythmes naturels du corps sont oubliés.

Vite toujours plus vite, la maladie ne doit pas exister. Elle ne peut plus être pensée comme une composante naturelle de notre vie.

L’état psychologique de la population est préoccupant.

De plus en plus de personnes « larguées », sans repère, détruites socialement, seules.

L’augmentation du surmenage des médecins est le reflet de la dérive de notre société qui a oublié l’entraide, la chaleur humaine, la vie en groupe.

Le médecin est un miroir.

Il vous renvoie votre image, mon image.

07:09 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/08/2010

Jeu dangereux !

Peine de mort.jpg

 

 

Il y a des questions qui ne doivent plus être posées.

Il y a des débats qui ne servent qu’à réveiller les démons du populisme.

Alors pourquoi avoir fait publier un texte d’initiative, dans la feuille officielle de la Confédération, pour le rétablissement de la peine de mort et le retirer un jour plus tard.

Faire peur, ouvrir le débat, effet d’annonce.

Avant de pouvoir commencer la récolte des signatures, le dépôt d’une initiative est un long chemin.

Il faut écrire un texte, le faire corriger par des spécialistes de la Constitution, le faire traduire en trois langues, constituer un comité et surtout attendre le feu vert de la chancellerie.

Plusieurs mois.

Cela donne le temps pour en parler dans les médias et juger des réactions positives et négatives.

Sentir le vent.

Cela n’a pas été fait, étrange.

En définitive, tout est bien qui fini bien.

Je n’ose pas imaginer les débats, les arguments, les invectives, les menaces pour un texte qui de toutes les façons aurait été invalidé par le Parlement, car il ne respectait pas le droit supérieur.

06:37 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/08/2010

De simples chiffres...

 

chômage.jpg

 

 

Dans le journal « Le Monde » (www :lemonde.fr) du 24 août, un titre et des chiffres qui interpellent.

« L’explosion du chômage des jeunes fragilise-t-elle nos sociétés ? »

Dans les pays développés et l’Union européenne en 1998, 14 %, en 2009, 17.7 %.

Le même jour, la prise de position de Pierre Maudet, Conseiller administratif de la ville de Genève, qui demande de voter contre la révision de la loi sur le chômage. Ses arguments sont à mettre en relation avec l’étude du « Monde ».

Doit-on faire des économies sur le dos des jeunes en cherche d’un emploi ?

Doit-on les fragiliser un peu plus ?

Les petits boulots sont-ils une réponse à un plan de formation ?

Comme médecins, nous savons que de mettre une personne en arrêt de travail plus de 3 mois, rend son retour au travail très problématique.

Il faut éviter le plus possible les périodes sans.

La marginalisation entraîne une perte de confiance.

Il est vrai, la Suisse ne connaît pas ces taux de chômage. Les apprentissages, les formations spécialisées, les formations universitaires permettent à nos jeunes d’accéder rapidement à un poste intéressant et valorisant.

Mais…

L’assurance chômage a un problème de financement, comme l’assurance maladie.

Les économies proposées ne vont-elles pas produire plus de frais collatéraux (aides sociales) que d’économie ?

Ne peut-on pas demander un effort supplémentaire à ceux qui travaillent ?

Je n’ai pas de réponse, mais j’ai un petit doute sur la solution proposée.

Faire payer les jeunes à la recherche d’un emploi ne me semble pas une solution.

06:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/08/2010

Sidérant.

femme-et-politique2.jpg

 

 

Un tacle par derrière, volontaire, pour faire mal.

Carton rouge à tous les coups.

Cela augure des séances du prochain Conseil fédéral houleuses et pleines de charme.

La panique à bord parce que nous pourrions avoir 5 femmes sur 7 conseillers fédéraux.

Et alors, où est le problème.

Ce genre de remarques, nous pouvons l’attendre d’un homme, bien machiste, mais que cela vienne d’une femme, il faut m’expliquer.

La révolution culturelle est encore à faire.

« Mais mon bon monsieur, les femmes ne peuvent pas se pifer, elles sont jalouses, elles vont s’arracher les cheveux… » Et j’en passe bien d’autres.

Vous allez les entendre ces remarques.

La boîte de Pandore étant ouverte…

Sus à la femme, pas socialiste, mais radicale.

Madame Calmy-Rey, notre ministre des affaires étrangères, a une fin de règne bien difficile.

Elle devient hargneuse, revancharde.

On ne devient pas sympathique en allant pousser la chansonnette dans des émissions populaires. Elle me fait penser à Giscard qui jouait de l’accordéon pour faire peuple.

Bon on résume. La femme candidate radicale ne passera pas. Elle fait peur. Nous aurons à la place un bon nounours bernois, bien à l’écoute des milieux économiques.

Et le monde continuera à tourner, ainsi va la vie.

06:20 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/08/2010

Impasse.

impasse.jpg

 

 

Vous n’avez pas de formation professionnelle, vous exercez un travail non qualifié, alors faites gaffe, ne tombez pas malade.

Si vous avez le malheur de devoir demander une rente AI, préparez-vous à un refus.

La réponse est toujours la même.

Dans votre profession, votre capacité de travail est nulle, mais dans une profession adaptée vous pouvez travailler à 100%.

Le problème, c’est que personne ne peut vous dire ce qu’est cette profession adaptée.

Quel métier ? Mystère…

A vos questions, toujours la même réponse : « Vous pouvez faire AUTRE CHOSE ».

Circulez, il n’y a rien à voir.

Une réadaptation professionnelle : non ; car vous n’avez pas de formation.

Bref, l’impasse.

Seul, sans aide un personne formation professionnelle n’a aucune chance de retrouver un emploi dit adapté.

Il faut l’aider, l’accompagner dans sa recherche, la présenter à un potentiel employeur, prendre en charge une période de test.

Bref mouiller sa chemise, être proactif.

Difficile, peut-être ; mais n’est pas l’esprit de la loi de trouver un emploi adapté pour toutes les personnes handicapées !

06:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/08/2010

C'est quoi l'Europe ?

Europe.jpg

 

 

Un machin, une idée abstraite, une histoire grec, une légende.

Nous les Suisses, nous avons beaucoup de peine à nous situer.

Nous vivons en plein cœur de l’Europe et portant nous ne sommes pas européens.

Un exemple : les jeunes, jusqu’à 25 ans, n’ont pas le droit à une entrée gratuite dans les musées parisiens car ils ne sont pas européens.

Bigre, il va falloir nous étendre sur le lit du bon papa Freund.

Vous me direz que la question n’a pas d’importance puisque nous nous suffisons à nous même et « qu’il n’y en a point comme nous ».

Et puis plus aucun parti politique ne désire demander notre adhésion.

Le peuple s’en fout, les politiques ont les chocottes, donc le problème est réglé.

Il y a l’Europe, il y a la Suisse et le Monde tourne.

Les frontières n’existent plus, nous avons adopté toutes les lois européennes, nous avons plus voté sur l’Europe que tous les pays qui en font partie et nous restons virtuellement dans un no-future, un no-monde.

Le village gaulois, c’est nous.

Nous existons dans une autre dimension de l’espace.

Ah, si François Ier ne nous avait pas  mis la pâtée à Marignan, nous aurions moins peur de nos voisins.

Bon, il faut que j’en parle à ma famille de Haute-Savoie et du Cantal.

06:43 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/08/2010

L'oeuf de Colomb.

oeufcolomb.jpg

 

 

J’admire la foi de charbonnier des politiciens.

Ils ont toujours la SOLUTION aux problèmes.

Ils nous rappellent que ce qui est simple est compliqué, et ce qui est compliqué est simple.

Bref tout va super bien dans le meilleur monde possible.

Et n’essayez pas de n’être pas d’accord ou convaincu, vous risquez de vous faire admonester, toujours gentiment, mais avec fermeté.

Le doute n’est pas permis.

Le problème du financement de l’assurance maladie a trouvé son happy-end .

Les réseaux de soins intégrés sont nés.

Magnifique, génial, il fallait y penser.

Article du Temps (www:letemps.ch)  du 17 août, émission de radio (le Grand Huit du 18 juin. www:rsr.ch) et réunion de quelques médecins avec le conseiller national Cassis, peut-être futur Conseiller Fédéral, à l’initiative de Pierre Weiss.

Le problème, c’est que les réseaux existent depuis 18 ans à Genève, que nous n’avons pas attendu la parole divine pour les mettre en place. Ils permettent une économie de 10 à 14 %, ce n’est pas rien, mais ils concernent, principalement, des patients en bonne santé.

L’expérience montre que dès qu’une personne tombe gravement malade, elle quitte le réseau.

Actuellement 1 million de suisses sont dans des réseaux, surtout en Suisse Alémanique.

Si cette solution est la solution, nous aurions du voir une stabilisation des primes et non une forte augmentation.

Arrêtons de mentir.

Le problème actuel n’est pas un problème de coût de la santé, mais un problème de financement.

Comment faire pour que les primes soient supportables pour la classe moyenne.

Comment expliquer que les coûts de la santé augmentent de 2 à 3 % annuellement et que les primes augmentent de 8 à 10 %.

Il faudrait d’abord une réforme  du fonctionnement des caisses maladies.

En septembre, les médecins lancent leur initiative pour une séparation complète entre l’assurance de base et l’assurance privée. Une assurance ne pourra plus faire les deux, elle devra choisir.

Alors…

06:54 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/08/2010

Dérives.

mercenaires.jpg

 

 

Il s’en passe de bien belles chose de par le vaste monde.

Les guerres se privatisent.

Un retour aux mercenaires, aux soldats de hasard, aux spadassins, aux reitres.

La démocratie ne contrôle plus rien.

L’argent décide.

Vous allez me dire que ces choses se passent loin de nos yeux, dans des contrées sans foi ni loi dirigées par des pseudo-gouvernements.

Oui et non.

Doucement le rôle de l’Etat est en train de changer.

Au lieu de se préoccuper du bien public, il est utilisé et manipulé par des groupes de pression.

La sécurité est de plus en plus déléguée à des sociétés privées.

Le rôle de l’armée est discuté dans un immense tohu-bohu.

Le système de milice semble voué à disparaître.

Nous allons professionnaliser, bonjour les dégâts.

La santé est donnée en fermage aux caisses maladies.

A quand l’éducation.

Triste, non !

06:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/08/2010

Japonaiseries...

japon.jpg

 

 

Japon, terre d’accueil des anciens, vraiment très anciens.

Champion toutes catégories du nombre des centenaires.

Multiples études ; effet du climat, du régime alimentaire, importance de la génétique, à moins que cela soit le thon rouge, le type de riz, la religion, les mangas.

Bref, il n’y avait pas photos.

Ils nous « foutaient » la honte.

Et puis tranquillement, les centenaires s’en sont allés.

Problème de statistiques, escroquerie à l’assurance.

Retrouvés momifiés dans leur lit, enterrés depuis belle lurette, n’existant plus, disparus.

Bigre, et toutes nos hypothèses.

Moi qui avait déjà réservé mon EMS dans le coin le plus propice du Japon pour vivre jusqu’à 200 ans et vous pourrir la vie avec mon blog.

Tartiflette et scronieunieu.

J’arrête les sushis.

06:28 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/08/2010

C'est la rentrée...

15aout.jpg

 

 

Dès le 15 août, l’été se carapate vers des cieux plus cléments et la pluie s’en mêle.

Bref, il est temps de rentrer, de faire un bon feu de cheminée, de réfléchir à sa liste de cadeaux pour Noël, de farter ses skis et de recommencer à bosser.

Ça suffit les vacances.

Pas productif pour deux sous.

Pas écologiste, avec les voyages en avion, en voiture.

Bref le plaisir est pervers.

Il faut remédier à cela et faire de l’ordre.

Les tiroirs, le Conseil Fédéral, les banlieues.

Du boulot.

Allez qu’est-ce qu’on attend !

La marche du Monde c’est comme les « feux de l’amour », vous pouvez manquer 100 épisodes et vous en êtes toujours au même point.

Pendant vos vacances, vous n’avez rien manqué.

Mais peut-être vous en avez profité pour apprendre des choses et enfin avoir le temps de réfléchir, un tout petit peu, un petit brin.

Cela fait du bien…non !

06:49 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |